Travaux d’hiver..

..Et variés.  Comme chaque hiver, le temps de la pré-taille et de la taille est presque fini. On attend patiemment que la pluie cesse, en croisant fort fort les doigts.. et les orteils !!

Pourquoi ? Parce que l’année dernière on a vu notre petit pont entre 2 parcelles s’écrouler et on a dû le refaire. Et que, depuis plusieurs années, de grosses ravines se forment à cause de ces grosses pluies..
Faire et défaire c’est toujours travailler dit-on, certes, mais là c’est du plus plus en souci et en sou sous !

 

Donc les photos sont prises avant les réparations, les ravines sont maintenant comblées, mais avec cette pluie..

Voilà pour les nouvelles des vignes.. Wait and see ou Wet and sea !

Pour les nouvelles de nos relais, nous sommes heureux d’avoir un nouvel étoilé dans notre liste : la « Scène Thélème » à Paris, après juste 5 mois de vie. Félicitations au chef Pierre Rigothier, à Daniel le sommelier en chef qui nous a fait le plaisir de prendre notre Atout pic rouge lors de l’inauguration. Et de me dire qu’on leur a porté chance !

Il nous avait aussi fait le plaisir d’une visite dans les vignes lorsqu’il officiait au « Laurent« , restaurant fidèle à nos vins depuis quelques années et dont le Chef sommelier Ghislain est d’une gentillesse à toute épreuve. On peut regretter sincèrement que cette adresse emblématique des Champs Élysées, n’ait pas eu une étoile de plus. Son chef Alain Pégouret faisant des merveilles en cuisine..

Bravo aussi à Jacky Ribault du joli restaurant « Qui plume la lune » qui garde son étoile et à Thomas, son sommelier qui nous font confiance. À Jérôme Nutile qui garde également la sienne dans son beau mas de Nîmes, au « Nutile » et merci à Gabriel son sommelier de nous faire une place sur sa belle carte des vins.
Merci aussi aux autres restaurateurs car, même sans étoile, ils vous (et nous) régalent avec de beaux produits et aiment les artisans qui les font. Pour les découvrir, c’est là.

Grande nouveauté cette année : nos étiquettes font peau neuve et nous espérons qu’elles vous plairont.. Nous avons beaucoup testé, affiné, resserré nos choix et sommes arrivés à un résultat dont nous sommes plutôt contents.. Enfin, pour le dire plus simplement, on est d’accord ! 🙂
Découverte dans J-38 , notre mise en bouteilles ayant lieu le 24 mars cette année (on a le temps d’avoir les mouillettes de stresser en approchant de la date..)

Belle et bonne année !

Il est plus que temps de vous présenter nos voeux, à ma manière.. Sans chichi, en une seule prise, de mon téléphone portable. Rien de très professionnel, mais avec mon coeur.
Du milieu des vignes hier, par un matin venteux et froid. Avec un soleil aussi timide que moi..
Qui dit vent dit bruit..
C’est une vidéo spontanée, comme vous pourrez le constater !

Excellente année à vous !

Le lièvre et la tortue..

Fable que vous connaissez tous : cette année, nos vignes ont été une fois tortue puis lièvre, nous obligeant à puiser dans nos réserves, à chercher notre 2ème souffle..
Un peu de répit pour vous tenir au courant de nos vendanges qui ont commencé lundi 5 septembre et se sont finies mardi 13, soit très exactement… 7 jours !!

De l’intense, du dense, de l’épuisant, du beau, du rare et du qualitatif..

20160909_073747.jpg

Du jamais vu, de notre courte mémoire de vignerons, ce ne sont que nos 7èmes vendanges, mais aussi semble-t-il de mémoire plus longue d’amis vignerons.

Une drôle d’année, pendant laquelle les vignes ont joué à la tortue pour finir en lièvre, nous laissant épuisés, mais, malgré tout, heureux !
Tortue parce que les maturités ont tardé à venir, entre un printemps très pluvieux et un été d’une sécheresse, chaleur et longueur impressionnantes.
Lièvre parce qu’ensuite tout a mûri en même temps, nous obligeant à jongler entre les jours de vendanges et les jours de repos… vendanges !!

