2 VdV pour le prix d’un !! VdV#77 Le vin qui vous ressemble..

Alors voilà, on efface tout et on recommence ! Et là, une immense question se pose : comment trouver un vin aussi tête en l’air que moi ? Un vin qui est capable de se tromper de sujet et de mois pour les Vendredis du Vin…
Donc, le sujet d’André est en fait : « Le vin qui vous ressemble », je suis mal là.. !

156108_827933906_teteenlair_H005921_L
  J’avoue que j’ai fait fort..
En fait c’est vrai, je ne peux vraiment pas le nier, je suis tête en l’air, mais pas volontairement, juste parce que trop de choses à penser, à faire, à vivre.. J’ai aussi une fatigue chronique qui bouffe pas mal de mes 2 neurones et ne m’aide pas du tout..
Et puis je n’ai qu’une toute petite tête (qui a dit « de linotte » ?! )..

Mais bon sinon, un vin qui me ressemble.. toujours de bonne humeur, joyeux la plupart du temps, pour qui rien n’est vraiment grave, à part ce qui l’est vraiment.. Ça parait une Lapalissade dit comme ça, mais non, c’est très réfléchi.
Jean me dit souvent « rien n’est grave pour toi ».. Ce n’est pas tout à fait vrai, mais si peu de choses en fait.

Qu’est-ce qui est vraiment grave pour vous ?
Réfléchissez-y vraiment et vous verrez qu’une fois qu’on enlève de cette liste les nombreux petits soucis quotidiens, les soucis dont vous vous faites un monde mais qui n’ont d’importance que celle qu’on leur donne et, somme toute, une durée de vie très courte. Prenez un grand recul, une bonne dose de patience, beaucoup d’amour pour l’humain et vivez plus serein..

Qu’est-ce qui me rend joyeuse ?
Tout ! Le soleil, le ciel bleu, mauve ou gris, le souffle de l’air sur la peau, les rires d’enfants…etc… Tout ces petits riens et les grands tout de l’amour des miens, de nos amis, de la vie.. Chanter en faisant le marché, en soignant les vignes, en travaillant. S’émerveiller d’un rien, tenter d’essayer d’arriver à profiter de chacune des petites choses de la vie, mettre du poétique au milieu de tout ça et rire, beaucoup !
Mais pour arriver à ça, il faut le choisir, le laisser s’imposer à soi. Il faut aller en profondeur, prendre le temps de faire un petit voyage intérieur, un aller-retour bénéfique pour répondre à cette question : « qui suis-je vraiment et comment je veux vivre ma vie ».
Et pour ça, il faut prendre le temps..

Alors un vin qui corresponde à cette description, pas si facile n’est-ce pas ?
Un vin qui soit prêt à rire avec vous, qui vous invite à le partager tout en ayant de la personnalité. Un vin qui ait une belle profondeur et richesse, qui soit souple et ample. Un vin qui vous dise : soit heureux, tout simplement !
Un vin qui ait un côté fruité accompagné d’un côté épicé, un côté gouleyant et rond, un côté léger et sérieux à la fois.. Un vin sans prétention mais avec une belle présence.

Evidemment, encore une fois mon métier reprend le dessus et je connais bien mieux les vins que nous faisons. Je vais donc (encore) vous parler d’un de nos petits (et juste du vin, sans plus de parallèle)..
Ou plutôt non, de deux, parce l’un comme l’autre ont ces qualités, mais Téthys a aussi cette rareté et élégance qui est un cadeau de la vie.

Ces deux vins Téthys donc et Atout Pic rouge, ont en commun le cinsault, ce petit cépage si tellement toujours joyeux ! Les deux ont en commun le fait que, à la fin des fermentations, au moment des assemblages, nous nous régalons de mettre le nez au-dessus de leur cuve pour sentir leur odeur, leur parfum. Ils ont en commun de nous rendre heureux, tout simplement !
Ils sont pourtant aux antipodes de notre gamme : l’un à l’entrée, l’autre sur la toute grande marche du podium.
Par sa simplicité, sa facilité, son nombre de bouteilles, Atout Pic est dans l’immédiateté, dans le « je suis prêt dès le printemps, et hop ! »
Par sa complexité,  la patience qu’il demande avant d’être au top, son petit nombre de bouteilles, Téthys est dans le « haute couture ».

Comme nous tous, ils ont une personnalité complese et multi-facettes..

