Pour récupérer, il faut d’abord marcher..

Ça, c’est la logique sportive.. Normal, si tu marches avec conviction, tu as besoin de récupérer après, pas avant..
Pourquoi je vous écris ça ? Parce qu’aujourd’hui je vais marcher pour la liberté d’expression, pour exprimer la mienne justement, et uniquement la mienne, pas celle des politiques de tous bords qui viennent à Paris. Parce que je suis debout, tout simplement..

Comment faire abstraction de ces écrits, piochés de droite et de gauche sur internet, nous disant, comme Olivier Delamarche que nous sommes manipulés et qu’il faut boycotter la marche de ce jour, ceux de Luz qui expliquent que les Charlie Hebdo sont tout le contraire de ce mouvement qui les érige en symbole, ce qui est terriblement vrai sans doute, mais ils ne sont pas les seules victimes et ça, je ne l’oublie pas..

Vous me direz que ce n’est pas mon rôle de parler politique -ce que je ne ferai pas, même à 3 autour d’un verre, on est tellement rarement d’accord !-  Je voulais juste vous dire que ma façon de respecter la mémoire de ces morts innocents, c’est d’être moi. C’est d’aller rejoindre ce mouvement spontanné qui a eu une 1ère phase mercredi 7 au soir..
Que la venue de ces chefs d’états, ministres de tous horizons à Paris soit choquante pour certains, sans doute. Elle l’est pour moi aussi quand je vois certains noms.. Au nom de l’union contre le terrorisme ? Parfois on nous prend pour des billes, soyons réalistes et pas dupes..

Mais je ne boycotterai en aucun cas cette marche, parce qu’elle est importante pour notre union, l’union de départ, celle que nous avons instinctivement ressentie nécessaire mercredi. Celle qui nous fait dépasser, gommer les différences. De ces différences qui font naitre l’intelligence (anonyme).
Pas celle qu’on tente de nous vendre maintenant.
Pas celle de Paris.
En étant à Montpellier, c’est plus facile de prendre cette position, nous n’avons pas cette lourde chappe de politiques sur le dos..

Si j’étais à Paris, je marcherai quand même, mais à contre-sens de l’itinéraire prévu.. Et c’est ce que je ferai ici si je vois des tentatives de récupérations politiques sur des banderoles..

C’est pour moi que je marche, pour mes enfants, pour mes amis de tous pays, pour mon monde, celui pour lequel je fais chaque jour ma part du colibri.. Vous ne connaissez pas cette légende amérindienne ?

« Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »
Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. » »

 

27752054_1214250060_94188554_eiUeHOWX_HummingbirdAtAFairyDuster_86950
À cet après-midi…

Vigneronne certes, mais Charlie aussi..

Parce qu’un blog est aussi un espace de liberté, que je ne peux être indifférente à l’actualité, je partage avec vous cette image, prise sur les réseaux sociaux et attribuée à Bansky (unofficiel) et mes quelques mots..

Espérons que des patrons d’autres médias, journaux, d’autres personnes de talent et conviction se mobilisent pour que Charlie continue, comme résistance à cet acte fou, comme acte de liberté pour nous, notre pays..
Que pouvons-nous faire ? Nous abonner, aujourd’hui pas demain ou après-demain.. Les accompagner par des marches aussi, une sera organisée ce samedi à Montpellier.
C’est du concret, ils sont morts pour avoir voulu rester debout, en refusant de vivre dans la peur, restons debout aussi !
Quand je dis « ils », j’y inclus évidemment les policiers décédés, il n’y a pas de différence, pas d’ordre d’importance..
Et surtout pas d’amalgame, ces barbares n’ont rien à voir avec une quelconque normalité, ce sont juste des barbares.
10926392_10153188221652985_8694889502063379768_n
PS : Le dessin est de Lucille Clerc que je remercie ici pour son talent..

Entre deux.. fêtes, entre deux.. agapes, entre deux.. portes ouvertes, une recette !

J’espère que vos fêtes de Noël se sont bien passées, que celles du nouvel an se présentent bien.
Pour nous la période de la taille a commencé, période que j’aime particulièrement pour le calme et la sérénité qui règnent dans les vignes.. Nous avançons à notre rythme, Jean à la pré-taille, moi à la taille. Rien ne presse, nous sommes dans les temps. Du coup, nous prenons un peu de ce temps pour ouvrir nos portes quelques heures entre les deux fêtes, comme cet après-midi où Jean sera fidèle au poste !