Nous venons de passer 7 jours de folie, nous levant à 4h30 pour être sur le « pont de notre bateau » à la fraiche, choisissant la veille pour le lendemain les parcelles à ramasser. Je n’ai jamais autant croquer de raisins pour me rendre compte des maturités.
Et je n’ai jamais eu autant de goûts de noisette, de fruits secs, en croquant les pépins.. !20160906_085317

Heureusement, nous avons eu une équipe de folie, des jeunes bosseurs avec qui nous avons pu ramasser 2 parcelles certains jours. Des warriors de l’épinette, de l’égrappoir et du tri 🙂
(NB : bien préciser aux vendangeurs qu’ils ne sont pas là pour aider (!) -dixit une qui nous a lâché en route..- mais pour travailler.)

Notre fidèle Kreyer a bossé au même rythme pour refroidir les jus de raisins ramassés par 36° parfois ! Il a fallu tenir le choc en cave aussi, avec toutes les cuves pleines en même temps, les délestages, remontages, débourbages et pigeages nécessaires pour donner le meilleur de notre récolte.

20160909_095629
Notre Syrah du haut

Heureusement, Jean était aussi en mode warrior, guerrier de la pompe et des manches, des drapeaux, des raisins, des rafles et …tout et tout !

Et au milieu de toute cette précipitation, rapidité et mûrissement à donf’, Monsieur Cinsault, lui, a pris son temps, bloquant sa maturité un moment, nous laissant un peu de marge pour le ramasser en dernier.. juste avant les pluies orageuses prévues et qu’il aurait difficilement pu supporter avec sa peau fragile, sa nudité (même plus de feuilles de vigne !).

20160912_073004
Notre Cinsault du bas

En terme de récolte, avec cette sécheresse, c’est presque 30% de moins, selon les cépages, comme chez beaucoup cette année..
Mais une belle qualité de raisins : sains, petits mais costauds, leurs jus sont concentrés sans extraction forte, joliment goûteux et prometteurs.

20160908_114633
Le juteux Cinsault
20160912_081920
Les beaux blancs

La pouponnière est pleine, à nous de bien faire grandir tous les petits, avec des surprises à venir.. !

 

Gédéon le pressoir..(il aurait pu s’appeler « Euro » !)

Mais avant tout, parlons peu et parlons raisins..
Il y a un moment que je ne vous ai pas parlé des vignes, tout simplement parce que j’y suis moins allée cette année. Une énorme fatigue, une sorte de « burn-in »..
En partie due à la fibromyalgie : elle m’a rappelé que je ne pouvais plus du tout avoir le même rythme que (Jean) tout un chacun. J’ai oublié de m’économiser, tout en ayant l’impression de le faire..

Trop de travail non stop, trop d’énergie dépensée tous azimuts..
Peut-être aussi trop de passion, bref trop de trop !!

Du coup, j’ai levé le pied, un peu, beaucoup, passionnément. Ça ne veut pas dire que je n’aime plus les vignes, au contraire ! Comme Jean est là et qu’il veille aux grains, j’en profite, tout en assurant toujours les parties commerciale, paperasse, dégustations, etc… Tranquille mimile. Je sais que quand je vais retourner dans cet endroit que j’aime tant, sous peu, j’y retrouverai bonheur et sérénité.

Pendant ce temps, la vigne pousse, pousse pousse et les raisins commencent petit à petit leur véraison. J’aime leur allure de bonbons, ces couleurs qui m’ont tant surprise quand je les ai vu pour la première fois (ben oui, je n’avais jamais réfléchi à la manière dont les raisins murissent).
20160802_092321

Les vendanges arrivent à grands pas !
Et avec elles le travail de cave. Nous avons constaté l’année dernière à quel point notre petit pressoir à cliquet devenait insuffisant par rapport à la nouvelle taille de notre (toujours) petit domaine.
Devant les prix des pressoirs pneumatiques et des nouvelles cuves, que nous ne pourrions acheter, je n’ai pas hésité : le nez à fond dans les papiers, j’ai fait une demande d’aide européenne : accordée !!
Alors oui, souvent je peste contre l’europe, contre son côté technocrate à deux balles qui nous étouffe sous tant de règlements et nous oblige à tant de paperasses et je continuerai à pester contre ses inepties.

Mais là, je souffle, et si nous pouvons changer notre outil de travail, gagner en temps et en praticité, c’est aussi à vous que nous le devons : au moins, nous savons où est allée une partie de vos/nos taxes !! Merci donc à vous aussi 🙂

Je vous le montre ? Il est beau comme un camion !

