Le #harvestchallenge du Mas Coris, c’est dimanche !!

Parce que je suis (têtue) persévérante, que ce « challenge » me tient à coeur, et que nous avons la possibilité de faire une petite cuvée de quelque chose bien de chez nous avec les raisins restants de notre clairette, si vous voulez vous joindre à nous dimanche, nous en serons heureux !
Comme je vous l’ai expliqué dans un précédent billet je souhaitais contre-balancer l’effet #icebuckerchallenge par quelque chose de plus doux, plus convivial et serein.IMG_2097

Il faut que je vous explique pourquoi, au fond de moi, ce challenge mêlant glaçon et eau glacée, m’a mis si mal-à-l’aise, et les ami(e)s atteint(e)s de douleurs chroniques tout autant. Nous n’avons pas compris..
Pourquoi vouloir faire comme si vous pouviez ressentir ce que nous vivons ? La douleur peut rendre fou, c’est, je crois, ce que je puis vous dire de plus fort..
Imaginez des crampes dans chaque fibre de vos muscles, pas dans chaque muscle, mais dans chaque fibre..
Imaginez que l’on tente de vous arracher les articulations et, quoique vous fassiez vous ressentez les deux en permanence, le jour, la nuit.. plus la fatigue chronique car la douleur épuise..
Voilà ce que j’ai vécu -ceci dit sans pathos aucun, juste une explication-, ce que je vis encore IMG_2092mais dans des limites plus raisonnables . Comment, quand on souffre autant, peut-on seulement imaginer faire souffrir quelqu’un d’autre juste pour qu’il « se rende compte » ?? Ça nous a sidéré(e)s et dérangé(e)s..

Bref, j’ai imaginé, profitant d’être vigneronne, partager notre bonheur des vignes, vous faire du bien une journée..
Venir ramasser quelques grappes avec nous dans notre si bel endroit, participer au travail de cave pour ceux que ça intéresse.
Faire du bien à vous qui viendrez tout d’abord, et du bien à d’autres ensuite : en échange de cette journée, je vous demande de faire un don à l‘Association Française Vaincre les Douleurs dont je m’occupe à Montpellier, cet argent nous donnera la possibilité d’aider des gens que la douleur foudroie, quelque soit leur maladie.
Comment ? En leur proposant des ateliers et, j’espère à terme, un endroit à eux.
Pourquoi cette association plutôt qu’une autre ? Parce qu’elle ne « sectorise » pas les personnes atteintes par maladie justement.
L’association étant reconnue, les dons sont déductibles des impôts, pensez-y..

Je vous donne donc rendez-vous dimanche à 9 h 45 à Cabrières, 32 avenue de Clermont devant de notre cave. Repas tiré du sac, convivialité et soleil seront forcément là !!

Pour vous inscrire : mon adresse email byvero34@gmail.com ou au téléphone 06 74 14 88 91, mais vous pouvez aussi venir « au débotté ».. Je compte sur vous 🙂

Mais, me direz-vous, qu’allons-nous faire avec cette vendange ? …. De la Cartagène = « carte-à-gène ? »
IMG_2110
IMG_2101

#icebucketchallenge versus #harvestchallenge ?

Cela fait quelques jours, ou plutôt quelques semaines, que l’on voit passer sur les réseaux sociaux des vidéos de personnalités (Bill Gates, Mark Zuckerberg, Bill Clinton et beaucoup, beaucoup d’autres) se vidant (ou se faisant vider) un seau d’eau glacée sur eux. Dans quel but ? Récolter des fonds pour la recherche en ce qui concerne la maladie de Charcot et d’autres. S’étendant de pays en pays,  différentes associations en profitent. Des sommes faramineuses ont été récoltées, ce qui montre bien qu’à plusieurs, on est toujours tellement plus fort !!

Alors forcément, quand on est atteint d’une maladie chronique pour laquelle les recherches sont quasi-inexistantes par faute de moyen, tout comme ces maladies orphelines, on est heureux de cet engouement, de cette vague.
Pour ma part, il y a un moment que je réfléchis à comment faire pour aider mes semblables, ceux dont la vie est rendue si difficile par des douleurs chroniques.

J’ai mis au point nos « vendanges thérapeutiques«  qui devraient voir le jour cette année : faire venir des personnes atteintes pour vivre une journée/un moment de vendanges et surtout partager notre repas du midi.
Je sais trop le bien que peut faire une telle journée dans notre si bel endroit pour ne pas le partager..
J’ai pensé aussi à organiser un repas de chef(s) dans nos vignes, mais je ne connais pas assez de monde pour ça, pas de people dans mes cartes de visite et ça demande une énergie organisatrice que je n’ai pas forcément.. Les douleurs changent vos nuits, vos jours, votre fatigue et toute votre énergie..
Dans la tête, ça bouillonne, beaucoup, mais le physique me fait défaut.. Les idées fusent, mais la mise en application est toujours difficile.

