Et hop ! Mettez-moi ça en bouteille !

mise en bouteille

Et voilà, lundi dernier, pour la 6ème fois, nous avons mis tous nos vins en bouteilles.. Une mise par an et 6 cuvées cette année.
Bref, comme dirait l’autre, nos vins sont prêts à partir, et presque prêts à boire.

Pourquoi « presque prêts à boire » ? C’est simple, ils sont comme nous !
Ces derniers jours ont été froids, du coup les vins sont tout recroquevillés dans leur cuve. Les déménager sans préambulle d’un endroit où ils sont à l’aise depuis septembre, où ils ont fait connaissance les uns avec les autres avec les assemblages en janvier, à un endroit étroit, froid et complètement bouché, c’est beaucoup pour eux  !!
Forcément, ça les boulègue..

Il faudra donc leur donner un peu de temps, quelques semaines pour certains et un peu plus pour d’autres, avant qu’ils ne daignent se présenter au mieux.

Comment faisons-nous notre mise ? Avec un camion d’embouteillage, toujours le même et toujours le même chauffeur-technicien adorable et efficace.
Et nos amis-famille, toujours aussi étonnants et époustouflants de gentillesse, d’efficacité et d’humour !
Un merci immense et tellement du fond du coeur à nos Doro et Jacquot, Annick et Jacques, Pat et Daniel, Christian, Francis, Benoit et Daniel, you’re the best !!

mise en bouteille

Cette journée est l’aboutissement concret d’une année de travail, une année de surveillance, tout un challenge.. Des semaines de préparation, un arrêté municipal, des doigts croisés et autres grigris pour ne pas avoir la pluie ou le vent fort et hop : en avant comme en avant !
Tout un budget aussi, c’est pour nous le poste le plus cher de l’année.. mais surtout
nos petits gagnent leur automomie ce jour-là, ils vont pouvoir voler (ou plutôt rouler) de leurs propres ailes et rejoindre vos tables..

Seront présents :
Coulée douce notre rosé, toujours Cinsault et Syrah
Atout pic blanc nouvelle formule, avec : Clairette, Vermentino, Grenache blanc, Roussanne et Viognier. Tout en charme, équilibre et une belle « acidulité », un joli petit gourmand, comme son homologue rouge.
Atout Pic rouge avec un changement : une petite pointe de Grenache qui ne change pas son rôle de petit gourmand de la bande..
Bouteilles à la mer : lui restera dans la cave encore quelques temps, le temps de prendre ses aises. Mais son frère ainé de 2013 est top moumoute prêt !
Pic de Vissou rouge 2014 : il accompagnera notre BAM (petit nom de Bouteilles à la mer) dans son repos, histoire de prendre du grade, mais le 2012 est dans les starting-blocks.
Pic de Vissou blanc 2015 : enfin une quantité presque normale pour notre Pic de Vissou blanc ! Rappelez-vous l’année dernière, les sangliers avaient mangé à peu près 70% de notre Vermentino, et nous en avions eu très peu..
Cette année, nous avons à vous proposer quelques 650 bouteilles de ce bel assemblage de Vermentino, Grenache blanc, Roussanne et Viognier qui font leurs fermentations en barriques.

Pour l’heure, je n’ai pas encore de photo, mais ça ne saurait tarder !

PS : j’allais oublier !  : si vous voulez en savoir un peu plus et m’entendre vous parler de notre petit domaine, c’est sur France Bleu Hérault toute cette semaine ! Un grand merci au sympathique Gilles Moreau pour sa venue.

x336x224_img_7451.jpg.pagespeed.ic.ndKB9SVJ6O.jpg
crédit photo Gilles Moreau

 

 

Appelez-moi Chef !

Aujourd’hui est un grand jour jour important : j’ai reçu 2 lettres, de la même personne, à la même date, dans 2 enveloppes séparées.. Volonté de théatraliser un moment important ? J’en doute, mais tout compte fait, ce n’est pas très important.. L’important est dans les courriers..

Le premier est pour me signaler ma radiation de la MSA en tant que « Cotisant solidaire », ce que j’étais jusqu’à présent, c’est-à-dire que je cotisais sans avoir droit à rien..
La deuxième est pour m’informer que je suis maintenant inscrite à cette même MSA en qualité de « Chef d’exploitation » : pfffff, ça vous pose une vigneronne !!
Mine de rien, je vais enfin cotiser à une caisse de retraite.. À l’âge où d’autres pensent à prendre la leur, c’est pas rien..