20160728_105259

Gédéon, ça lui va bien non ?

« De Chemins en Pistes »…

de-chemins-en-pistes

C’est le nom du Off (salon pour les professionnels) que j’ai le plaisir de partager avec des amis vignerons les 25 et 26 janvier. Pourquoi ce nom ? Tout simplement parce qu’il se déroule dans une salle de l’hôtel de l’aéroport de Montpellier, à deux pas du Parc des expositions où se déroule Millésime Bio.

J’ai eu hier une jeune journaliste au téléphone qui voulait savoir le comment du pourquoi et je me suis dit « autant l’expliquer ici »..
C’est la 3ème année que nous organisons ce Off, Iris Rutz-Rudel et moi, la 1ère année que je me retrouve presque seule, Iris prenant sa retraite des vignes (mais restant toujours à mes côtés pour les conseils, questions-réponses, oublis que je pourrais avoir).

Notre volonté première, qui est restée la même, est de mettre tout en commun : les frais, la nourriture, les carnets d’adresses.
L’entrée est gratuite pour nos visiteurs et nous les invitons à partager le grignotage du lundi soir avec nous. C’est l’occasion de discuter en prenant le temps.
La seconde est d’accepter des vignerons sans étiquette, des labellisés (bios, Demeter, biodivin), des natures, des en conversion .. mais qui travaillent tous dans le même sens.

Partant du constat que nous ne voulons pas être simplement dans des petites cases, des classements bien alignés et sages, que nous en avons assez des comparaisons entre vignerons, des « il fait mieux parce qu’il fait comme ci ou comme ça », nous voulons juste faire connaitre nos vins.
Notre pensée est que la seule valeur qui prévaut est de préserver, (faire revenir, aider) la vie de la terre, le travail des vignes, les raisins, le travail en cave et le vin. Pas autre chose. Et le minimum pour ça est d’être en conversion.

Je me suis entendue dire  » mais tous les vignerons ne sont pas en bio, ils ne sont pas répertoriés à l’Agence bio »! Ben non, ils n’y sont pas tous puisque certains sont labellisés ailleurs et d’autres pas du tout.. « ça fait du tort aux vignerons qui paient leur labellisation » : je ne le pense pas, nous la payons, tous les ans depuis 6 ans, parce que c’est notre choix..
Je me dis que ce n’est pas en séparant les blancs des jaunes qu’on peut faire une bonne omelette..
Quand les gens de la vigne autour de nous se posent des questions parce que nos vignes sont exemptes de maladies et pas les leurs, nous nous disons que c’est l’amorce de quelque chose. Pour nous, nos vignes ont appris ou réappris, en n’étant plus perfusées par des traitements irréfléchis et surtout stérilisants toute vie dans la terre, à se défendre, à lutter contre certaines maladies. Elles retrouvent un équilibre qui fait partie d’un tout.
Donc, certains ne sont pas labellisés, mais ils sont cooptés par 2 autres vignerons qui savent comment ils travaillent. La confiance, c’est parfois bien..

Une autre des conditions pour participer, et presque la plus importante : que les vins soient droits.
Que chacun travaille comme il l’entend, en faisant du mieux qu’il peut (dans les limites indiquées plus haut, le respect de la terre), mais que le résultat soit là.

 

de-chemins-en-pistes

Parce qu’au final, outre la façon, la philosophie, la volonté du vigneron, le plus important reste quand même le plaisir que chacun peut avoir en buvant nos vins !!

Ps : on me sussure dans l’oreillette qu’un Off pendant Vinisud, en février, est aussi dans les tuyaux.. Stay tuned !

À vendanges spéciales, cuvée spéciale..

Et oui, cette année est la plus belle de nos années de vendanges.. Les vignes nous ont donné des raisins sains en quantité à peu près égale à l’année dernière, sans tri à faire au ramassage.. Des vendanges faciles en somme : couper le raisin, voir qu’il est sain et beau et le mettre dans sa caisse !

