Nos prochains (très proches) rendez-vous !

Comme d’habitude, je suis en retard, comme le lapin d’Alice aux pays des Merveilles.. Difficile de tenir un rythme régulier en ce moment, j’essaie pourtant, promis !
Bref comme disait Pépin (ça rappelle l’enfance cette expression !), nous avons plusieurs dates à vous proposer pour nous rencontrer, c’est sympa hein ?

Donc, des rencontres en vue, toutes au mois de juin pour l’instant.
Mais, bien évidemment, vous pouvez nous contacter pour prendre rendez-vous tout l’été, nos vacances, c’est de vous accueillir et vous chouchouter !
(Adresses de messagerie et téléphones en bas de ce billet)

  • 1ère date : le 2 juin pour les balades « Vin, Vignes et Terroir » organisées par nos AOC.
    Comme vous le savez (ou pas!), il s’agit d’une randonnée avec dégustation des vins de notre petite AOC Cabrières. Vous marchez, vous dégustez, on vous explique notre terroir. De quoi découvrir notre beau coin de Languedoc.
    Les départs se font de 9h à 10h30, tous les quarts d’heure et les inscriptions se font ici.
    Dans la mesure du possible, nous ouvrirons notre cave dans l’après-midi.

2ème date :
En fait, elles sont 3, de quoi vous offrir un large choix !
Les 8-9 et 10 juin, pour le week-end de Pentecôte, nous vous proposons de venir pique-niquer dans nos vignes.
Nous sommes heureux d’enfin pouvoir le faire pour la 1ère fois !
À l’initiative des Vignerons Indépendants, dont nous sommes, nous vous avons coctoté un programme sympa que je vous développe ci-dessous.
Sur inscriptions, gratuit.

Accueil de 10h30 à 11h dans notre Chai – 32 Avenue de Clermont – 34800 Cabrières
Apéritif et dégustation d’une partie nos vins.
Participation à notre tombola permettant de gagner un lot de bouteilles.
Aux alentours de 12h –> direction les vignes pour pique-niquer. Repas tiré du sac de chacun, partage ou non (au choix) de ce que vous aurez préparé. Accompagnement avec nos vins.
14h ou en mangeant, explications sur notre façon de travailler en bio et du travail actuel dans les vignes.
Vers 16h, pour ceux qui sont intéressés, nous retournerons au Chai pour les explications de nos vinifications. Pour les autres sieste possible sous les arbres ou balade.
Quelques jeux sont prévus pour les enfants.
On est tellement heureux de vous recevoir chez nous !!

Enfin, les 13 et 27 juin, nous participerons, comme chaque année depuis leurs débuts, aux Leztivales de Castelnau-le-Lez.
Notre village depuis 30 ans. Lieu d’habitation, bureaux, c’est l’autre partie du Mas Coris, celle qui a un pied en ville..
Là aussi soirée festive avec orchestre, tables, chaises, repas et.. les vins de vignerons qui, comme nous, sont du village. De quoi passer 2 bonnes soirées pour débuter l’été.

Pour vos inscriptions à nos pique-nique vignerons ou tout simplement pour venir nous voir pendant l’été :
Véro : veromascoris@gmail.com – 06-74-14-88-91
Jean : jeanattard54@gmail.com – 06-14-41-06-44

Vins et Polar, Hérésies ?..

Ce titre à intrigue me vient du nom du polar écrit par Richard Gougis « Hérésies ». Un livre palpitant, tout en rebondissements se passant en pays Cathare, de la forteresse de Montségur à Saint-Guilhem-le-Désert.. Endroit s’il en est qui a fait couler beaucoup d’encre romancière.

RichaHeresiesrd Gougis, par ailleurs directeur de « la sportive » du Midi-libre, nous fait l’amitié de venir dédicacer son livre lors de nos portes ouvertes du 5 mai (de 10h à 17h). Un immense plaisir pour nous !

Vous y trouverez des personnages attachants, une aventure bien ficelée. Écriture alerte, suspense prenant, son livre comme se déguste une bouteille de vin : avec bonheur et (im)patience.
Une belle journée en perspective !

Nous en profiterons vous vous faire déguster nos nouvelles cuvées : Atout Pic blanc 2017, tout en « simplicité complexe ».
Notre Coulée douce 2017, à boire avec ou pour faire venir le soleil !
Et les plus anciennes : Atout Pic rouge 2016 et peut-être 2017, toujours aussi gourmand de plaisir.
Bouteilles à la mer 2014 et 2015, qui révèlera vos viandes rouges avec bonheur..
Les papés Pic de Vissou blanc et rouge (respectivement 2016 et 2013) si heureux d’accompagner de jolis mets.
Et, pour finir, notre grande et rare cuvée 2013 Téthys, caractérisée par son élégance et sa longue garde.

