« Ça c’est Julou !!! »

Quelle surprise de me rendre compte que je n’ai pas écrit ici depuis.. août 2018 !! Je ne pensais pas avoir attendu autant..
Ce n’est pas parce que rien ne s’est passé, comme vous vous en doutez, loin de là. Simplement, outre le temps qui file comme une comète, venir vous écrire ici veut dire que je me sens bien, légère et passionnée. La passion est toujours présente, mais tempérée par les « choses de la vie » qui vous bouleversent et vous remuent..
N’étant pas du style à écrire du fond du tambour de la machine à boules du loto, ni du style à vous crier « quine ! » ou « carton plein ! », j’ai laissé ce silence s’installer.

Mais quel est donc ce titre en fanfare ? « Ça c’est Julou !!! » ?
Notre nouvelle cuvée. Nous avions prévu de la mettre en BIB en forme de coeur, sous le nom de Palpitant, l’année dernière. L’impression n’ayant pas été comme nous le souhaitions, nous avions renoncé.
Le vin est donc resté tranquillement dans sa cuve inox, attendant notre prochaine mise.

Je suis heureuse de vous présenter « Ça c’est Julou !!! », cuvée joyeuse et sérieuse tout à la fois. Hommage à Julou, personnage qui a donné son nom au mazet que nous avons dans les vignes.
C’est un grand-oncle cabriérois qui nous en a parlé. Âgé de 92 ans, il nous a raconté avoir joué dans ce « mazet de Julou » étant petit. Nous ne savons pas grand-chose de Julou, sinon qu’il a travaillé dans nos vignes il y a un siècle.
Notre métier s’hérite aussi des anciens, comme la terre, les vignes. Cette cuvée est un juste rappel de ce temps partagé.

Pour revenir à nos fondamentaux, à la base de ce blog : notre petit domaine du Mas Coris : tout va bien !
Je m’étais donc arrêtée avant nos vendanges. Elles se sont bien passées. Comme on s’y attendait, moins de Vermentino et de Grenache que les autres années.
Nous avons fait, le 6 mars, notre mise en bouteilles. Comme toujours une magnifique journée de boulot de dingue, mais surtout de rires et de convivialité.
Nous avons mis en bouteilles, cartons puis palettes 6322×75 cl de vins très exactement.
Dans l’ordre d’apparition en bouteilles : Atout Pic blanc, Pic de Vissou blanc, Coulée douce (notre rosé), Atout Pic rouge, Bouteilles à la Mer 2017 et Julou.

Vous voulez toutes ces nouvelles (et les anciennes) cuvées ? Rendez-vous ce week-end à L’Horme, pour le salon de Gier juste à côté de St Chamond.
J’y serait à partir de ce soir et jusqu’à dimanche.. Place 35 ! ,

À tout bientôt !

Travaux d’hiver..

..Et variés.  Comme chaque hiver, le temps de la pré-taille et de la taille est presque fini. On attend patiemment que la pluie cesse, en croisant fort fort les doigts.. et les orteils !!

Pourquoi ? Parce que l’année dernière on a vu notre petit pont entre 2 parcelles s’écrouler et on a dû le refaire. Et que, depuis plusieurs années, de grosses ravines se forment à cause de ces grosses pluies..
Faire et défaire c’est toujours travailler dit-on, certes, mais là c’est du plus plus en souci et en sou sous !

 

Donc les photos sont prises avant les réparations, les ravines sont maintenant comblées, mais avec cette pluie..

Voilà pour les nouvelles des vignes.. Wait and see ou Wet and sea !

Pour les nouvelles de nos relais, nous sommes heureux d’avoir un nouvel étoilé dans notre liste : la « Scène Thélème » à Paris, après juste 5 mois de vie. Félicitations au chef Pierre Rigothier, à Daniel le sommelier en chef qui nous a fait le plaisir de prendre notre Atout pic rouge lors de l’inauguration. Et de me dire qu’on leur a porté chance !

Il nous avait aussi fait le plaisir d’une visite dans les vignes lorsqu’il officiait au « Laurent« , restaurant fidèle à nos vins depuis quelques années et dont le Chef sommelier Ghislain est d’une gentillesse à toute épreuve. On peut regretter sincèrement que cette adresse emblématique des Champs Élysées, n’ait pas eu une étoile de plus. Son chef Alain Pégouret faisant des merveilles en cuisine..