Les fermentations se passent bien, ça glougloute gentiment, rosé, blanc et rouges sont au diapason de cette belle vendange. Les jus sont beaux, les arômes bien présents et déjà on sent poindre un bel équilibre qui fait parler les raisins et les sols de Cabrières..
Si tout ce passe bien donc (ne jamais jamais vendre la peau de l’ours…etc..), les vins devraient être beaux eux aussi..
lever-du-soleil

Mais cette année est spécifiquement spéciale ( j’insiste bien là) aussi pour nous car, outre nos vignes et leurs fruits, nous avons aussi regardé pousser et grandir, s’arrondir et arriver à maturité, le ventre de notre si jolie belle fille ! Notre grand fils va donc être papa à son tour..

Comment ne pas faire de parallèle entre ces raisins, ces vignes et ces vins que nous choyons et élevons, regardons grandir et la beauté de ce ventre contenant tout l’amour du monde ?
Nous avons ri en parlant de véraison, de nouaison, pensant aux raisins et à notre petit-bébé à naitre.. mais surtout, ça nous donné la chance de connaitre une sensation nouvelle, d’enrichir notre année en émotions. Un bonheur plein, rond, ensoleillé, comme nos raisins.
Et savez-vous quoi ? Ça nous a fait réaliser aussi que, de la taille aux vendanges, il se passe 9 mois ! Un diapason qui a été pour nous un parallèle doux, chaud et émouvant..

En plus, « la petite » a attendu la nuit dernière, soit une semaine après la fin de nos vendanges pour pointer le bout de son joli nez, elle est parfaite !! La 8ème merveille du monde, en mieux !

main-tite-marie

Nous aurons donc cette année une cuvée d’exception pour notre Pic de Vissou : le  « Pic de Vissou de la Petite »

PS : selon la formule consacrée, les parents vont bien et les papys et mamies sont aux anges ! 🙂

Du pêle et du mêle, de la vigne aux bouteilles..

Il n’y a rien à faire, je me fais toujours doubler par le temps.. Et pourtant, il s’en passe des choses dans notre petit domaine et autour !

– Nous avons réalisé les assemblages (du coup Jean a réagencé la cave) et choisi la date de notre mise en bouteilles : le 9 mars.
Pour connaitre nos prochaines différentes cuvées, c’est ici..

20150115_153238  20150116_144111

– Jean a fini la pré-taille et la taille est bientôt finie aussi.

– Iris (mon amie vigneronne) et moi avons, aidées de Morgane, communicante zélée qui nous fait le plaisir de travailler pour notre petit salon, réitéré le » Off » comme l’année dernière pendant Millésime Bio. « De chemins en Pistes » a été un franc succès tant pour l’ambiance que pour la qualité des vins (dixit les vignerons et les visiteurs). 40 vignerons ont fait le déplacement !
1794577_379504642213585_1692448489919861785_n Ce salon me tient à coeur car il est fondé sur le  partage : chaque vigneron a amené quelque chose à manger que nous avons partagé avec nos invités. Chacun a invité ses clients et prospects et tout ça dans une ambiance simple. Il me tient à coeur aussi car, contrairement à ce que j’ai pu entendre, ce n’est pas un salon de vins natures. Je le souhaite comme une ouverture, un salon de non clivage, le minimum étant de suivre une ligne directrice respectueuse de son environnement, de ses sols, de l’espace dans lequel nous travaillons. Il y avait donc des gens certifiés bio, des biodynamistes, des demeter, des en conversion et des nature. Mais quelque soit la chapelle, les vins étaient du même niveau de droiture et de gouleyance. Ils étaient « loyaux et marchands », comme nous y oblige la loi et comme ils nous plaisent surtout !

– Je viens de finir de relooker nos étiquettes, notamment celles de nos Atout Pic, puisque cette année nous avons un Atout Pic blanc (100% clairette) qui vient en complément de notre « petit gourmand ». Les voici en avant-première !!
Ils sont maintenant complètement intégrés à notre gamme ( je vous rassure, elles sont bien moins flashies en réalité !! Ce sont les mystères des conversions d’un logiciel à l’autre..) .

Atout pic14-new3   Atout pic14-new-blanc-degra-vert2

– Et l’étiquette de notre première cartagène..
Vous ne connaissez pas ce vin liquoreux ? Il fait partie des traditions du languedoc. Chaque viticulteur, vigneron, gardait une petite partie de parcelle et ramassait tardivement les raisins. Après les avoir pressé, ils rajoutaient un peu d’alcool pour stopper la fermentation. Les raisins gardent donc leur sucre. Elle peut donc se faire avec différents cépages et se boit en apéritif..

Cartagene-dentelle-rouge-final