Atout Pic-- Téthys

 

 

 

VdV#76 : En mai, boit ce qui te plait…

Tout un programme pour ma repise dans les VdV !  André Fuster, notre président su mois, nous trouvé là un joli sujet, comme un mois de mai..
Mais sous des abords faciles et légers, il se révèle difficile.. Parce que ces « petits vins », petits avec une énorme affection, rien de péjoratif, ces petits vins donc, sont ceux qui, souvent, font les grandes soirées, les moment mémorables, les moments simples d’amitié..

Sujet qui sied à merveille à ce mois de mai, mois du renouveau, des champs en fleurs et des jardins renaissants.. Période aussi pour nous vignerons pendant laquelle les vins (mis en bouteilles ou pas) se réveillent, s’étirent et commencent à être bien.

C’est aussi le mois des premières chaleurs, des premiers barbecues chez nous dans le sud.. Les robes se font plus légères, les vins aussi. Et c’est donc aussi le temps des premiers « pops » de bouchons de rosé, de vin rouge plus léger.. Ou de blanc à boire sous la tonnelle !

Je ne sais pas pour les autres vignerons, mais pour nous, c’est un moment un peu égoïste ou nos vins sont à l’honneur..
Nous profitons des petits jeunes tout en préparant les suivant dans les vignes..
nos vignes printanières

En avant donc pour (se) la Coulée douce et (jouer) nos deux Atout Pic, blanc et rouge..
Chacun se prête avec plaisir à cette redécouverte, voire cette découverte pour notre 100% Clairette, nos amis comme nos vins !

20150206_191404

Tchin tchin !!

 

 

 

 

Où je parle de vin et de sexe dans le magazine ELLE..

Enfin, pour ne pas effrayer mes enfants et mes parents – joyeux anniversaire papa !- je précise : j’ai été interviewée pour parler du vin à travers son sexe. Non, c’est pas ça non plus.. Enfin bref, la question était (et est toujours pour pas mal de gens) : Le vin a-t-il un sexe ?

C’est sur les réseaux sociaux que j’ai fait la connaissance de Sand (Sandrine Goeyvaerts), caviste belge officiant à Liège avec son mari. Sand est un personnage à elle toute seule ayant l’écriture comme seconde nature. Pour retrouver ces écrits, c’est sur l’un de ses blogs La PinardotheK, je n’en dis pas plus, je vous laisse vous régaler. Ça se feuillette comme un magazine, en piochant un peu où l’on veut.
Sur ce blog, comme dans le cochon, tout est bon !!

Donc, il y a quelques temps, Sand me demande si elle peut m’appeler pour me poser quelques questions sur ce que je pense du vin et de son sexe (au vin hein..). Nous nous sommes déjà retrouvées proches dans notre ressenti et nos écrits à ce propos sur les réseaux.
on est dans ELLE

Faire un « rosé de filles », un packaging rose bonbon sucé trois fois, un vin de/pour nénettes m’a toujours paru inopportun. Et franchement marketé..
Je suis une femme certes, mais j’ai horreur qu’on m’assigne un rôle sociétal rose fushia !!
Et même si la gente féminine célibataire est (plus) nombreuse, qu’elle achète seule son vin, je pars du principe que, tout comme moi, elle va chercher conseil auprès de son caviste. Ce qui n’est malheureusement pas une généralité, loin de là..

Je n’aime pas plus les vins dont le packaging est peu ou prou à connotation masculine, genre 3ème mi-temps de rugby symapthique et un peu graveleuse..
En fait, j’aime le vin pour le vin, pour ceux qui le font, pour l’émotion qu’ils me procurent, les souvenirs qu’ils me rappellent, les partages et moments d’amitié qu’ils permettent et en cela, j’aime la simplicité.

Bref, dans cette question, au travers de cette question, il y a surtout des clichés, du marketing et de l’intérêt financier : s’adresser à des femmes comme clientes potentielles,  les mettre à part dans un moule à paillettes, mettre les hommes dans un rôle « mecs » pour les inciter à acheter. Mais ça ne signifie rien par rapport au goût du vin..

Je connais nombre de vins dont, si l’on vous les fait déguster à l’aveugle en vous demandant si c’est un vigneron ou une vigneronne qui les conçoivent, vous répondrez sans coup-férir « une vigneronne » ! Je connais nombre de vignerons qui conçoivent des vins d’une délicatesse et d’une finesse toutes féminines (c’est bien connu qu’un homme, qui plus est vigneron, n’est ni fin, ni délicat voyons !).