Bravo aussi à Jacky Ribault du joli restaurant « Qui plume la lune » qui garde son étoile et à Thomas, son sommelier qui nous font confiance. À Jérôme Nutile qui garde également la sienne dans son beau mas de Nîmes, au « Nutile » et merci à Gabriel son sommelier de nous faire une place sur sa belle carte des vins.
Merci aussi aux autres restaurateurs car, même sans étoile, ils vous (et nous) régalent avec de beaux produits et aiment les artisans qui les font. Pour les découvrir, c’est là.

Grande nouveauté cette année : nos étiquettes font peau neuve et nous espérons qu’elles vous plairont.. Nous avons beaucoup testé, affiné, resserré nos choix et sommes arrivés à un résultat dont nous sommes plutôt contents.. Enfin, pour le dire plus simplement, on est d’accord ! 🙂
Découverte dans J-38 , notre mise en bouteilles ayant lieu le 24 mars cette année (on a le temps d’avoir les mouillettes de stresser en approchant de la date..)

Et hop ! Mettez-moi ça en bouteille !

mise en bouteille

Et voilà, lundi dernier, pour la 6ème fois, nous avons mis tous nos vins en bouteilles.. Une mise par an et 6 cuvées cette année.
Bref, comme dirait l’autre, nos vins sont prêts à partir, et presque prêts à boire.

Pourquoi « presque prêts à boire » ? C’est simple, ils sont comme nous !
Ces derniers jours ont été froids, du coup les vins sont tout recroquevillés dans leur cuve. Les déménager sans préambulle d’un endroit où ils sont à l’aise depuis septembre, où ils ont fait connaissance les uns avec les autres avec les assemblages en janvier, à un endroit étroit, froid et complètement bouché, c’est beaucoup pour eux  !!
Forcément, ça les boulègue..

Il faudra donc leur donner un peu de temps, quelques semaines pour certains et un peu plus pour d’autres, avant qu’ils ne daignent se présenter au mieux.

Comment faisons-nous notre mise ? Avec un camion d’embouteillage, toujours le même et toujours le même chauffeur-technicien adorable et efficace.
Et nos amis-famille, toujours aussi étonnants et époustouflants de gentillesse, d’efficacité et d’humour !
Un merci immense et tellement du fond du coeur à nos Doro et Jacquot, Annick et Jacques, Pat et Daniel, Christian, Francis, Benoit et Daniel, you’re the best !!

mise en bouteille

Cette journée est l’aboutissement concret d’une année de travail, une année de surveillance, tout un challenge.. Des semaines de préparation, un arrêté municipal, des doigts croisés et autres grigris pour ne pas avoir la pluie ou le vent fort et hop : en avant comme en avant !
Tout un budget aussi, c’est pour nous le poste le plus cher de l’année.. mais surtout
nos petits gagnent leur automomie ce jour-là, ils vont pouvoir voler (ou plutôt rouler) de leurs propres ailes et rejoindre vos tables..

Seront présents :
Coulée douce notre rosé, toujours Cinsault et Syrah
Atout pic blanc nouvelle formule, avec : Clairette, Vermentino, Grenache blanc, Roussanne et Viognier. Tout en charme, équilibre et une belle « acidulité », un joli petit gourmand, comme son homologue rouge.
Atout Pic rouge avec un changement : une petite pointe de Grenache qui ne change pas son rôle de petit gourmand de la bande..
Bouteilles à la mer : lui restera dans la cave encore quelques temps, le temps de prendre ses aises. Mais son frère ainé de 2013 est top moumoute prêt !
Pic de Vissou rouge 2014 : il accompagnera notre BAM (petit nom de Bouteilles à la mer) dans son repos, histoire de prendre du grade, mais le 2012 est dans les starting-blocks.
Pic de Vissou blanc 2015 : enfin une quantité presque normale pour notre Pic de Vissou blanc ! Rappelez-vous l’année dernière, les sangliers avaient mangé à peu près 70% de notre Vermentino, et nous en avions eu très peu..
Cette année, nous avons à vous proposer quelques 650 bouteilles de ce bel assemblage de Vermentino, Grenache blanc, Roussanne et Viognier qui font leurs fermentations en barriques.

Pour l’heure, je n’ai pas encore de photo, mais ça ne saurait tarder !

PS : j’allais oublier !  : si vous voulez en savoir un peu plus et m’entendre vous parler de notre petit domaine, c’est sur France Bleu Hérault toute cette semaine ! Un grand merci au sympathique Gilles Moreau pour sa venue.

x336x224_img_7451.jpg.pagespeed.ic.ndKB9SVJ6O.jpg
crédit photo Gilles Moreau

 

 

Une mise… sans plis !

Et de belles palettes pleines de couleurs.. Non non, malgré le vocabulaire identique, je ne vous parle pas de ma dernière virée chez le coiffeur, mais de notre mise en bouteilles !