Vous pourrez aussi, comme lors de chaque porte ouverte et si le coeur vous en dit, visiter nos vignes en notre compagnie. Un point de vue imprenable sur la petite vallée de Cabrières vous y attend !
Nous vous expliquerons notre façon de travailler, comment nos vins voient le jour, de la vigne à la bouteille..
On vous dit au 5 mai, bon pied, bon oeil !!

Vote tricolore à venir : Rosé, blanc ou rouge ?

Un peu d’absence due à une bonne cause : les vacances ! J’en ai profité pour tout (presque) oublier sur le vin et apprendre plein de choses sur le thé, le riz, les éléphants (pas roses) !!
20170408_125204

Puis rentrée, travail derechef,  avec une énergie presque touteneuve..

Dimanche, après être allés voter, nous avons passé le reste de la journée dans les vignes. De quoi se mettre les neurones au repos et profiter de la belle journée sereinement.
20170416_162116

Quand je vois les invectives, les commentaires et autres posts sur les réseaux sociaux, je me dis qu’on a vraiment bien fait !

Et si l’on vous proposait de vous joindre à nous le prochain dimanche d’élection ?

On a les vignes magnifiques en cette saison.
On a notre urne magique, celle dans laquelle on peut cracher tout à loisir pour les ceusses qui en on besoin.
On a de beaux endroits pour des pique-niques et surtout, surtout : on a trois couleurs de vins.
Comme les trois couleurs du drapeau français.

Donc : vous venez avec votre pique-nique, on vous fait déguster nos vins, vous élisez votre couleur -ou vos couleurs- et hop dans les vignes !

On vous proposera des formules pour vous la « Coulée douce« , pour parier sur les « Atout Pic« , pour envoyer un message avec nos « Bouteilles à la mer« , ou faire connaissance avec nos « Pic de Vissou » 🙂
Et pourquoi pas finir sur une petite note sucrée avec notre « Parfum du sud » !

Vous pouvez vous inscrire ici ou en m’envoyant un message facebook https://www.facebook.com/mas.coris

Et si l’on faisait une rebêche ?

Parce que les (raisins) vignerons ont bien été pressés par les écrivains/journalistes/écrivaillons de tout poil, si nous nous posions les bonnes questions à propos de qui est vraiment journaliste, avec sa carte pro ? Qui a déjà fait tout un cycle chez un vigneron ? Qui connait vraiment tous les aspects de notre travail ?

Je vous dois une explication : qu’est-ce qu’une rebêche ? C’est le fait de presser une deuxième fois les mêmes raisins dans le pressoir, afin d’en extraire tout le jus.
20150909_103431

Dans la suite de mon dernier billet, pour en finir avec ce « pressurage direct* » des vignerons par des gens dont, pour certains, les contours sont flous, j’aimerai que l’on en arrive à en savoir plus sur eux.
On nous demande si souvent de montrer notre travail, de sortir les analyses de nos vins, de se justifier. Et si c’était à eux de le faire ?

Il est si facile de critiquer, de dénigrer un travail. Il est facile de tirer à boulets rouges sur les vignerons et leurs gammes..

Alors Mesdames, Messieurs, prêts à nous dire qui vous êtes vraiment ?
1 Retraité(e),
2 Journaliste pigiste, journaliste,
3 Ecriture au stylo à plume sur papier ?
4 Sur traitement de texte ?
5 Machine à écrire ?
6 Pas pro de l’écriture alors quel est votre travail réel ?
7 Votre degré de connaissance dans le métier de vigneron ?
8 Votre degré de connaissance dans le vin ?
9
le vin : un hobby ?
10 Combien de visites dans les vignobles ?
11 Combien d’amis vignerons ?
12 Manichéen avec des idées arrêtées ?
13 Curieux : on en apprend tout au long de sa vie ?
14 Combien de dégustations ? Pros ou non ?
15 Payez-vous vos échantillions ?

Voilà, vous pouvez répondre dans les commentaires, sur les réseaux sociaux ou sur vos blogs. Mais en fait, dans les commentaires c’est bien mieux, ça permettra de tout centraliser..

Dans l’attente de vos réponses qui seront autant de plaisir de lire encore, surtout pour nous autres, petits vignerons.