Quant à savoir si notre vin est féminin ou masculin.. Je dirais qu’il est les deux, ou aucun. Jean est aussi paternel avec nos vignes et nos vins que je suis maternelle.

1 à 1, la balle au centre !!

20150206_191404

PS : retrouvez ici la liste de nos relais chez qui vous pourrez trouver nos vins

Une rétro de chez perspective.. !

Un mois sans écrire, mais un mois actif, débordant de travail, de rencontres aussi ! Et ceux à venir sont de la même trempe..

Après notre mise en bouteilles du 9 mars, outre s’occuper de nos vignes, nous avons fait plusieurs salons et dégustations : le salon du MAD tout d’abord dans l’Aréna de Montpellier. Du point de vue des exposants, nul doute que des améliorations sont à apporter. Les organisateurs annoncent déjà un numéro suivant, gageons qu’ils sauront prendre la mesure des changements à y apporter, de la synergie à mettre en place..

L’évènement suivant fût la rencontre avec de nombreux journalistes spécialisés dans le vin (80 me semble-t-il) venus des 4 coins du monde : Allemagne, Suède, Finlande, Norvège, Angleterre, Etats-unis, Canada, Chine, Japon, Pologne et autres pays de l’est..etc.. et j’en oublie. Ce « Terroir et Millésime » est une réussite. Trois occasion pour moi de rencontrer ces journalistes lors de trois repas différents, un grand plaisir à chaque fois, même si parler anglais toute une soirée n’est pas toujours facile..
Leur professionnalisme et leur curiosité sont au diapason de cet évènement créé par le CIVL : remarquables ! Et du coup, on parle de nous dans Terre et vignes..

Terroir et Millésime, un joli souvenir, merci Clarisse

Terroir et Millésime, un joli souvenir, merci Clarisse

Ensuite, j’ai fait une dégustation de notre Atout Pic rouge, à la Maison des vins, au Mas de Saporta, LA maison des AOC Languedoc à Montpellier, pour leur club de dégustation. Autre endroit, autre ambiance ! Nous étions 4 vignerons et ce fût un plaisir de simplicité et de curiosité des oenophiles présents. J’en profite pour remercier nos gentils organisateurs topissime de cet endroit :)

Vint ensuite le Salon des 30 ans de l’AOC Languedoc : 150 vignerons présents, une belle occasion de voir et goûter toute la palette des terroirs languedociens, au Mas de Saporta toujours.
Là encore, j’ai pu participer, avec 5 autres vignerons, à une dégustation devant quelques 40 personnes, pour présenter cette fois-ci notre Atout pic blanc (100 % Clairette) dans un atelier sur les « grands blancs du Languedoc« . Un bel accueil pour notre dernier né.

Une semaine à Paris a suivi pour faire déguster nos nouvelles cuvées à nos amis cavistes et restaurateurs, prendre des commandes.

Juste le temps de se rendre compte que notre rosé La Coulée douce est le « must have »/vin de la semaine du site Terre et vigne !
Juste le temps de se rendre compte aussi qu’après notre Bouteille à la mer noté 14,5/20 dans la Revue des Vin de France (RVF), 14/20 chez Bettane et Desseauve, notre Pic de Vissou noté 16/20 dans le guide Hachette, c’est au tour de notre petit Atout pic de recevoir la note de 89/100 de l’autre côté de l’atlantique, dans le guide Parker… ! Pas mal pour de petits languedociens nés dans un coin magnifique et hors sentiers battus..

D’ailleurs, si vous voulez les foulez ces sentiers, rendez-vous ci-dessous :

30 ans des A0C, vignes et terroirs

30 ans des A0C, vignes et terroirs

Dans les salons et dégustations à venir, les dates à retenir sont le 23 mai pour une balade vigneronne à Cabrières, renseignements ici. Une belle occasion de venir sur place visiter notre lieu de travail..

Ensuite, le dimanche 31 mai, je serai à Jenzat, non loin de Vichy, pour la 3ème

In Vin Bio Veritas

Salon de Jenzat dans l’allier

édition du salon « In vins bios Veritas », créé par notre ami Jean-Marc du site Le vert et le Vin. Si vous êtes dans le coin, nous serons quelques vignerons à venir vous faire découvrir avec plaisir nos cuvées.