Sept cuvées mises en bouteilles, elles-même mises en cartons, eux-même mis en palettes en une seule journée.. Journée intense et épuisante, mais tellement pleine de bonheur ! Cette journée de mise est en effet pour nous la fin de la boucle.

Nous avons tellement travaillé dans les vignes pour avoir de beaux et sains raisins que nous avons menés jusqu’à la vendange, nous avons cocooné leur jus comme des bébés dans une couveuse. Nous les avons regardé, écouté grandir et et se déployer en jolis embryons, puis en bébés vins, ce qu’ils sont encore un peu..
Nous les avons dégustés, imaginés en adovins, puis en adultvins, assemblés pour certains, nous projetant dans le futur pour en faire des vins de l’année, des vins de 3 ou 4 ans, des vins de garde et même une cuvée d’exception.

Cette journée de mise, c’est l’aboutissement d’une année complète, c’est LE jour pour nous qui ne faisons qu’une mise en bouteilles par an.. Imaginez la fébrilité qui précède cette journée !
Le comptage du nombre de bouteilles, du nombre d’étiquettes, du nombre de capsules assorties aux étiquettes, les bouchons, les berceaux, les cartons, les palettes.. Ajoutez à cela les déclarations à faire, la réservation du camion, l’arrêté municipal qu’il faut demander à la mairie (notre cave étant dans la rue principale de Cabrières, il est indispensable), la location des panneaux de signalisation..etc.. Nous vivons mise, respirons mise, rêvons mise et donc comptage, météo, petites mains. C’est, comme souvent pour un domaine viticole, une période intense.

Et puis arrive le jour J vite, si vite ! Heureusement la météo est superbe, tout le monde est là, le camion en place sans encombre. Tout marche presque comme sur des roulettes nonobstant les étiquettes qui tentent de faire craquer le flegmatique Daniel, sans y parvenir toutefois.. Et heureusement ! Sans lui, son sérieux, sa bonne humeur et son savoir-faire, nous ne pourrions avoir un si bon rendement : entre 9h-12h et 13h-17h nos presque 12 000 cols (comprenez bouteilles) sont transformés en belles pyramides de cartons sur palettes.. Trop fortes nos petites mains, et toutes aussi motivées et heureuses que nous !
Presque tous m’ont demandé à un moment ou un autre de la journée : « alors Véro, tu es heureuse ? » – « Ohhh que oui !!! ».. Et ils participent tellement de cette ambiance chaleureuse et intense de travail ! Qu’ils en soient ici remerciés grandement, ils sont extra-ordinaires !

mise-atout-blanc           mise-bouteilles-2015

mise-bouteille-veroVous n’avez jamais vu de chaine d’embouteillage ? Ben voilà, c’est fait !
Ici, embouteillage de notre fameuse Clairette, Atout Pic blanc, enfin bientôt dans les bacs de nos amis cavistes et restaurateurs. Elle a fait l’unanimité lors du repas de midi de cette journée, avec une remarque cependant : comme son frère Atout pic rouge, elle se boit trop facilement !

Tchin tchin !

SDF.. Sans Dénomination Fixe..

Papiers d’identification, papiers de revendication, de déclarations (mensuelle, annuelle..), papiers de certifications, papiers de mise sous conditionnement, de…. et j’en passe tellement il y en a. Et pour diverses organismes : Aop languedoc et Aop Cabrières (deux cahiers des charges différents), Ecocert pour le bio, les douanes, le civl, France-Agrimer, l’Inao et je suis sure que j’en oublie.. Pourquoi je vous en parle ? Je vais vous raconter une histoire..

Une clairette venait d’être ramassée, pressée, mise au propre dans sa cuve à la sortie de l’hiver.. Tout c’était bien bien passé, elle était heureuse, quoiqu’un peu chagrine d’avoir si froid. Mais restait toujours aussi jolie à la dégustation, sa robe avec de jolis reflets verts était toujours aussi charmante, son parfum était floral (chèvrefeuille)..
Elle ne le savait pas encore, mais allait bientôt être mise en bouteilles, avec un habillage assorti à sa robe. L’étiquette était prête, après des jours d’essais, de couleurs, de polices de caractère, de fond, de « ha non, je la refais »..
Atout pic14-new-blanc-degra-vert2Dominante verte, comme ses reflets, d’un joli vert-jaune en harmonie. Une Clairette du Languedoc – Cabrières, ça vous pose une cuvée ça !
Elle était toue fiérote, petite soeur jumelle d’un Atout pic en appellation depuis ses débuts, soeurs de 4 autres cuvées en AOP Languedoc minimum, Cabrières pour certaines. Toutes en Appellation d’Origine Protégée depuis nos débuts.