Pourquoi ce changement ? Parce que nous venons d’acheter deux parcelles de plus, amenant notre désormais (beaucoup moins petit) domaine à 5,10 hectares.
Il y a des occasions qui ne se ratent pas.. Nous sommes maintenant au plein de notre capacité de travail et de la capacité de place en cave.
Ces deux parcelles sont un Grenache et un Cinsault, de quoi faire un peu plus de rosé peut-être dans le futur..

Nous n’avons pas encore décidé vraiment de leur affectation 1ère. Elles ne seront pas en bio dans l’immédiat et devrons être vinifiées séparément. Nous déciderons donc aux prochaines vendanges ou un peu avant..Grenache et Cinsault Mas Coris
Donc voilà, changement de statut, mais seulement ça, on ne va pas changer pour autant notre joie de vous faire découvrir nos vins, nos vignes et de partager notre bonheur !

C’est l’occasion de se retourner un peu sur ces 6 années (déjà !).. Je pensais l’autre jour à nos débuts timides, quand les pros du vin commençaient à s’intéresser à ce que nous faisions et venaient nous voir, alors que nous n’avions pas encore de vin à vendre !! La faute à mon enthousiasme de vouloir partager nos aventures et découvertes au travers du profil et de la page facebook que j’avais créé à cette intention.. Sans jamais penser que cela intéresserait les revendeurs.
Je pensais aussi à ces gens qui disaient : « ils font ça pour s’amuser » sans prendre au sérieux notre projet d’entreprendre à presque 50 et plus de 50 ans. Ils se trompaient tellement.. L’enthousiasme, la volonté d’entreprendre ne nous ont pas quitté et la passion est arrivée, forte, vivante, heureuse !

Nous continuons toujours d’apprendre, ce qui nous ravit et nous nous posons toujours autant de questions, même si nous avons pris de la bouteille..

Comme le dit si bien une amie  » Avec les vignes, Jean et Véro, ils ont acheté du travail « ..
Notez que ce n’est pas qu’on en avait pas avant hein ! Mais là c’est de l’intensif, du 200%, du y a toujours quelque chose à faire, plus que ce que l’on a pu connaitre avant..

Donc, comme on ne change pas et pour continuer sur notre lancée, je vous propose de noter mon prochain rendez-vous avec vous à Paris, plus exactement à Boulogne.. Une belle façon de réunir 2 de nos passions : la mer et le vin.
Je vous invite donc cordialement à venir découvrir nos bouteilles et mes amis : Jean-Philippe du magasin Boulogne Plongée et Claire, agent de voyage spécialisée en voyage-plongée dans l’agence Eurowins. À nous 3, vous aurez le voyage, le matériel qui va bien et… de quoi fêter le tout !

Bouteilles et bouteilles

 

Une mise… sans plis !

Et de belles palettes pleines de couleurs.. Non non, malgré le vocabulaire identique, je ne vous parle pas de ma dernière virée chez le coiffeur, mais de notre mise en bouteilles !

Sept cuvées mises en bouteilles, elles-même mises en cartons, eux-même mis en palettes en une seule journée.. Journée intense et épuisante, mais tellement pleine de bonheur ! Cette journée de mise est en effet pour nous la fin de la boucle.

Nous avons tellement travaillé dans les vignes pour avoir de beaux et sains raisins que nous avons menés jusqu’à la vendange, nous avons cocooné leur jus comme des bébés dans une couveuse. Nous les avons regardé, écouté grandir et et se déployer en jolis embryons, puis en bébés vins, ce qu’ils sont encore un peu..
Nous les avons dégustés, imaginés en adovins, puis en adultvins, assemblés pour certains, nous projetant dans le futur pour en faire des vins de l’année, des vins de 3 ou 4 ans, des vins de garde et même une cuvée d’exception.

Cette journée de mise, c’est l’aboutissement d’une année complète, c’est LE jour pour nous qui ne faisons qu’une mise en bouteilles par an.. Imaginez la fébrilité qui précède cette journée !
Le comptage du nombre de bouteilles, du nombre d’étiquettes, du nombre de capsules assorties aux étiquettes, les bouchons, les berceaux, les cartons, les palettes.. Ajoutez à cela les déclarations à faire, la réservation du camion, l’arrêté municipal qu’il faut demander à la mairie (notre cave étant dans la rue principale de Cabrières, il est indispensable), la location des panneaux de signalisation..etc.. Nous vivons mise, respirons mise, rêvons mise et donc comptage, météo, petites mains. C’est, comme souvent pour un domaine viticole, une période intense.

