Travaux d’hiver..

..Et variés.  Comme chaque hiver, le temps de la pré-taille et de la taille est presque fini. On attend patiemment que la pluie cesse, en croisant fort fort les doigts.. et les orteils !!

Pourquoi ? Parce que l’année dernière on a vu notre petit pont entre 2 parcelles s’écrouler et on a dû le refaire. Et que, depuis plusieurs années, de grosses ravines se forment à cause de ces grosses pluies..
Faire et défaire c’est toujours travailler dit-on, certes, mais là c’est du plus plus en souci et en sou sous !

 

Donc les photos sont prises avant les réparations, les ravines sont maintenant comblées, mais avec cette pluie..

Voilà pour les nouvelles des vignes.. Wait and see ou Wet and sea !

Pour les nouvelles de nos relais, nous sommes heureux d’avoir un nouvel étoilé dans notre liste : la « Scène Thélème » à Paris, après juste 5 mois de vie. Félicitations au chef Pierre Rigothier, à Daniel le sommelier en chef qui nous a fait le plaisir de prendre notre Atout pic rouge lors de l’inauguration. Et de me dire qu’on leur a porté chance !

Il nous avait aussi fait le plaisir d’une visite dans les vignes lorsqu’il officiait au « Laurent« , restaurant fidèle à nos vins depuis quelques années et dont le Chef sommelier Ghislain est d’une gentillesse à toute épreuve. On peut regretter sincèrement que cette adresse emblématique des Champs Élysées, n’ait pas eu une étoile de plus. Son chef Alain Pégouret faisant des merveilles en cuisine..

Bravo aussi à Jacky Ribault du joli restaurant « Qui plume la lune » qui garde son étoile et à Thomas, son sommelier qui nous font confiance. À Jérôme Nutile qui garde également la sienne dans son beau mas de Nîmes, au « Nutile » et merci à Gabriel son sommelier de nous faire une place sur sa belle carte des vins.
Merci aussi aux autres restaurateurs car, même sans étoile, ils vous (et nous) régalent avec de beaux produits et aiment les artisans qui les font. Pour les découvrir, c’est là.

Grande nouveauté cette année : nos étiquettes font peau neuve et nous espérons qu’elles vous plairont.. Nous avons beaucoup testé, affiné, resserré nos choix et sommes arrivés à un résultat dont nous sommes plutôt contents.. Enfin, pour le dire plus simplement, on est d’accord ! 🙂
Découverte dans J-38 , notre mise en bouteilles ayant lieu le 24 mars cette année (on a le temps d’avoir les mouillettes de stresser en approchant de la date..)

Du pêle et du mêle, de la vigne aux bouteilles..

Il n’y a rien à faire, je me fais toujours doubler par le temps.. Et pourtant, il s’en passe des choses dans notre petit domaine et autour !

– Nous avons réalisé les assemblages (du coup Jean a réagencé la cave) et choisi la date de notre mise en bouteilles : le 9 mars.
Pour connaitre nos prochaines différentes cuvées, c’est ici..

20150115_153238  20150116_144111

– Jean a fini la pré-taille et la taille est bientôt finie aussi.

– Iris (mon amie vigneronne) et moi avons, aidées de Morgane, communicante zélée qui nous fait le plaisir de travailler pour notre petit salon, réitéré le » Off » comme l’année dernière pendant Millésime Bio. « De chemins en Pistes » a été un franc succès tant pour l’ambiance que pour la qualité des vins (dixit les vignerons et les visiteurs). 40 vignerons ont fait le déplacement !
1794577_379504642213585_1692448489919861785_n Ce salon me tient à coeur car il est fondé sur le  partage : chaque vigneron a amené quelque chose à manger que nous avons partagé avec nos invités. Chacun a invité ses clients et prospects et tout ça dans une ambiance simple. Il me tient à coeur aussi car, contrairement à ce que j’ai pu entendre, ce n’est pas un salon de vins natures. Je le souhaite comme une ouverture, un salon de non clivage, le minimum étant de suivre une ligne directrice respectueuse de son environnement, de ses sols, de l’espace dans lequel nous travaillons. Il y avait donc des gens certifiés bio, des biodynamistes, des demeter, des en conversion et des nature. Mais quelque soit la chapelle, les vins étaient du même niveau de droiture et de gouleyance. Ils étaient « loyaux et marchands », comme nous y oblige la loi et comme ils nous plaisent surtout !

