Comment elle avait raison… !!

Oui enfin en traduction de langue vigneronne, ça donne « comment est la véraison », j’avais juste envie de m’amuser un peu avec les mots..
Quoi de mieux qu’un petit tour en photos pour voir où en sont nos vignes, histoire de ne pas perdre de vue le principal ? 
En ce moment, la véraison est en route, très avancée sur certaines parcelles comme nos Syrah et très variable sur d’autre comme notre Grenache et nos cépages blancs..

Dans les travaux, nous avons fait des vendanges en vert, pour la 1ère fois.. J’ai toujours pensé que les vendanges en vert avaient lieu quand l’ébourgeonnage faisait défaut. C’est notre cas. Ma santé n’ayant pas été florissante au printemps, l’ébourgeonnage s’en est ressenti et certaines parcelles se sont retrouvées avec des grappes agglutinées, difficile pour elles de mûrir dans de bonnes conditions.
Du coup, j’ai passé les 2 derniers jours à enlever celles en trop afin que l’air circule bien et que le soleil fasse son effet.

veraisongrenache
Véraison du Grenache
veraisonsyrah
Véraison de la Syrah

Dans notre plantier de blanc, pour tenter d’éviter que ne se reproduise le désastre de l’année dernière, quand les sangliers avaient mangé 60 % de notre Vermentino, nous avons mis des fils électrifiés. Espérons que ce soit efficace !

En parlant des sangliers, ils ont commencé à grignoter notre petite Syrah, qui pourtant est bien loin d’être mûre..

Gare à la fée électricité
Gare à la fée électricité
Derniers ajustements et premier test..
Derniers ajustements et premier test..
Sans doute la soif.. ?
Sans doute la soif.. ?

Nous arrivons à notre dernier traitement de l’année, sans souci et sans maladie.
Apparemment, il y avait une grosse pression en mildiou à Cabrières dès le printemps, mais pas chez nous.. Ce qui fait que quelques viticulteurs commencent à se poser des questions sur les produits qu’ils utilisent et tentent les seuls bouillie bordelaise et cuivre, avec succès semble-t-il.
Et, comme vous le pensez bien, cela nous ravit ! Quel meilleur moyen d’apprendre à évoluer, à ne pas rester figé, que de garder une ouverture d’esprit et regarder se qui se fait ailleurs ?
Parce qu’il est tellement beau ce coin de notre Languedoc !!

vue-grenacheD’ailleurs, j’en profite pour vous rappeler que si vous êtes en balade vers ce joli coin, n’hésitez pas à nous contacter, ici pourquoi pas ou sur notre site, et nous nous ferons un plaisir de vous faire visiter, de vous expliquer notre travail et notre passion ! Et peut-être même vous faire déguster nos vins 🙂

Cochon (genre sanglier) qui s’en dédit..

J’aurais pu titrer « certains ont la grêle, plus spectaculaire, nous c’est les sangliers »..
Hier était notre premier jour de vendanges de l’année 2014. Un millésime qui s’annonce plutôt pas mal -ne vendons pas la peau de l’ours..etc..-  Peu de traitements, des raisins sains et en quantité, une maturité qui prend son temps, tout y est, même, malheureusement, les sangliers !

Comme chaque année me direz-vous. Ben non, pas complèment, parce qu’ils sont beaucoup plus gourmands.. pour ainsi dire même voraces..

Toute l’année nous avons bichonné nos vignes, surtout le plantier de blanc. Certains de ses quatre cépages nous promettaient une jolie récolte, d’autres se reposaient de l’année dernière, un autre encore subissait les assauts des porquets (des chenilles dévoreuses), puis des chevreuils (qui adorent les jeunes pousses tendres)..
20140905_111909
Le viognier a donc fait l’impasse sur sa production, le grenache blanc a été attaqué dès le tout début du printemps, la roussane a produit un peu et le vermentino était magnifique. De belles grappes se doraient au soleil, protégées par un feuillage souple et bienveillant.. Je pourrais vous en faire un poème ! Mais nous en avons fait un pressoir.

Nous nous étions rendus compte assez vite des attaques répétées des sangliers au fur et à mesure du mûrissement des raisins. Essayant même de les freiner en mettant de la « rubaline » autour de la parcelle.
Tout d’abord limitées à la périphérie, elles ont eu lieu au final sur tous les rangs, nous enlevant à peu près 50 à 60 % de la production..

Voir ça quand nous avons apporté tant de soin à ces petits, je revois Jean allant arroser les rares petits plants qui n’avaient pas pris la première année et qu’il avait remplacé. Je repense aux heures passées pendant la taille. C’est vraiment désolant pour ne pas dire démoralisant.. Non, nous ne faisons pas ce métier pour nourrir les sangliers !!

Nous avons appelé les chasseurs de Cabrières qui nous ont assuré être venus sur nos parcelles.. Nous allons bien-sûr faire une demande à la fédération de chasse, pour un remboursement qui a tout de symbolique, tant pas la somme que par le manque à gagner. Nous pensions faire le double de volume de l’année dernière, nous sommes à presque moins..

La vente de notre Pic de Vissou 2014 se fera donc sur réservation..

Les mains dans le gâteau !!*
Les mains dans le gâteau !!*

* le gâteau est le nom donné à l’amas compact de raisins une fois pressés, que l’on peut voir une fois les demies cages de bois du pressoir enlevées.