Il vous manque un cadeau ? Vous voulez ne pas arriver les mains vides chez vos amis pour le jour de l’an ? Jean est à la cave cet après-midi. Sinon, vous savez que nous fonctionnons aussi sur rendez-vous, 06-74-14-88-91 ou 06 14 41 06 44. Et si vous ne pouvez pas venir, vous pouvez passer commande sur notre site internet..

Vous souhaitez faire un bel accord mets et vin pour gâter les vôtres et vous n’avez pas trop d’idée ? Ça tombe bien, je vous offre une recette, superbe, délicieuse. Une recette qui met en avant notre Pic de Vissou rouge 2011, qui lui-même fait ressortir les ingrédients..
Je vous propose donc de faire un « Filet de boeuf farci au foie gras et en croûte », recette que j’avais trouvé sur le site de l’internaute..
Elle n’est pas difficile en soi, juste un peu longue car en 2 parties, mais en s’organisant bien et en comptant 2 heures de préparation, on accède à un plat sublime, ça vaut le coup ! Et puis, si vous le faites à deux comme nous hier (merci Annick :) ), ça vous donne l’occasion de papoter tout en cuisinant et ça, c’est tout bénéf’ !!

Ingrédients / pour 6 personnesfilet-de-boeuf-en-croute-sauce-foie-gras

  • 1 kg de filet de boeuf
  • crème fraîche épaisse
  • beurre
  • 100 g de foie gras mi cuit
  • 130 g de foie gras cru
  • 1 pâte feuilletée
  • 2 jaunes d’oeuf
  • chapelure
  • Sauternes
  • bouillon de boeuf
  • Armagnac
  • jus de citron
  • 2 carottes
  • oignon
  • thym
  • laurier
  • échalotes
  • 75 g de morilles séchées
  • 1 botte de persil
  • champignons de Paris

Préparation du filet de boeuf :

1 Faire tremper 50 g de morilles séchées durant 30 minutes à l’eau tiède. Puis les égoutter et les faire à nouveau tremper 30 minutes. hâcher 3 échalotes et les faire blondir dans 20 g de beurre.

2 Ajouter les 3/4 des morilles égouttées et hachées grossièrement, 1 cuillère de creme fraiche epaisse et 1 cuillère d’armagnac. saler et poivrer. Laisser mijoter jusqu’à évaporation et épaississement.
3 Ajouter la moitité d’une botte de persil haché. Puis laisser refroidir la preparation. lorsque la préparation a refroidi, ajoutez 50 g de foie gras mi-cuit écrasé.
4 Préparation du filet de boeuf. Ouvrir le rôti au 2/3 de sa profondeur. Le saler et le poivrer. y intoduire 130 g de lamelles de foie gras cru et refermer. Dorer tous les côtés a feu vif 10 minutes. Laisser refroidir. etaler la farce aux morilles et foie gras sur le filet de boeuf et recouvrir avec quelques lamelles de truffes(facultatif).
5 Envelopper le rôti dans une pâte feuilletée. La dorer avec un jaune d’oeuf. s’il vous reste des chutes de pâte, profitez-en pour faire une petite déco sur le dessus du roti ! enfourner thermostat 8 et laisser cuire 10 minutes puis baisser le thermostat à 6-7 pendant 15 minutes. Laisser dans le four éteint pendant 10 minutes.
 

Sauce d’accompagnement : dans 20 g de beurre, faire dorer 2 carottes en petits dés et 1 oignon émincé ainsi que les reste des morilles. Y ajouter du thym et du laurier. déglacer à l’armagnac et laisser réduire. retirer le thym et le laurier et mixer le tout et remettre dans la casserole. ajouter 30 cl de bouillon de boeuf et 30 cl de sauternes. faire reduire sur feu doux puis incorporer 80 g de beurre au fouet et 50 g de foie gras cuit. Poivrer et maintenir au chaud sans laisser bouillir.