5e77805d7ebfe005719d6003a4460e6e

pressurage direct* : ramasser les raisins et les presser dans la foulée, avec ou sans rebêche

« De Chemins en Pistes »…

C’est le nom du Off (salon pour les professionnels) que j’ai le plaisir de partager avec des amis vignerons les 25 et 26 janvier. Pourquoi ce nom ? Tout simplement parce qu’il se déroule dans une salle de l’hôtel de l’aéroport de Montpellier, à deux pas du Parc des expositions où se déroule Millésime Bio.

J’ai eu hier une jeune journaliste au téléphone qui voulait savoir le comment du pourquoi et je me suis dit « autant l’expliquer ici »..
C’est la 3ème année que nous organisons ce Off, Iris Rutz-Rudel et moi, la 1ère année que je me retrouve presque seule, Iris prenant sa retraite des vignes (mais restant toujours à mes côtés pour les conseils, questions-réponses, oublis que je pourrais avoir).

Notre volonté première, qui est restée la même, est de mettre tout en commun : les frais, la nourriture, les carnets d’adresses.
L’entrée est gratuite pour nos visiteurs et nous les invitons à partager le grignotage du lundi soir avec nous. C’est l’occasion de discuter en prenant le temps.
La seconde est d’accepter des vignerons sans étiquette, des labellisés (bios, Demeter, biodivin), des natures, des en conversion .. mais qui travaillent tous dans le même sens.

Partant du constat que nous ne voulons pas être simplement dans des petites cases, des classements bien alignés et sages, que nous en avons assez des comparaisons entre vignerons, des « il fait mieux parce qu’il fait comme ci ou comme ça », nous voulons juste faire connaitre nos vins.
Notre pensée est que la seule valeur qui prévaut est de préserver, (faire revenir, aider) la vie de la terre, le travail des vignes, les raisins, le travail en cave et le vin. Pas autre chose. Et le minimum pour ça est d’être en conversion.

Je me suis entendue dire  » mais tous les vignerons ne sont pas en bio, ils ne sont pas répertoriés à l’Agence bio »! Ben non, ils n’y sont pas tous puisque certains sont labellisés ailleurs et d’autres pas du tout.. « ça fait du tort aux vignerons qui paient leur labellisation » : je ne le pense pas, nous la payons, tous les ans depuis 6 ans, parce que c’est notre choix..
Je me dis que ce n’est pas en séparant les blancs des jaunes qu’on peut faire une bonne omelette..
Quand les gens de la vigne autour de nous se posent des questions parce que nos vignes sont exemptes de maladies et pas les leurs, nous nous disons que c’est l’amorce de quelque chose. Pour nous, nos vignes ont appris ou réappris, en n’étant plus perfusées par des traitements irréfléchis et surtout stérilisants toute vie dans la terre, à se défendre, à lutter contre certaines maladies. Elles retrouvent un équilibre qui fait partie d’un tout.
Donc, certains ne sont pas labellisés, mais ils sont cooptés par 2 autres vignerons qui savent comment ils travaillent. La confiance, c’est parfois bien..

Une autre des conditions pour participer, et presque la plus importante : que les vins soient droits.
Que chacun travaille comme il l’entend, en faisant du mieux qu’il peut (dans les limites indiquées plus haut, le respect de la terre), mais que le résultat soit là.

 

de-chemins-en-pistes

Parce qu’au final, outre la façon, la philosophie, la volonté du vigneron, le plus important reste quand même le plaisir que chacun peut avoir en buvant nos vins !!

Ps : on me sussure dans l’oreillette qu’un Off pendant Vinisud, en février, est aussi dans les tuyaux.. Stay tuned !

À vendanges spéciales, cuvée spéciale..

Et oui, cette année est la plus belle de nos années de vendanges.. Les vignes nous ont donné des raisins sains en quantité à peu près égale à l’année dernière, sans tri à faire au ramassage.. Des vendanges faciles en somme : couper le raisin, voir qu’il est sain et beau et le mettre dans sa caisse !

Les fermentations se passent bien, ça glougloute gentiment, rosé, blanc et rouges sont au diapason de cette belle vendange. Les jus sont beaux, les arômes bien présents et déjà on sent poindre un bel équilibre qui fait parler les raisins et les sols de Cabrières..
Si tout ce passe bien donc (ne jamais jamais vendre la peau de l’ours…etc..), les vins devraient être beaux eux aussi..
lever-du-soleil

Mais cette année est spécifiquement spéciale ( j’insiste bien là) aussi pour nous car, outre nos vignes et leurs fruits, nous avons aussi regardé pousser et grandir, s’arrondir et arriver à maturité, le ventre de notre si jolie belle fille ! Notre grand fils va donc être papa à son tour..