– Je viens de finir de relooker nos étiquettes, notamment celles de nos Atout Pic, puisque cette année nous avons un Atout Pic blanc (100% clairette) qui vient en complément de notre « petit gourmand ». Les voici en avant-première !!
Ils sont maintenant complètement intégrés à notre gamme ( je vous rassure, elles sont bien moins flashies en réalité !! Ce sont les mystères des conversions d’un logiciel à l’autre..) .

Atout pic14-new3   Atout pic14-new-blanc-degra-vert2

– Et l’étiquette de notre première cartagène..
Vous ne connaissez pas ce vin liquoreux ? Il fait partie des traditions du languedoc. Chaque viticulteur, vigneron, gardait une petite partie de parcelle et ramassait tardivement les raisins. Après les avoir pressé, ils rajoutaient un peu d’alcool pour stopper la fermentation. Les raisins gardent donc leur sucre. Elle peut donc se faire avec différents cépages et se boit en apéritif..

Cartagene-dentelle-rouge-final

Et jeudi, c’est la mise.. mais pas en plis !!

Et on plie le carton, et on le fait passer et on le pose sur le plateau et on met.. heu.. Doro, toi tu mets deux bouteilles et moi une pour le premier étage ? Pat, tu es prête pour mettre le berceau ? Deuxième étage, je mets deux bouteilles et toi une Doro c’est bien ça ? Ah oui, l’étiquette vers le bas pour celle du milieu… arffff.. où avais-je la tête !!

-1Les bouteilles sont prêtes Jacquot ? Daniel, tout est calé dans le camion ? Jean, Benoit, c’est ok pour vous en cave ? Annick et Eurielle, vous vous mettez au pliage des cartons ? Maxime, Clément, Jacques, Philou ton copain et Daniel ok pour réceptionner les cartons et les mettre en palettes ? Et hop hop hop alors, que le ballet commence !

Enfin, ça ce sera jeudi donc, et puis ça ne se passera pas vraiment comme ça non plus, je suis loin d’être un chef d’orchestre et chacun participe si naturellement que tout se met généralement bien en place.

Avant ça.. oh avant ça..
Il a fallu choisir une date avec le metteur en bouteille pour réserver le camion, écrire à la mairie de Cabrières pour que le maire prenne un arrêté municipal pour empêcher le stationnement des véhicules en face de notre chai ( je l’en remercie ici ainsi que les si sympathiques habitants du village). Il a fallu aussi louer les panneaux de signalisation, commander les bouchons, les bouteilles, les faire livrer (et mettre les palettes dans la cave).
Créer ou modifier les étiquettes avec les mentions légales de cette taille-là et pas une autre, de telle couleur et pas telle autre.. et.. les faire imprimer. Enfin, les faire imprimer après avoir eu la certification d’Ecocert pour elles aussi !
Elles aussi parce qu’on est certifié pour les vignes, les vinifications ET les étiquettes..

Tout ça pour vous dire que cette année, sur nos étiquettes, vous trouverez écrit « mis en bouteille par Véronique et Jean Attard et leurs amis » 🙂

20130311_162748

Je t’aide, tu m’aides, il m’aide… mais l’europe, elle, elle ne nous aide pas du tout du tout…

Oh que non ! Que ce soit au niveau des mentions bios à mettre sur nos étiquettes ou des aides que nous n’obtiendrons pas cette année, parce que, comble de la logique politicienne, nous sommes une trop petite entité..

Je m’explique. Sur l’aide tout d’abord..

