C’est ma tournée !

Façon de parler.. Disons que je suis à Paris pour faire déguster nos vins à quelques professionnels et pour une journée de dégustation chez Christelle, notre charmante caviste de Neuilly.
J’en profite donc pour vous donner les dates et lieux où vous pourrez me/nous retrouver en dégustation.

Samedi 25 février chez Christelle donc, aux Caves du Parc, à Neuilly, pour une journée rencontre et dégustation de notre gamme.

Le 12 mars à Claret, joli petit village héraultais pour les Héritières de Bacchus, avec un team de vigneronnes uniquement. Parrain prestigieux cette année en la présence de Philippe Faure-Brac, grand connaisseur s’il en est, aimant les vins et ceux qui les font.16797177_1714291952195724_5742715543400929076_o Une belle journée en perspective !

Le 16 mars, ce sera dégustation au Mas de Saporta, soirée sur le thème des vins bios.

Les 17-18- et 19 mars, je serai à l’Horme, pour la 2ème édition du Gier Vin.

16819083_1574352612594751_319442274153378327_oLe parrain cette année n’est autre que Dominique Hutin dont vous avez du entendre la voix sur France Inter pendant quelques années. Un parrain gourmand et connaisseur , avec une belle humanité.

Le 24 mars, sera le grand jour de notre mise en bouteilles, journée qui compte triple !!

Voilà, vous savez tout sur les multiples occasions de venir déguster nos vins, à vos agendas..

Ha oui, j’oubliais de vous dire aussi, nos vins sont heureux d’être depuis cette semaine dans la cave et sur la carte du magnifique restaurant Baudelaire. Une belle étoile de plus pour notre grand bonheur 🙂

 

 

 

 

Comme un parfum d’automne..

Et ce parfum est notre N°2, la Cartagène que nous avons laissé vieillir tranquillement en cuve depuis les vendanges 2015. Nous l’avons mise en bouteille le week-end dernier, elle est donc disponible pour vos cadeaux de fin d’année !

20161105_122019

Nous avons fait ça entre amis, à l’ancienne, durant une journée très convivale. Comme la Cartagène !
20161105_122007

Pour notre Parfum du Sud n°2, nous avions vendangé des raisins surmûris de Grenache blanc et de Roussanne. Ses notes sont toutes d’écorce d’orange confite, de mandarine et d’orange amère (mais pas trop..).

À boire toujours très frais…

Pour le reste des vins, nos petits sont passés du stade embryonnaire et bouillonnant des fermentations alcooliques, à celui de bébés gazouillants des fermentations malolactiques.
Ils sont maintenant presque tous au propre, à l’abri dans leurs cuves et barriques, pour passer un hiver douillet.
Les vinifications ont été aussi longues que les vendanges ont été courtes !!

Pendant que le chai arrive dans sa phase de sommeil hivernal, nous venons à votre rencontre pour faire nos gammes..

Je serai à Paris la semaine prochaine, pour 2 dégustations :
Le 18 novembre au Lieu du Vin chez notre ami Philippe Cuq de 17 à 21 h
Le 19 novembre chez la sympathique Sophie, dans son « Chai Sophie » de 11 heures à 13h et de 17h à 19h.

Et nous serons à Montpellier
Le 23 novembre, chez Dominique, au Trinque Fougasse O’Nord
Le 24 novembre, mais chez Mathieu cette fois-ci, au Trinque Fougasse O’Sud !

Save the date, à tout bientôt !!

Pour récupérer, il faut d’abord marcher..

Ça, c’est la logique sportive.. Normal, si tu marches avec conviction, tu as besoin de récupérer après, pas avant..
Pourquoi je vous écris ça ? Parce qu’aujourd’hui je vais marcher pour la liberté d’expression, pour exprimer la mienne justement, et uniquement la mienne, pas celle des politiques de tous bords qui viennent à Paris. Parce que je suis debout, tout simplement..

Comment faire abstraction de ces écrits, piochés de droite et de gauche sur internet, nous disant, comme Olivier Delamarche que nous sommes manipulés et qu’il faut boycotter la marche de ce jour, ceux de Luz qui expliquent que les Charlie Hebdo sont tout le contraire de ce mouvement qui les érige en symbole, ce qui est terriblement vrai sans doute, mais ils ne sont pas les seules victimes et ça, je ne l’oublie pas..

Vous me direz que ce n’est pas mon rôle de parler politique -ce que je ne ferai pas, même à 3 autour d’un verre, on est tellement rarement d’accord !-  Je voulais juste vous dire que ma façon de respecter la mémoire de ces morts innocents, c’est d’être moi. C’est d’aller rejoindre ce mouvement spontanné qui a eu une 1ère phase mercredi 7 au soir..
Que la venue de ces chefs d’états, ministres de tous horizons à Paris soit choquante pour certains, sans doute. Elle l’est pour moi aussi quand je vois certains noms.. Au nom de l’union contre le terrorisme ? Parfois on nous prend pour des billes, soyons réalistes et pas dupes..