Champignons d’accompagnement : peler, couper et hâcher les pieds des champignons. faire dorer les têtes des champignons dans 40 g de beurre et les arroser d’un jus de citron. Les saler. Les reserver au chaud. dans un peu de beurre, faire dorer des échalotes hachées et les pieds des champignons hachés, ajouter du persil haché + 2 cuillères à soupe de chapelure, un peu de crème épaisse, 1 jaune d’oeuf et 50 g de foie gras cuit écrasé à la fourchette. Saler et poivrer. farcir les têtes de champignons et enfourner thermostat 6 jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés.

Bon appétit et bonnes fêtes !!

« Pause « 

Parce que tout va si vite.. Je n’ai même pas pris/eu le temps de vous raconter notre #harvest challenge car juste après les vendanges, la période de commercialisation bat son plein.. Quelques jours à Lyon, d’autres à Perpignan et une semaine à Paris, tout va si vite !!

 

 

1958503_730571493645802_124858557445025035_nNotre dernière vendange de clairette avec laquelle nous avons fait de la cartagène, pour laquelle j’avais mis en place notre 1er #harvestchallenge a été une très belle journée, pleine de rire, d’un peu de travail et de beaucoup de complicité avec nos amis venus spécialement, y compris de Paris !
Merci à eux, grâce à qui l’association AFVD a récolté quelques sous de plus. J’espère pouvoir continuer les autres années, même si nous ne ferons pas de cartagène chaque année, de façon à avancer sur le projet de maison pour les personnes ayant des douleurs chroniques..
Merci aussi à ceux qui n’ont pu venir, mais qui ont quand même fait un don, j’en ai été très touchée.

 

20141005_153200

Nous avons récolté moins de raisins que prévu, les sangliers et autres bestioles s’étant régalés de cette dernière parcelle sur laquelle restaient des raisins. À tel point que devant la taille du « gâteau »  un ami nous a dit « si ça continu, ça va être du parfum à mettre derrière les oreilles votre cartagène !! ». Qu’il soit remercié pour cet éclat de rire, mais aussi pour le nom qui, du coup, m’est venu tout seul.  A découvrir bientôt..

 

 

 

250209_10204123483840073_8777181221062904104_n

Si vous voulez déguster nos vins, je serai le 22 et Le 23 novembre à « Plappevignes », salon organisé non loin de Metz par notre ami François Adam du restau-cave « La vigne d’Adam« .
Je n’y serai pas seule, loin de là, comme vous pouvez le voir sur ce lien-ci ! Comme chaque année, des vignerons de toute la France se feront un plaisir de vous raconter leurs vins..

 

 

 

Pour ceux qui sont plus proches de nous, nous ouvrons les portes de notre chai 2 journées, les 29 et 30 novembre, pas besoin d’invitations imprimées ou de bristol, venez comme vous êtes !NOUS VOUS INVITONS AÌ DEìCOUVRIR NOS VINS LORS DE DEUX JOURNEES

Le #harvestchallenge du Mas Coris, c’est dimanche !!

Parce que je suis (têtue) persévérante, que ce « challenge » me tient à coeur, et que nous avons la possibilité de faire une petite cuvée de quelque chose bien de chez nous avec les raisins restants de notre clairette, si vous voulez vous joindre à nous dimanche, nous en serons heureux !
Comme je vous l’ai expliqué dans un précédent billet je souhaitais contre-balancer l’effet #icebuckerchallenge par quelque chose de plus doux, plus convivial et serein.IMG_2097

Il faut que je vous explique pourquoi, au fond de moi, ce challenge mêlant glaçon et eau glacée, m’a mis si mal-à-l’aise, et les ami(e)s atteint(e)s de douleurs chroniques tout autant. Nous n’avons pas compris..
Pourquoi vouloir faire comme si vous pouviez ressentir ce que nous vivons ? La douleur peut rendre fou, c’est, je crois, ce que je puis vous dire de plus fort..
Imaginez des crampes dans chaque fibre de vos muscles, pas dans chaque muscle, mais dans chaque fibre..
Imaginez que l’on tente de vous arracher les articulations et, quoique vous fassiez vous ressentez les deux en permanence, le jour, la nuit.. plus la fatigue chronique car la douleur épuise..
Voilà ce que j’ai vécu -ceci dit sans pathos aucun, juste une explication-, ce que je vis encore IMG_2092mais dans des limites plus raisonnables . Comment, quand on souffre autant, peut-on seulement imaginer faire souffrir quelqu’un d’autre juste pour qu’il « se rende compte » ?? Ça nous a sidéré(e)s et dérangé(e)s..

