Et la « routourne tourne »..

Titre emprunté à un footballeur qui a fait rire (ou se désoler) tant de personnes ,  lui qui espérait que la « routourne va vite tourner » !!

20140729_151834Nous allons arriver à notre 5ème campagne, nos 5èmes vendanges.. Incroyable comme ça file vite ! Cette semaine a été l’occasion pour nous de nous en rendre un peu plus compte en recevant au domaine des amoureux de la région et de ses vins et qui se posent beaucoup de questions quant à créer, eux aussi, un petit domaine..

Et nous voilà repartis 5 ans en arrière, quand nous aussi nous allions à la rencontre de vignerons. Etrange de se remémorer tant de chemin parcouru, en si peu de temps (dans notre tête !) et d’être à la place de ceux à qui nous posions tant de questions..
Etrange et réconfortant de pouvoir, à notre tour, leur dire « posez toutes les questions que vous voulez, il vaut mieux les poser avant qu’après.. » ! Même si, nous le savons bien maintenant, les questions sont comme un puits sans fond..

Nous nous sommes rappelés comme l’accueil attentionné de ces vignerons, pour lesquels nous n’étions rien (certains n’avaient même pas de parcelles à vendre), nous avait étonné et agréablement surpris. Mais, en changeant de rôle, nous savons maintenant que c’est innérant à ce métier, le partage n’est pas un vain mot, tout simplement.

Ce métier a tellement de facettes, une vraie part de rêve aussi, qu’il nous appartient de le montrer tel qu’il est, avec ses bonheurs et ses réalités parfois dures, sans faux semblant. Ne pas en faire une chimère, mais une possibilité de plaisir, d’accomplissement, y compris dans ses difficultés.
Parce que, au final, ces difficultés ne font que plus réaliser à quel point la liberté qu’il donne n’a d’égale que le travail effectué..
Je m’explique : pour être vigneron(ne), il faut avant tout penser « global », c’est à dire travail des vignes, de la cave, la paperasse et surtout, surtout, la commercialisation. Si ce dernier point n’est pas pris en compte, l’aventure ne durera pas..
20140729_153747 Comme dans tout métier, vendre permet d’investir, d’avancer, de faire des choix. Ce n’est pas si évident que ça en à l’air..
Pas parce que c’est difficile, non, même si ça prend beaucoup d’énergie et de temps, mais surtout parce que dans les vignes, on est diablement bien ! Parce que les vignes vous transportent dans un monde parallèle où le temps n’est plus le même, où vous êtes vous face à… vous.
Cette notion là est difficile à expliquer et à appréhender, la vigne a tellement de côtés positifs ! Mais elle est aussi un vecteur de désocialisation. Vous lui donnez toute votre énergie, du coup il en reste peu pour les soirées, les amis, la famille aussi parfois !

Il est important de lever le nez des souches et regarder l’horizon, allez à la rencontre des gens, les inciter à venir au domaine aussi. Ce qui se fait, pour notre part, avec un réel bonheur !

Leur dernière question a été  » Alors vous ne nous dites pas non ??  »
Ben non, on ne dit pas non, une fois que l’on prend la mesure des risques financiers (comment faire une petite fortune dans le vin ? ————–> avec une grande fortune !), la mesure de sa motivation, la mesure aussi de l’équilibre entre le plaisir et les em..dements, on ne peut que dire oui, allez-y, foncez !!
Mais pas tête baissée… !
20140729_101946

Dégaine, t’as ta chance !!

C’est la première réflexion qui me vient à l’esprit quand je vois avec quelle rapidité Jean écrit et vous tient informé sur son site.. Son métier de journaliste est une deuxième nature, à moins que ce ne soit l’inverse ! Quant à moi, j’ai toujours besoin de « digérer » les infos, les expériences et/ou les nouvelles, avant de vous les restituer..

Hier était donc la première de nos « journées portes grandes ouvertes« .

En plus de la joie de partager notre travail au coeur de la cave, nous avons pu parler avec chacun du comment on fait le rosé ? le rouge ? pourquoi telle cuvée ? qu’est-ce qui nous décide à la création d’une nouvelle cuvée ? etc…
Les personnes qui nous posent ces questions commencent souvent par « elle va peut-être vous paraitre idiote ma question, mais je n’y connais rien » et là, nous lui répondons sans complexe « Il n’y a que 4 ans que nous avons commencé et nous ne nous y connaissions pas plus que vous !! ».
C’est probablement ce manque de complexe qui facilite tant les rapports.. Notre simplicité n’a d’égal que notre envie de faire part de nos enthousiasmes, difficultés et autres découvertes.

Faire du vin commence avec le travail dans vignes, se prolonge dans les cuves et les barriques et se conclue en bouteilles dans lequel le vin a parfois besoin de vieillir. Ce n’est pas toujours facile, souvent dur même, mais tellement passionnant !
Alors quand, comme durant cette journée, nous pouvons transmettre notre passion, nous savons que ces personnes ne boirons plus seulement « du vin », mais notre vin et ça, ça change tout !

Notre joie était encore plus grande durant cette journée car nous avons eu la joie d’avoir nos deux fils Brice et Maxime avec nous (ce qui est rare, les deux bossant beaucoup et l’un des deux souvent à l’étranger).. Le bonheur, juste !

nous-quatre