Nous avons acheté nos viDSC_7275gnes il y a maintenant 3 ans. La première année, nous avions 1,79 hectares en nom propre (en mon nom donc, mais ce n’est qu’un détail). Ce qui me donne le statut de « cotisant solidaire » auprès de la MSA (assurance maladie et caisse de retraire des agriculteurs). Je n’ai droit à rien, si ce n’est à payer pour la retraite ou la maladie des autres.. Ah si, j’ai droit à des formations à prix préférentiel..
Bref, après les vignes, il nous a fallu acheter le matériel -cuves, pressoir, égrappoir et j’en passe- et pour cela, je me suis renseignée et j’ai trouvé que nous pouvions avoir une aide de l’europe.  je vous passe la jungle des services et autres bureaux qui se renvoient la balle pour savoir qui fait quoi et à qui s’adresser.. J’ai donc monté un dossier (un nombre de papiers assez faramineux, plus les devis), qui a été accepté. Je vous passe aussi les désidératas de l’europe pour être éligible.. Il ne faut surtout n’accepter aucun devis et ne pas engager de travaux avant d’avoir reçu un récépissé du dit dossier.
En cours de route, l’aide est passée de 40 à 30 %.. Ils n’avaient pas prévu d’avoir autant de dossiers !!! Mais bon, nous étions heureux, cela nous a permis de parfaire nos achats avec un groupe de froid.

L’année d’après, nous avons acheté un hectare de plus et planté un demi-hectare, faisant passer notre domaine de 1,79 à 3,30. Et toujours en cotisant solidaire.

Nous avons investi dans un chai de vinification (une ancienne cave dans le village), avons fait tous les travaux sans aides parce qu’elles étaient supprimées.
Nous voulons cette année compléter cet aménagement par des bureaux à l’étage ainsi que notre matériel de vinification (nouvelles cuves..). Je me suis donc à nouveau renseignée sur les aides européennes, sachant que ces travaux étaient aussi éligibles.. Les travaux le sont, mais nous non. Plus maintenant.. Pourquoi ? « Il faut être exploitant à temps complet et souscrire à l’AMEXA ». Et pour souscrire à l’Amexa, filiale de la MSA, il faut être exploitant agricole, pas cotisant solidaire..
Ce qui sous-entend que trois hectares, ne suffisent pas pour vous occuper à temps plein !!!!! Que votre statut est un statut de rien. Ce qui était valable en 2010 ne l’est plus en 2012 et nos 1,79 hectares nous occupaient plus que les 3 que nous avons actuellement.. Logique non ??

Comme nous avons une bonne dose d’indépendance et que nous n’avions jamais sollicité d’aide avant, nous ferons quand même les travaux, plus petitement sans doute.. Non sans nous demander comment réfléchissent ceux que nous payons avec nos impôts et qui utilisent l’argent public comme bon leur semble..

 Venons-en aux étiquettes maintenant..

Nous avons 4 vins, un rosé et 2 rouges provenant de vignes qui sont bio et un rouge venant d’une vigne en 2ème année de conversion ( il faut 3 ans pour qu’une vigne soit définie comme étant bio).

Sur les vins de vignes bios, et provenant des vendanges 2012, dont la vinification a été contrôlée, nous devons mettre sur les étiquettes «  vin bio », avec lMas Coris Pic de Vissou.cdre logo européen et FR-BIO-01 (n° de notre organisme certificateur) jusque là, ça va..
Pour le rouge 2011 dont les vignes sont bio, nous devons mettre « Vin issu de raisins de l’Agriculture Biologique » avec toujours FR-BIO-01 et logo AB (français) facultatif.. Car les vignes sont en bio certes, mais la vinification n’a pas été contrôlée l’année dernière (puisqu’il n’y avait pas d’accord européen..).
Pour le dernier vin, celui issu des vignes en conversion, il faut mettre « produit (et non pas vin)  en conversion vers l’Agriculture Biologique » avec FR-BIO-01, mais pas de logo…

Vous avez tout suivi ?? Parce que tout ça il faut le reporter sur les factures !
Je pourrais aussi, pour parachever ce « portrait » des nouveautés-pour-nous-simplifier-la-vie concoctées par nos élus, vous parler de la nouvelle phrase à mettre aussi sur nos fa
ctures.. Mais non, pas la peine de vous faciliter la vie à vous aussi !!!

Enfin, je ne sais pas si vous connaissez cette phrase de Gaston Lagaffe, qu’il disait à son neveu pour le faire rire.. Ça parle de papas papous à poux et papas papous pas à poux et aussi de papas poux pas papous et de papas poux papous.. je ne sais pas pourquoi, mais de plus en plus cette phrase me revient en mémoire.. A cause des poux qu’on nous cherche ?? 🙂

gaston_t653