Je me suis engagée dans l’association AFVD (Association Française Vaincre les Douleurs) qui est reconnue au plan national et européen. Une telle association pour les personnes douloureuses Capture d’écran 2014-08-27 à 14.23.19chroniques n’existait pas sur Montpellier.
Je serai donc leur porte-parole et surtout bénévole référent ici.
Ce qui veut dire quoi concrètement ? Que je ferai des permanences tout d’abord une fois par mois à la clinique Clémentville dont l’unité douleur me suit depuis 5 ans et à l’hôpital Lapeyronie, dans le service anti-douleur du Dr Ginies, qui se bat depuis nombre d’années pour que la douleur chronique soit reconnue comme une maladie à part entière, quelle que soit la cause de son apparition.
Permanence de soutien aux malades, pour les aider dans leur cheminement, leur tenir la main aussi tout simplement..

Mais à terme, devinant ce qui serait idéal, j’aimerai que cette antenne de l’association ait un endroit, une structure HORS milieu hospitalier, accueillante, où l’on puisse faire des ateliers.. Cuisine par exemple pour remettre les mains dans la farine, potager pour remettre les mains dans la terre, art pour avoir les couleurs pour interlocutrices..etc..
Une pièce aussi, où l’on puisse ne rien faire d’autre que se replier dans sa coquille, en toute quiétude..

Mais pour ça il faut des fonds, des sous sous, du pèze, de l’oseille…
et je n’ai que des raisins !!

Vous me direz qu’il existe déjà beaucoup d’associations.. Je vous répondrais oui, mais sectorisées par maladie, chacune essayant de tirer la couverture à soi.
J’ai eu un jour à tenter de convaincre des médecins généralistes sur le bien-fondé de la création une maison spécifique pour les personnes ayant des douleurs chroniques, il m’a été répondu « qu’il y avait déjà suffisamment d’associations pouvant faire mon bonheur ! » J’ai rétorqué qu’effectivement, en ayant eu un cancer, j’aurais pu m’inscrire à l’association correspondante ; puis, ayant eu une douleur chronique, je pouvais m’inscrire à une association de douloureux chroniques (ce que j’ai choisi) et qu’ensuite, étant maintenant fibromyalgique, je pouvais aussi m’inscrire à l’association des fibromyalgiques..
Mais au final, ce que je leur ai fait comprendre, c’est que l’on ne peut se retrouver, reprendre de nouvelles bases, que si l’on se sent une et entière, pas des petits bouts dispatchés dans différents associations..
Et l’AFVD est idéale pour ça puisqu’elle concerne des gens ayant des douleurs chroniques, sans recherche de la cause, c’est-à-dire des personnes ayant des maladies différentes mais dont la résultante est la même pour tous : devoir apprendre à vivre avec des douleurs jours et nuits..

Vous me voyez venir avec mes gros sabots ?

pixiz_525be42ad87c8En tant que vigneronne, je ne peux m’empêcher de penser à un « harvestchallenge » auquel chaque vigneron de France pourrait participer et faire participer ses amis.
Vous qui aimez le vin, les vignes, les vignerons ; vous les blogueurs, les cavistes, les restaurateurs ; vous qui habitez pas loin d’un vigneron participez à ce #harvestchallenge : allez couper quelques grappes, participer à une journée de vendanges en échange d’un don pour l’AFDV !!
Et vous mes amis vignerons, je suis sure que vous serez partants pour accueillir pour une journée ces bonnes volontés dans votre vigne !!

Repas tiré du sac, esprit convivial et bonne humeur suffisent pour l’organiser.. et l’adresse de l’association où envoyer vos dons :

                             AFVD – La Tillerolle – 79200 Pompaire

Voilàààà, c’est finiiii.. sur un air connu de Téléphone et en images..

Et oui, nous avons été pris de court, bousculés, aspirés par nos vendanges cette année !! Finies en 2 semaines, record battu !! D’où mon peu de communication de ce côté…

Et comme je ne vais pas chaque année vous faire le coup du « on a vendangé ci, puis ça, puis ça », ni celui du « Oh que c’est bien de retrouver le calme de la cave ! », je vous propose nos vendanges en images.. (pour la musique, je vous laisse la fredonner ! )..
En deux parties puisque nous avons eu la chance d’avoir deux photographes cette année..

Juste avant, je vous dirai juste que, malheureusement, à cause de la rapidité de nos vendanges, nous n’avons pu faire les « Vendanges thérapeutiques ».. Mais l’idée est dans les starting-blocks et nous affinerons le comment du pourquoi pour pouvoir les mettre en place in situ l’année prochaine ! Je remercie ici la directrice de la clinique Clémenville pour son écoute et son enthousiasme, de même que l’équipe qui l’entoure.