Et notre tout dernier rendez-vous, dans le futur proche, aura lieu les 6 et 7 juin, chez nous, dans notre cave et nos vignes, pour nos journées portes ouvertes.

Nous vous ouvrons toutes grandes nos portes..

Nous vous ouvrons toutes grandes nos portes..

Parfum du Sud, du soleil en bouteille !

Une jolie couleur de miel, capsule transparence laissant voir son joli bouchon, étiquette dentelée.. elle a de l’allure notre Cartagène !

Haute couture et tout fait-main..

Haute couture et tout fait-main..

Avec sa petite robe ajustée en 50cl dont la couleur change selon la lumière, c’est un petit bonheur visuel.. Après ouverture, viennent les notes olfactives, tendres, douces et chaudes :
« Vin doré, expressif sur la poire tapée, l’abricot sec, le gingembre confit, la mirabelle, le panforte (dessert traditionnel italien). Bouche contrastée entre sucre et assise de l’alcool. Finale sur le thé vert. Toute la magie de la clairette récoltée en fin de vendanges, à un peu plus de 15°, et pressée dans l’heure. Un vin réalisé entre amis et à boire de même… » peut-on lire sur nos fiches techniques.

Ce que l’on ne peut pas y lire, c’est tout l’artisanat qu’il y a eu pour la faire : du cousu mains du début à la fin ! À la vigne d’abord avec notre #harvestchallenge, dans sa cuve ensuite et, pour finir, pendant sa mise en bouteilles hier matin.. Que de « petites mains » pour la choyer !!

Et que je te remplis, et que je te complète le niveau, et que je te nettoie, et que je te bouchonne, et que je te colle ta belle étiquettte et qu’enfin, je te chauffe la capsule ! Nos gestes très hésitants au début sont devenus professionnels à la fin. Le temps d’une matinée.
La suite en images :

artisanat fait main

remplissage des bouteilles de cartagène

tout fait main

on fignole le niveau

nettoyage de chaque bouteille

nettoyage de chaque bouteille

artisanat

étiquettes collées « aux petits oignons »

l'autre utilisation du sèche-cheveux pour une vigneronne !

l’autre utilisation du sèche-cheveux pour une vigneronne !

Et enfin, notre petite et liquoreuse Cartagène s’est divisée en 220 jolies bouteilles.. Une belle photo de final, comme dans sur les podiums des défilés haute couture… Du cousu main, fait avec amour, amitié et solidarité !

En rangs serrés comme dans les défilés haute couture !

En rangs serrés comme dans les défilés haute couture !

Et à la fin de la journée, trois bouteilles étaient déjà vendues pour notre plus grand plaisir et celui de nos clients !

Une mise… sans plis !

Et de belles palettes pleines de couleurs.. Non non, malgré le vocabulaire identique, je ne vous parle pas de ma dernière virée chez le coiffeur, mais de notre mise en bouteilles !

Sept cuvées mises en bouteilles, elles-même mises en cartons, eux-même mis en palettes en une seule journée.. Journée intense et épuisante, mais tellement pleine de bonheur ! Cette journée de mise est en effet pour nous la fin de la boucle.

Nous avons tellement travaillé dans les vignes pour avoir de beaux et sains raisins que nous avons menés jusqu’à la vendange, nous avons cocooné leur jus comme des bébés dans une couveuse. Nous les avons regardé, écouté grandir et et se déployer en jolis embryons, puis en bébés vins, ce qu’ils sont encore un peu..
Nous les avons dégustés, imaginés en adovins, puis en adultvins, assemblés pour certains, nous projetant dans le futur pour en faire des vins de l’année, des vins de 3 ou 4 ans, des vins de garde et même une cuvée d’exception.

Cette journée de mise, c’est l’aboutissement d’une année complète, c’est LE jour pour nous qui ne faisons qu’une mise en bouteilles par an.. Imaginez la fébrilité qui précède cette journée !
Le comptage du nombre de bouteilles, du nombre d’étiquettes, du nombre de capsules assorties aux étiquettes, les bouchons, les berceaux, les cartons, les palettes.. Ajoutez à cela les déclarations à faire, la réservation du camion, l’arrêté municipal qu’il faut demander à la mairie (notre cave étant dans la rue principale de Cabrières, il est indispensable), la location des panneaux de signalisation..etc.. Nous vivons mise, respirons mise, rêvons mise et donc comptage, météo, petites mains. C’est, comme souvent pour un domaine viticole, une période intense.