Et puis arrive le jour J vite, si vite ! Heureusement la météo est superbe, tout le monde est là, le camion en place sans encombre. Tout marche presque comme sur des roulettes nonobstant les étiquettes qui tentent de faire craquer le flegmatique Daniel, sans y parvenir toutefois.. Et heureusement ! Sans lui, son sérieux, sa bonne humeur et son savoir-faire, nous ne pourrions avoir un si bon rendement : entre 9h-12h et 13h-17h nos presque 12 000 cols (comprenez bouteilles) sont transformés en belles pyramides de cartons sur palettes.. Trop fortes nos petites mains, et toutes aussi motivées et heureuses que nous !
Presque tous m’ont demandé à un moment ou un autre de la journée : « alors Véro, tu es heureuse ? » – « Ohhh que oui !!! ».. Et ils participent tellement de cette ambiance chaleureuse et intense de travail ! Qu’ils en soient ici remerciés grandement, ils sont extra-ordinaires !

mise-atout-blanc           mise-bouteilles-2015

mise-bouteille-veroVous n’avez jamais vu de chaine d’embouteillage ? Ben voilà, c’est fait !
Ici, embouteillage de notre fameuse Clairette, Atout Pic blanc, enfin bientôt dans les bacs de nos amis cavistes et restaurateurs. Elle a fait l’unanimité lors du repas de midi de cette journée, avec une remarque cependant : comme son frère Atout pic rouge, elle se boit trop facilement !

Tchin tchin !

Résumé des Vendredis du Vin #62

Pour ces VdV #62 dont je me suis fait une joie d’être présidente, je vous ai demandé de trouver le vin qui vous siéra le mieux.. Merci de vous être prêté au jeu, j’ai pris un grand plaisir à vous lire.
Mais place au résumé (Ouffff et quel résumé !! )

David Farges Abistodenas du blog éponyme jaunefait le décompte de ses 12 mois de blog, 1 an, ça se fête !!
En musique avec Step by Step (New Kids On The Block Touch) et en vin avec ce vin jaune dont il nous conte le nez, l’attaque, la bouche et la finale comme il sait si bien le faire, concluant :
« Pour nous accompagner dans ce périple, un vin de méditation, un bouzin qui agite le neurone, évoluant au fil du temps qui passe, comme une idée rêvée, crapahutant de branche en branche, en espérant qu’elle tombe un jour dans l’escarcelle des choses menées à bien… Un vin jaune, avec un peu de bouteille, comme un regard conciliant et paternaliste, sur la fougue d’un propos encore à dompter. »

Tom Delanoue sur son blog 1098 avoue s’être creusé la tête, moins pour le vin que pour sa bonne résolution de l’année ! Ce garçon est pannonhalmi_infusio-166x300heureux dans sa vie -ça aussi ça se fête !- Sa résolution sera, au final, de continuer à voyager. Les voyages forment la jeunesse dit-on, mais pas que ! Je partage tout à fait son envie.
Le voyage, n’est-ce-pas finalement quelque chose de vraiment cool ? Et donc une bonne résolution à reproduire chaque année ?
« Et bien puisque c’est comme ça, je la prendrais armé d’une bonne bouteille découverte pas plus tard que ce week-end, dans un super restaurant de Budapest. Et cette bouteille, elle vient de la région de Pannonhalma, du domaine Apátsági Pincészet. Elle est composée à 80% de Merlot et 20% de Cabernet-Franc, et nous offre un voyage gustatif très fin, autour des arômes de torréfaction, de cacao, tout dans une belle originalité et délicatesse. Quelque chose que je n’avais encore jamais goûté, avec une belle typicité et personnalité. Cette bouteille, c’est une Infusio, millésime 2011. »
Voilà un beau début de voyage !

