Pour récupérer, il faut d’abord marcher..

Ça, c’est la logique sportive.. Normal, si tu marches avec conviction, tu as besoin de récupérer après, pas avant..
Pourquoi je vous écris ça ? Parce qu’aujourd’hui je vais marcher pour la liberté d’expression, pour exprimer la mienne justement, et uniquement la mienne, pas celle des politiques de tous bords qui viennent à Paris. Parce que je suis debout, tout simplement..

Comment faire abstraction de ces écrits, piochés de droite et de gauche sur internet, nous disant, comme Olivier Delamarche que nous sommes manipulés et qu’il faut boycotter la marche de ce jour, ceux de Luz qui expliquent que les Charlie Hebdo sont tout le contraire de ce mouvement qui les érige en symbole, ce qui est terriblement vrai sans doute, mais ils ne sont pas les seules victimes et ça, je ne l’oublie pas..

Vous me direz que ce n’est pas mon rôle de parler politique -ce que je ne ferai pas, même à 3 autour d’un verre, on est tellement rarement d’accord !-  Je voulais juste vous dire que ma façon de respecter la mémoire de ces morts innocents, c’est d’être moi. C’est d’aller rejoindre ce mouvement spontanné qui a eu une 1ère phase mercredi 7 au soir..
Que la venue de ces chefs d’états, ministres de tous horizons à Paris soit choquante pour certains, sans doute. Elle l’est pour moi aussi quand je vois certains noms.. Au nom de l’union contre le terrorisme ? Parfois on nous prend pour des billes, soyons réalistes et pas dupes..

Mais je ne boycotterai en aucun cas cette marche, parce qu’elle est importante pour notre union, l’union de départ, celle que nous avons instinctivement ressentie nécessaire mercredi. Celle qui nous fait dépasser, gommer les différences. De ces différences qui font naitre l’intelligence (anonyme).
Pas celle qu’on tente de nous vendre maintenant.
Pas celle de Paris.
En étant à Montpellier, c’est plus facile de prendre cette position, nous n’avons pas cette lourde chappe de politiques sur le dos..

Si j’étais à Paris, je marcherai quand même, mais à contre-sens de l’itinéraire prévu.. Et c’est ce que je ferai ici si je vois des tentatives de récupérations politiques sur des banderoles..

C’est pour moi que je marche, pour mes enfants, pour mes amis de tous pays, pour mon monde, celui pour lequel je fais chaque jour ma part du colibri.. Vous ne connaissez pas cette légende amérindienne ?

« Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »
Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. » »

27752054_1214250060_94188554_eiUeHOWX_HummingbirdAtAFairyDuster_86950
À cet après-midi…

Un matin ensoleillé et des randonneurs décidés..

C’est comme ça que nous avons commencé la journée de mardi dernier. Comme celle du dimanche 8 décembre, jour de l’inauguration du sentier des « crètes de Vissou ». Une toute belle journée, dont l’organisation et l’ambiance bon enfant nous ont fait chaud au coeur..

DSC_0273Un an et demi de cogitations, de réunions, la persévérance d’une équipe de vignerons et viticulteurs faisant partie du Syndicat de défense de l’AOP Cabrières, sous la houlette de son président, Mr Trinquier. Un an et demi pour arriver à ce jour du 8 décembre..
Avec l’aide de la Fédération de randonnée, ses bénévoles plein d’allant qui ont nettoyé et retracé un sentier de Petite Randonnée de 12 ou 8 kms (au choix), ce Syndicat à montré, encore une fois, que l’union permettait d’avancer à grands pas !

DSC_0302C’est pour appuyer notre demande d’appellation communale, faite auprès de l’Inao, que nous avons décidé de restaurer ce chemin de randonnée.
Il passe le long de parcelles, et est maintenant, sur notre initiative, jalonné de tables explicatives avec indications sur la position géographique, la géologie, la faune et la flore si particulières de notre petite vallée.

 

L’aide précieuse des randonneurs a été plus que grandement appréciée.. Ils n’ont pas ménagé leurs départ randoscies et débroussailleuses, dans un premier temps, leur bonne humeur et envie de marcher dans un deuxième !
Quelques 200 personnes ont répondu présentes. Par groupes de 30, chacun accompagné par un randonneur et un viticulteur (ou vigneron), ils se sont égayés sur le chemin pour une randonnée de 3h30 environ.

 

 

Mas coris inaug

À leur retour, chaque domaine particulier et la cave coopérative ayant un stand, nous les attendions pour leur faire déguster nos vins.
L’occasion aussi d’avoir la visite d’amis (ici Jean Yves Francès, boulanger bio à Béziers, qui a la particularité d’avoir fabriqué son propre moulin et donc de moudre les céréales bios comme il le souhaite ). Ses pains et ses patisseries sont délicieux ..

 

Pour en revenir à mardi dernier, nous discutions devant le chai avec des viticulteurs, quand est venu vers nous un couple de randonneurs souriant et décidé, heureux d’aller découvrir ce nouveau sentier.. Imaginez combien ça peut nous faire plaisir !  Et ils ont du s’en mettre plein les mirettes !! DSC_0284