Et puis patatras, un coup de fil des AOP a suffi pour la rendre sans papier..  SDF : Sans Dénomination Fixe. Du jour au lendemain.. !
Et vous savez pourquoi ? Pour UN papier que j’ai incomplètement rempli, sur les indications de la personne en charge de ce dossier auprès des AOP qui m’avait dit de ne remplir que les pages 2 – 7 et 13 !! (je ne lui en veux pas, ça partait d’un bon sentiment : m’alléger la charge de paperasse..). Les autres papiers inhérents à l’achat d’une nouvelle parcelle étaient bien en règle.

Branle-bas de combat ! Que faire d’une Clairette qui n’a plus d’appellation ?
Réflexion : est-ce possible en IGP (Indication Géographique Protégée) ?
Coup de fil à la maison du Pays d’Oc : « ha non, une clairette en monocépage ne pas être une IGP »…
Zut, raté ! Il ne reste donc plus que le « Vin de France », avec un peu de chance..
Appel téléphonique à France Agrimer, organisme en charge de beaucoup de choses dans le vin (et pas que), et qui gère les vins sans appellation : « Une Clairette en vin de France ? Alors oui, c’est possible, mais.. attendez un peu, vous ne pouvez pas marquer le cépage sur l’étiquette, le millésime oui, mais pas le cépage. »
– « Ah bon ?  »
–  » Elle est sur la liste des cépages interdits »..
Tout ce qu’il est possible de faire pour les vins en AOP est interdit pour les autres.. Pas de délimitation géographique donc exit : Clairette du Languedoc Cabrières. Pas de nom que l’on peut retrouver dans les AOP comme Château, Mas…etc.. Pas de « mise en bouteille à la propriété »..
Oui bon, mais on écrit quoi concrètement sur l’étiquette alors ?

Coup de fil au syndicat des vignerons de l’hérault afin d’avoir le juriste et le coeur net.. et un email plus tard, j’ai un exemple sous les yeux..
C’est vide, c’est peu deAtout pic14-new-blanc-degra-vert renseignements.. Mais on l’aime, elle reste notre Clairette que nous avons choyée comme les autres, peut-être plus même car elle est la petite dernière et débute sa conversion en bio.. !
Elle est fièrotte finalement en Vin de France vous ne trouvez pas ? Nous espérons que vous l’aimerez quand même, presqu’autant que nous !


Les conséquences de tout ça, parce qu’il y en a quand même, et pas des moindres.. :

– toutes nos cuvées sont en AOP Languedoc pour Pic de Vissou blanc, Languedoc-Cabrières pour les rouges et le rosé et Cabrières fait partie des 5 ou 6 villages à avoir une AOP Clairette. Ce choix que nous avons fait dès le début est une reconnaissance de cette petite appellation si particulière et de son si joli terroir , c’est une reconnaissance du travail des anciens qui ont fait qu’elle existe.. Nous faisons partie du Syndicat de défense de l’AOP Cabrières et y sommes actifs, cette AOP représente quelque chose d’important pour nous. Nous nous plions à son cahier des charges plus resserré encore que celui du Languedoc (taille plus courte, écartement des pieds minimum, etc..). Pour nous, il était impensable qu’elle ne le soit pas.. Et cela fait un an que notre communication de fait avec cette certitude..
j’ai perdu 8 jours à faire des aller-retour d’emails et de coups de téléphone pour avoir les bons renseignements.
J’ai du appeler chaque organisme concerné pour savoir exactement les tenants et les aboutissants avant de prendre la décision de la déclasser. Et je l’ai fait aussi de guerre lasse, parce que ni les AOP, ni l’ODG, ni le LRO, ni pour finir l’INAO (circuit à sens unique incontournable), ne pouvaient me garantir qu’elle obtiendrait sa classification.. Je vous laisse imaginer le trop plein de stress.
– Ce défaut d’enregistrement datait de l’année dernière !! Comment pouvais-je me retourner en l’apprenant un mois avant la mise en bouteilles ? Sachant qu’il faut un peu de temps aux autres organismes pour accepter de prendre notre cuvée sous leurs ailes..
Il a fallu que je refasse les étiquettes en fonction des indications que j’avais sur l’avancée possible de notre dossier, sachant qu’il faut 3 semaines de délai pour l’imprimeur. Une refonte totale de l’étiquette, sans Mas de Mas Coris, qui est l’identité même de notre domaine, sans le cépage sur l’étiquette, sans le nom du village natif de notre Clairette..
Nous avions prévu de la présenter à des dégustations pour des guides, certains n’acceptent que les vins en AOP..