Sur son blog Very wine trip, Maïlys nous donne envie de fêter cette nouvelle année… presque tous les jours ! Mais La-Grande-Année-Bollinger-2004-v3-300x300avec n’importe quel champagne..
La grande Année de Bollinger (2004) « Cette Grande Année n’était certainement pas à son apogée en terme de maturité (le millésime 2004 reste « jeune » et doit certainement encore pouvoir supporter sans souci quelques années en cave) mais laissez-moi vous dire que ce champagne était déjà grand, et même très grand. Finesse des bulles, complexité des arômes, ampleur en bouche, longueur de folie…Bref, si je n’ai pas « pleuré de bonheur » en buvant ce champagne, il m’a suffisamment épatée pour que j’en redemande ! »
Je te souhaite de tout coeur  encore plein de bulles et une belle réussite !

Eric Leblanc, nous fait découvrir, sur son blog si bien nommé Le petit blanc sans col, ce que va être sa nouvelle vie.. P1060048_tComme il dit, parfois il est des connections qui n’ont rien à voir avec le hasard ! Il va donc prendre son envol lui aussi, dans sa propre cave « Dans quelques semaines, j’aurai le plaisir de vous accueillir à la cave Mille et un Vins, 10 place du Lion d’Or à Lille, et de vous présenter une large sélection de vins d’artisan-vignerons, amoureux de leurs vignes, de leur terroir et de leur biodiversité ! Vous y trouverez des vins biologiques, des vins biodynamiques, des vins « nature » stables, des vins « viticulture raisonnée », et enfin des vins sans label mais plein d’éthique environnementale. Mais surtout des vins qui ont des histoires à vous raconter ! Sans oublier une large gamme de bières, cidres et spiritueux qui, eux aussi, ont des contes à susurrer à vos papilles ! »
Et de nous proposer Des pieds et des mains, cuvée de cabernet franc de chez Boisard. Qui l’a visiblement inspiré puisqu’il a trouvé une citation pour sa cave « « Il faut vivre ! Mais en attendant, viens donc chez moi, j’ai du bon vin… ». Une bien belle entrée en matière !

Ensuite vient Sand, non pas George Sand, je dirais plutôt Sand George (et je la vois déjà écrire « Oh wait ! » 😀 ), Sand wpid-dsc_2446qui vient d’être élue « meilleur homme de l’année » par la RVF (revue des Vins de France) dans la catégorie blog. Rien ne nous étonne plus ! La pinardotèque a gagné ses lettres de noblesses par le style, l’humour, la franchise de Sand, si vous ne connaissez pas, inscrivez-vous..
Bref, Sand donc, nous conte son amour pour un cépage, au travers des vins de Claude Courtois. Toute une année de re-découverte du sauvignon, voilà ce qu’elle nous promet : « ..Rien que pour ça, je dis chapeau monsieur Courtois. Faire des vins aussi différents et aussi remarquables avec un cépage comme le sauvignon. Top! J’avais oublié que je l’aimais, ce cépage. Trop souvent perdue dans les urines de chat même pas lol, trop souvent déçue par des acidités trop marquées. Et puis là, c’est un monde qui se ré-ouvre.
Allez cher sauvignon, toi et moi on va passer du temps en 2014. J’ai envie de te re-découvrir, de te re-explorer, de partir à la conquête de toutes tes facettes. J’ai envie de t’étendre tout nu et de voir ce que tu vaux. »

 

Catherine, du blog une femme des vins, nous entraine dans le froid mais avec une belle chapka, avec un vin du 6a00e54fa719a1883401a3fcafd35e970b-120wicomté Tolosan (assemblage de Gewurztraminer et de Riesling) au nom de Sibéria.
« Et bien c’est un vin blanc doux du Sud-Ouest, pas un vin d’appellation mais une IGP Comté Tolosan, issu de l’agriculture biologique, élaboré par un domaine qui est beaucoup plus connu pour sa négrette et ses vins rouges que pour ses vins blancs.
Tiens, mon  année sera-t-elle placée sous le signe du non-convenu ?
Parce que le début du printemps équivaudra pour moi à des températures très, très basses, à une immense étendue glacée au cœur de l’Asie Centrale, à des eaux si pures que l’on y distingue des pierres à 40 mètres de fond, j’ai choisi un vin qui s’appelle Sibéria.
Tiens, mon année sera-t-elle placée sous le signe du voyage ? »Non convenu et voyage, nous avons donc des points communs !