Bref, j’ai imaginé, profitant d’être vigneronne, partager notre bonheur des vignes, vous faire du bien une journée..
Venir ramasser quelques grappes avec nous dans notre si bel endroit, participer au travail de cave pour ceux que ça intéresse.
Faire du bien à vous qui viendrez tout d’abord, et du bien à d’autres ensuite : en échange de cette journée, je vous demande de faire un don à l‘Association Française Vaincre les Douleurs dont je m’occupe à Montpellier, cet argent nous donnera la possibilité d’aider des gens que la douleur foudroie, quelque soit leur maladie.
Comment ? En leur proposant des ateliers et, j’espère à terme, un endroit à eux.
Pourquoi cette association plutôt qu’une autre ? Parce qu’elle ne « sectorise » pas les personnes atteintes par maladie justement.
L’association étant reconnue, les dons sont déductibles des impôts, pensez-y..

Je vous donne donc rendez-vous dimanche à 9 h 45 à Cabrières, 32 avenue de Clermont devant de notre cave. Repas tiré du sac, convivialité et soleil seront forcément là !!

Pour vous inscrire : mon adresse email byvero34@gmail.com ou au téléphone 06 74 14 88 91, mais vous pouvez aussi venir « au débotté ».. Je compte sur vous :)

Mais, me direz-vous, qu’allons-nous faire avec cette vendange ? …. De la Cartagène = « carte-à-gène ? »
IMG_2110
IMG_2101

Cochon (genre sanglier) qui s’en dédit..

J’aurais pu titrer « certains ont la grêle, plus spectaculaire, nous c’est les sangliers »..
Hier était notre premier jour de vendanges de l’année 2014. Un millésime qui s’annonce plutôt pas mal -ne vendons pas la peau de l’ours..etc..-  Peu de traitements, des raisins sains et en quantité, une maturité qui prend son temps, tout y est, même, malheureusement, les sangliers !

Comme chaque année me direz-vous. Ben non, pas complèment, parce qu’ils sont beaucoup plus gourmands.. pour ainsi dire même voraces..

Toute l’année nous avons bichonné nos vignes, surtout le plantier de blanc. Certains de ses quatre cépages nous promettaient une jolie récolte, d’autres se reposaient de l’année dernière, un autre encore subissait les assauts des porquets (des chenilles dévoreuses), puis des chevreuils (qui adorent les jeunes pousses tendres)..
20140905_111909
Le viognier a donc fait l’impasse sur sa production, le grenache blanc a été attaqué dès le tout début du printemps, la roussane a produit un peu et le vermentino était magnifique. De belles grappes se doraient au soleil, protégées par un feuillage souple et bienveillant.. Je pourrais vous en faire un poème ! Mais nous en avons fait un pressoir.

Nous nous étions rendus compte assez vite des attaques répétées des sangliers au fur et à mesure du mûrissement des raisins. Essayant même de les freiner en mettant de la « rubaline » autour de la parcelle.
Tout d’abord limitées à la périphérie, elles ont eu lieu au final sur tous les rangs, nous enlevant à peu près 50 à 60 % de la production..

Voir ça quand nous avons apporté tant de soin à ces petits, je revois Jean allant arroser les rares petits plants qui n’avaient pas pris la première année et qu’il avait remplacé. Je repense aux heures passées pendant la taille. C’est vraiment désolant pour ne pas dire démoralisant.. Non, nous ne faisons pas ce métier pour nourrir les sangliers !!

Nous avons appelé les chasseurs de Cabrières qui nous ont assuré être venus sur nos parcelles.. Nous allons bien-sûr faire une demande à la fédération de chasse, pour un remboursement qui a tout de symbolique, tant pas la somme que par le manque à gagner. Nous pensions faire le double de volume de l’année dernière, nous sommes à presque moins..

La vente de notre Pic de Vissou 2014 se fera donc sur réservation..

Les mains dans le gâteau !!*

Les mains dans le gâteau !!*

* le gâteau est le nom donné à l’amas compact de raisins une fois pressés, que l’on peut voir une fois les demies cages de bois du pressoir enlevées.