Comment ne pas faire de parallèle entre ces raisins, ces vignes et ces vins que nous choyons et élevons, regardons grandir et la beauté de ce ventre contenant tout l’amour du monde ?
Nous avons ri en parlant de véraison, de nouaison, pensant aux raisins et à notre petit-bébé à naitre.. mais surtout, ça nous donné la chance de connaitre une sensation nouvelle, d’enrichir notre année en émotions. Un bonheur plein, rond, ensoleillé, comme nos raisins.
Et savez-vous quoi ? Ça nous a fait réaliser aussi que, de la taille aux vendanges, il se passe 9 mois ! Un diapason qui a été pour nous un parallèle doux, chaud et émouvant..

En plus, « la petite » a attendu la nuit dernière, soit une semaine après la fin de nos vendanges pour pointer le bout de son joli nez, elle est parfaite !! La 8ème merveille du monde, en mieux !

main-tite-marie

Nous aurons donc cette année une cuvée d’exception pour notre Pic de Vissou : le  « Pic de Vissou de la Petite »

PS : selon la formule consacrée, les parents vont bien et les papys et mamies sont aux anges ! 🙂

Le vin du futur, Ange ou démon ?

Telle est la question posée, en version raccourcie,  pour ces #VdV 64, présidé par Doc Adn. La version longue est visible là.. Je crois que j’y répondrai par une autre question : pourquoi retrouve-t’on si souvent dans le petit monde du vin une vision si manichéenne ?

photographie-noir-blanc-architecture-ville-paysage-urbain-illustration-14
En toute chose il y a du bon et du moins bon, mais avec plein de nuances entre les deux, comme un arc-en-ciel. D’ailleurs le blanc n’est-il pas la réfraction de toutes les couleurs et le noir leur absorption ? Ce ne sont donc pas des couleurs en soi..

Je n’aime pas vraiment les visions manichéennes, si définitives, sures d’elles.. Pas de place pour le doute, pour les questions, pour les discussions constructives, pour les échanges au final !

Pour nous, le vin se fait avec de la passion, du temps, de la réflexion, du travail, de la modestie et beaucoup de conviction. On met dans son vin beaucoup de soi, inconsciemment ou pas. Un des plus jolis compliments que j’ai eu, enfin, celui qui m’a le plus touché est  » Tes vins sont aussi gais que toi ! »

coeur-schiste-de-presNous avons un terroir superbe à Cabrières, avec des schistes gréseux datant de Mathusalem (au moins, si ce n’est plus !). Cette terre donne des vins avec une belle fraicheur, un côté mentholé pour certains et une magnifique minéralité, presque salinité pour d’autres. C’est elle qui donne le là, elle qui fait chanter les raisins.. Mais c’est nous qui décidons de faire un tri si minutieux qu’aucun morceau de rafle ne rentre dans les cuves, tel que je l’ai senti  dès le début, sans savoir pourquoi..
Nous qui soignons la vigne, enlevons les bras morts, faisant « souche-nette » à chaque moment de taille. Nous aussi qui choisissons le nombre de traitements à minima chaque année. Et tout ça n’a rien de manichéen !

Je suis convaincue que chaque vigneron, qu’il soit en bio, bio-dynamie, en lutte raisonnée ou pas, fait ce qui lui semble le mieux.. Je parle ici des artisans du vin. Et c’est comme ça depuis très longtemps et ça continuera sans doute comme ça.

Lache-moi-la-grappeQu’on utilise un tracteur, un cheval, des plantes ou du soufre et cuivre, ce n’est qu’un éternel recommencement.. Voir que des chevaux dans les vignes sont perçus comme le dernier des progrès est quelque peu..décalé, mais tellement beau et écologique. Un retour en arrière en quelque sorte..
Les anciens qui ont vu arriver les tracteurs dans les vignes ont sans doute été soulagés à leur époque. Tout comme ils l’ont malheureusement probablement été quand les pesticides et autres désherbants sont arrivés..

Il y a des choses à changer, pour la terre, sa vie, son érosion, mais chacun a son propre rythme. Et je le respecte. Personne n’a la science infuse, ni les vignerons, ni les dégustateurs, ni les cavistes, ni les sommeliers, ni les blogueurs..

Les façons de faire changeront probablement ou peut-être pas..  Mais je pense que si, la génotique, les soins par les plantes, la symbiose des plantes et de la vigne sont des pistes à suivre..
Quand les raisins sont tirés, il faut les boire et ça, il n’y a pas de raison que cela change !

Bref, pour moi, Il n’y a pas un vin du futur, mais des vins !! Et ils ne seront ni moins bons, ni meilleurs, ils seront au goût de ceux à qui ils feront plaisir et c’est bien ça qui compte au final, non ?