Je vous passe les suggestions :
– « vous avez un autre blanc ? Mettez-le avec » !
Bien sûr, une cuvée en bio à 25 € et l’autre en début de conversion (ne pouvant donc pas se mélanger) à 10 €..
–  » Faites du tiré-bouché et vous mettrez les étiquettes après »!
Bien sûr aussi, plus de 2000 bouteilles à étiqueter à la main dont certaines partent le sur-lendemain de la mise..

Comme vous vous en êtes vite rendu compte, c’est une histoire vraie..

Vous pouvez trouver ses commentaires de dégustation, ainsi que ceux de nos autres cuvées sur notre site

La mise en bouteille, c’est mieux que le Sudoku..

Comme disait Jean ce matin ! Tellement de choses à ne pas oublier, à compter et re-compter, vérifier et re-vérifier.. qu’à la fin on ne sait plus et le lendemain on se surprend à vérifier si l’on a bien mis ses chaussettes !!

Tout ça pour dire qu’hier, nous avons fait notre mise en bouteilles.. Une par an et toujours un sacré stress et aussi un réel bonheur.
Parce que nous la faisons avec des amis qui viennent toujours avec un large sourire en bandoulière qui nous rassure et nous transmet de la joie simple.
DSC03515Avec un camion d’embouteillage dont le chauffeur et technicien, Daniel, est un as de la tranquillité et du « no stress » (ce qui compense largement avec les stresseurs en chef !). Même quand le compresseur du camion nous a lâché en plein milieu de la journée, même quand les cellules ne voulaient pas lire certaines de nos étiquettes. Il est resté zen, enfin presque !
Un grand merci à Benoit pour le prêt de son compresseur qui nous a sauvé la mise – au propre et au figuré !) à Doro, Jacquot, Pat, Daniel, Christian, Philou et son pote, Laurence et Myriam, Katie, Beth et André qui font que je suis heureuse de marquer sur toutes nos étiquettes « mis en bouteille par Véro et Jean Attard et leurs amis » !

Je peux maintenant passer aux présentations de nos nouveaux petits.. Roulements de tambour.. Tadaaaaaaaamm !!

Pic-vissou-r-et-b-ret Tout d’abord notre tout premier blanc, issu de la parcelle que nous avons planté en 2011, dont nous avons choyé les petits plants depuis leur naissance, est enfin en bouteille !!
Beaucoup d’émotions, c’est notre premier vin « tout-nous » ! Nous avons préparé la parcelle, enlevé les grosses pierres, planté des petits plants. Nous les avons arrosé quand il faisait trop sec, les avons ébourgeonnés, je leur ai enlevé des grappes en trop l’année dernière pour ne pas qu’ils se fatiguent trop leur première année de production..Evidemment, du coup nous avons peu de bouteilles, moins de 300..
Nous l’avons appelé Pic de Vissou, comme son homonyme rouge, dont il devient le petit frère. Assemblage sur parcelle de vermentino, roussanne, grenache blanc et viognier.
Assurément (et modestement) un joli blanc..

tethys-ret
Notre deuxième nouveauté est une cuvée exceptionnelle, Téthys. Exceptionnelle car elle est, comme je l’ai marqué sur l’étiquette « La cerise sur le gâteau de cette année 2012. La jonction du travail de vigneron et de ses vignes« ..

Une surprise peut-être non reproductible, seul le futur nous le dira. A année difficile, mais exceptionnelle, résultats idoines !
Tout comme pour Pic de Vissou blanc, cette cuvée est confidentielle, à peine moins de 300 bouteilles..

Un vin avec lequel nous sommes « tombés en amour » comme disent nos cousins québécois, au point de garder le nez sur la cuve pour en sentir les effluves durant sa période de cuvaison !

Et enfin nousrose-atout-bam-ret retrouvons nos cuvées habituelles, le rosé Coulée douce, toujours aussi fringant et gouleyant.

Notre Atout Pic, aussi gourmand qu’à l’accoutumée.

Et enfin notre Bouteilles à la mer, toujours un peu plus sérieux, mais avec toujours, comme nos autres cuvées, cette petite fraicheur mentholée et parfois saline que certains appellent minéralité, qui caractérise nos vins et les sols de Cabrières.

Ces cuvées sont, bien sûr, maintenant disponibles. Certains de nos petits vont partir dès le début de semaine, certains dans les alpes, d’autres à Paris et d’autres encore… en République Tchèque !

famille-vin2013-14-ret