Mais je ne boycotterai en aucun cas cette marche, parce qu’elle est importante pour notre union, l’union de départ, celle que nous avons instinctivement ressentie nécessaire mercredi. Celle qui nous fait dépasser, gommer les différences. De ces différences qui font naitre l’intelligence (anonyme).
Pas celle qu’on tente de nous vendre maintenant.
Pas celle de Paris.
En étant à Montpellier, c’est plus facile de prendre cette position, nous n’avons pas cette lourde chappe de politiques sur le dos..

Si j’étais à Paris, je marcherai quand même, mais à contre-sens de l’itinéraire prévu.. Et c’est ce que je ferai ici si je vois des tentatives de récupérations politiques sur des banderoles..

C’est pour moi que je marche, pour mes enfants, pour mes amis de tous pays, pour mon monde, celui pour lequel je fais chaque jour ma part du colibri.. Vous ne connaissez pas cette légende amérindienne ?

« Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »
Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. » »

27752054_1214250060_94188554_eiUeHOWX_HummingbirdAtAFairyDuster_86950
À cet après-midi…

De Paris à…chuuuuut… ça pousse !!

Ou « vigneronne des villes, vigneronne des vignes  » c’est aussi ça le bonheur de ce métier : avoir de multiples facettes, ce qui évite ennui et lassitude ! J’ai donc passé une semaine à Paris, filant de rendez-vous en rendez-vous, animant une dégustation chez Philippe, caviste « Au Lieu du vin » à côté du Père Lachaise..

J’aime ces moments, après la mise, où je présente nos vins à nos partenaires, partenaires potentiels.. et à leurs clients. J’aime voir leur tête changer de « ah, vous êtes dans le Languedoc » (comprenez : » vos vins sont forcément puissants ») à « Ah oui mais non.. ils sont fins, avec de jolis épices et laissent une belle fraicheur ! » Ceci surtout pour les clients non spécialistes, mais pas que. Notre petite appellation de Languedoc-Cabrières sait se faire aimer des professionnels, qu’elle surprend parfois aussi..

Après le Jardin des S20140409_165347ens à Montpellier, où Bouteilles à la mer 2011 est restée le temps de l’automne sur un menu agneau et truffe, c’est au tour de notre Pic de Vissou de se distinguer en étant à la carte permanente du Laurent sur les Champs Élysées.

Il l’est déjà depuis quelques semaines, mais je n’avais pas eu le plaisir de rencontrer l’équipe des sommeliers et Mr Bourguignon, pour leur faire déguster nos différentes cuvées. Ce fut un plaisir, on a toujours à apprendre de chacun !
J’ai aussi eu le plaisir de faire déguster nos petits aux sommeliers du restaurant Lasserre, dont Antoine Pétrus, (MOF sommelier en 2011) dont la rapidité de dégustation est impressionnante.
Pas mal de restaurateurs, cavistes devraient s’inspirer de leur simplicité et humanité,  ce sont des personnes qui ont une vraie considération pour le métier de vigneron.

Bref, j’en ai fait des kilomètres à pieds ! De chez Arthur « à l’ombre d’un bouchon » chez qui nos vins sont depuis plus d’un an maintenant, à Serge de « Mi-fugue, mi-raisin » en passant par Nathalie et Olivier dont l’épicerie fine « Agrology« contient des merveilles de gourmandise, je me suis vraiment régalée à faire connaitre nos vins à tous ces passionnés. En rencontrant Céline et Pierre des « Bricoles« , restaurant si sympathique ayant une âme, un coeur énorme ! Et encore plein d’autres dont Pierre, au « Petit sommelier » autre dégustateur hors pair, Marie-Christine dont l’arrière grand-père a créé la cave au décor authentique. De vrais personnages !

20140412_125434Et lorsque je rentre, je languis de faire un tour dans les vignes, voir leurs changements, si nombreux en cette saison.. Ça pousse, gaiement, joliment, tendrement.. Les pousses sont si fragiles !
Quand le printemps arrive, c’est vraiment une nouvelle année qui commence, avec ses peurs et ses bonheurs..
Chuuuut… les bébés raisins sont déjà là !

20140412_125904Dans le « on ne nous avait pas tout dit » (livre que nous nous étions promis d’écrire quand nous avons commencé notre reconversion), cette année nous pouvons rajouter le chapitre « porquets » apparemment des petites chenilles dont on ne peut se débarrasser qu’en les ramassant la nuit venue et qui se régalent des tendres pousses de notre plantier..
Et elles sont voraces..

Mais sinon, tout va bien on peut presque entendre pousser les bourgeons et ce calme après la tempête bruyante de Paris est… comment dire ? Ressourçant, réconfortant, calmant. Ça vous ancre les deux pieds dans la terre 🙂20140412_125305