Et puis arrive le jour J vite, si vite ! Heureusement la météo est superbe, tout le monde est là, le camion en place sans encombre. Tout marche presque comme sur des roulettes nonobstant les étiquettes qui tentent de faire craquer le flegmatique Daniel, sans y parvenir toutefois.. Et heureusement ! Sans lui, son sérieux, sa bonne humeur et son savoir-faire, nous ne pourrions avoir un si bon rendement : entre 9h-12h et 13h-17h nos presque 12 000 cols (comprenez bouteilles) sont transformés en belles pyramides de cartons sur palettes.. Trop fortes nos petites mains, et toutes aussi motivées et heureuses que nous !
Presque tous m’ont demandé à un moment ou un autre de la journée : « alors Véro, tu es heureuse ? » – « Ohhh que oui !!! ».. Et ils participent tellement de cette ambiance chaleureuse et intense de travail ! Qu’ils en soient ici remerciés grandement, ils sont extra-ordinaires !

mise-atout-blanc           mise-bouteilles-2015

mise-bouteille-veroVous n’avez jamais vu de chaine d’embouteillage ? Ben voilà, c’est fait !
Ici, embouteillage de notre fameuse Clairette, Atout Pic blanc, enfin bientôt dans les bacs de nos amis cavistes et restaurateurs. Elle a fait l’unanimité lors du repas de midi de cette journée, avec une remarque cependant : comme son frère Atout pic rouge, elle se boit trop facilement !

Tchin tchin !

James Bond 007 ? Non non, Clairette 2015 ! ..

Une histoire à rebondissements, digne d’un roman de.. cape et d’épée papiers et de téléphone, l’histoire de notre Clairette, première année.

L’autre jour, quand je vous en ai parlé, nous avions choisi, de guerre lasse et de stress haut, d’enregistrer notre Clairette en Vin de France. Et quand on décide ce genre de chose, à postériori, contraints et forcés par les éléments extérieurs, on n’a beau dire, ce n’est pas de gaité de coeur..
Mais une fois la décision prise, je me sentais en paix ou plutôt tranquille.. Enfin un peu de sérénité pour préparer la mise en bouteilles ! Tranquillisée de ne plus avoir à courir après le temps, après les renseignements.

C’est d’ailleurs sur la foi de renseignements que cette décision a été prise , parce qu’à l’organisme contrôleur, on m’a dit « nous faisons le contrôle, mais ensuite le dossier doit partir à l’INAO et il faut attendre leur réponse pour savoir si c’est accepté ou pas.. » D’où France-Agrimer, d’où le Vin de France..
C’était après/pendant les péripéties de la semaine dernière.. et puis..

Et puis avant-hier après-midi j’ai reçu un appel téléphonique. Voix enjouée, dynamique d’une jeune femme me disant qu’elle était contrôleuse pour LRO (organisme qui effectue les contrôle pour la Clairette, l’ODG ne voulant/pouvant pas le faire et le syndicat de la Clairette non plus-je mets des parenthèses pour vous expliquer un peu mieux ces chemins tortueux par lesquels passe un « opérateur faisant de la Clairette ») et qu’elle pouvait venir le lendemain pour nous contrôler.
Et que donc, dans la foulée notre Clairette serait en AOP..

Et là, les bras me sont tombés, une fois le « encore cette histoire ? » passé.. Ils sont tombés parce que les renseignements sur lesquels j’avais fondé ma décision, sur lesquels j’avais discuté avec Jean, étaient faux..
Il n’est pas nécessaire d’attendre le retour de l’INAO pour être habilité à faire de la Clairette, on l’est une fois le contrôle effectué et le dossier parti uniquement !! Ça vous change une décision…

Donc, hier, le contrôle a été fait, passé haut la main et normalement le dossier est parti (je ne peux qu’être dans l’expectative). Notre Clairette est donc en AOP Clairette du Languedoc – Cabrières.
(donc changement d’étiquettes à nouveau, appeler France-Agrimer pour stopper l’enregistrement en Vin de France etc…)

Vous y croyez vous à la vie comme un long fleuve tranquille ?!! Moi non, encore moins depuis que nous faisons du vin..
Du coup, hier, je suis restée dans mon bureau actuel des vignes, le grenache dont je finis la taille, histoire de prendre un bon coup de sérénité dans le museau !
20150225_135249

Un grand merci à l’équipe de l’imprimeur de ne pas craquer, de toujours me sourire en me voyant arriver.. ! )