Vendanges en images, partie une : les photos de notre amie Laurence, que vous pouvez retrouver ici et quelques-unes, les moins bonnes, de moi !

Le petit matin et les découvertes dans la vigne ..

pixiz_525fd3a37a632

Les toutes premières grappes de grenache ramassées pour faire notre rosé, avec toujours notre fidèle Kayette..

pixiz_525995b15e5af

Les toutes premières grappes de notre tout premier b(l)anc d’essai ..

pixiz_525bd2f5c876c

Nos bêbêtes de l’année..

pixiz_525be0ba98161

Le jus sotant du pressoir pour notre rosé et le tri drastique au chai pour nos rouges..

pixiz_525fd8ce0c5b1

Et bien sûr, la star de nos vendanges… le raisin !!

pixiz_525be42ad87c8

Avant l’heure, c’est pas l’heure… Après l’heure… non plus !!

C’est bien connu.. Donc, comme nous sommes avant l’heure, autant dire que l’on est à fond dans les préparatifs des vendanges… Redescendre tout ce que nous avions stocké à l’étage : égrappoir, caisses à vendanges, drapeau réfrigérant..etc.. Vérifier le matériel type groupe de froid (pour le rosé), les pompes, les tuyaux.. Bref, nous sommes dans les startings-block !!

Et aussi étrenner nos nouveaux joujoux, heu pardon, nos outils de travail !!
Les enrouleurs pour tous les tuyaux nécessaires, par ordre de taille (grosso modo), la table sur-mesure pour  faire les mesures (justement) aisément et poser les bidouilles dont nous avons besoin, le pressoir et le serpentin pour refroidir le rosé dans sa cuve, l’égrappoir et…. nos chariots !!

                                Dont le tout dernier que nous allons étrenner pour les vendanges.. modulable en 2 ou 4 caisses pour les charrier dans les rangs des vignes .. Un grand confort je suis sure !!
Nous avons donc maintenant le petit modèle, le mien, qui me sert toute l’année et le grand pour les vendanges et autre transport de choses dans les vignes .. On n’arrête pas le progrès ! Merci à notre bircoleurdegénie André..
    

On devrait peut-être les faire breveter, non ??

Et notre fidèle compagne, dans les starting blocks elle aussi !!

VdV # 48 initiés par Sonia, notre ethnologue/oenologue..

du blog « Vin de presse « . Son thème ? « Ce sera donc une musique de film ou de série télévisée. Peu importe le genre ou la date de diffusion de cette musique, ce qui compte c’est l’univers qui l’entoure, l’émotion qu’elle vous procure et ce qu’elle vous donne envie de boire. »

Alors là,  vient la grande question existentielle… a-t-on droit aux dessins animés ?? Parce que si l’on additionne mon âme d’enfant bien présente, ce métier physiquement difficile, ma créativité et mon sens pratique, j’arrive toujours au même résultat : « Inspecteur Gadget » !!!

Je vous ai déjà montré mon charriot-des-vignes pour l’ébourgeonnage, mais je ne vous ai pas encore montré celui pour les vendanges ( un modèle pour 4 caisses est en cours de fabrication ).. chariot a tout faireOeuvre d’un de mes beau-frère bricoleur, c’est devenu un indispensable pour moi !

Il me sert tout le temps dans la vigne pour faire suivre mon fatras de vigneronne : bouteille d’eau, sécateur, gants, Ipod, sac à main.. Mais il faut que je vous dise que sur la photo, il manque la caisse à vendange qui s’adapte dans le cadre.

Mais ce n’est pas tout.. Il y a aussi la « table de tri », prolongement indispensable à l’érafloir pour égrapper comme je le souhaite, avec une grande minutie, tous les raisins amenés à la cave.

Bref, au fur et à mesure de mes découvertes, je n’ai de cesse de trouver d’autres ustensiles, d’autres bidouilles.. Et Jean s’y met aussi pour faciliter le travail dans la cave. Nous avons maintenant une table à roulettes, assez haute pour poser une éprouvette contenant le mustimètre, sans avoir à se baisser pour lire ses indications. Elle nous permet aussi de ranger tout le petit matériel et l’amener à tout moment devant la cuve dont nous nous occupons.. Je vous ferai des photos 🙂

Forcément, après avoir lu ce texte, vous devinez bien que je ne suis pas tout à fait dans le sujet.. Ce n’est pas la musique qui m’inspire le vin, mais la création de nos vins qui m’inspire la musique.. J’espère que la Présidente de ce mois ne m’en tiendra pas rigueur..

A nos vins donc, modestement !!

Cheers, Chéréfé…etc…