Pour Olivier, le vin de cette année (comme pour les autres années ?) est celui de l’AOP Pézenas, ville à laquelle il viscéralement attaché. Sonpanorama-bouteilles-pezenas-1024x228 blog porte bien cet attachement, notamment dans le titre Showviniste.  Chauvin poursa ville et pour la vigne ! « Au cœur d’une ville, comme ici, celle pour laquelle j’ai un attachement profond, quasi viscérale, on touche du doigt l’avenir de notre pays. Nous sommes devenus un immense champ d’attraction touristique qui nous fait vivre. Si nos barreaux sont invisibles, nos contraintes sont bien réelles. Nous ne produisons plus, nous exposons. Qui résiste dans ce tourbillon de la modernité ? La vigne en premier, bien que touchée, meurtrie, abîmée par la mondialisation, elle résiste, se relève. Elle est la seule à pouvoir se réjouir de produire, de la richesse, du plaisir, du lien, par millions de bouteilles. »

Pour Marie, du blog Drink a beat se poser la question est un peu trouver la réponse.. « Un millésime d’exception il_plagio_when_we_dance_720x600pour influencer le hasard ? Un Villa Minna pour me rappeler ma chère Provence ou un Klein Konstantia pour célébrer mon Afrique natale ? Un 2013 pour porter un dernier toast à cette année qui vient de se terminer ? Ou un Bordeaux pour devenir chauvine ici aussi ?
Et si au lieu de tout cela 2014 était l’année de Drink a Beat avec une quille me représentant parfaitement ? Une cuvée qui respire l’harmonie et la musique à l’intérieur comme à l’extérieur ? Après Sister Moon (cultivée en biodynamie) nous voilà donc face à When we dance. Assemblage de Sangiovese, Canaiolo et Colorino, la dernière née du domaine Il Palagio dégage de jolies notes florales et fruitées et trouve un bel équilibre en bouche avec des tanins bien fondus. Un résultat surprenant qui prouve que traditions Toscanes et ego de rockstar peuvent être compatibles. On appréciera aussi l’étiquette mi-wine mi-gaga pour ce délice gustatif et auditif. »

Musique et vin, un duo toujours gagnant !

Notre Taulier, Jacques Berthomeau, profite quand à lui de ce Vendredi du Vin pour nous annoncer qu’il s’éloigne de photo730facebook..  « Tout passe, tout lasse, et il est des voisinages dont j’ai décidé de m’éloigner… Certains « amis » sur Face de Bouc sont trop souvent de faux-amis, des voyeurs sournois, des poseurs de commentaires de water-closer, des faux-nez stipendiés que je n’ai pas envie de cautionner.
Voilà, c’est dit. Ce n’est pas dit bien sûr à l’attention de la présidente de ce vendredi du vin et ça n’appelle pas de commentaires de la part de ceux qui se sentiraient visés par mes lignes. »
Ça m’attriste toujours de voir que ce sont les minorités, les gens tels qu’il les décrit qui gagnent au final.. Mais je respecte son choix, du moment que son blog continue ! Il ne nous soumet pas une bouteille, mais une chanson « Summer Time« , dont la version que je préfère est celle de Bono et les Coors..
(mais tu sais Jacques, que tu peux aussi faire le ménage sur fb.. )

Le suivant est un petit nouveau, première participation aux VdV ! J’aime de nom de son blog « Vortex du gosier« , un peu décalé, un peu géant, ce titre me fait penser à la toile du Gréco avec le géant mangeant un de ses enfants.. ! Fred se propose de quitter les autoroutes de découvertes des vins pour prendre de plus en plus de petites routes, en prenant son temps.. Son vin « fil rouge » pour cette année de découverte 2014 sera méditerranéen : « .. Ce vin c’est le SP68 d’Arianna Occhipinti. Un vin équilibré, aérien malgré le soleil de plomb qui le fait naitre. «Un vin qui fait très « bourgogne du sud » sans une once d’alcool ressenti.»  De la finesse, de la tension. Enfin top de chez top. Ce vin, assemblage de Frappato et Nero d’Avola, porte le nom d’une strada provinciale, un petit chemin de traverse qui vous éloigne des grosses cavaleries lourdes pour vous permettre de vous plonger dans la vraie terre, celles des paysans, des artisans, des vrais auteurs en fait.
Mais ce vin sera le fil rouge de mes découvertes, le compagnon de ce parcours. Du simple, du bon, sans préjugé, sans frontière. Apprendre, toujours apprendre, en Corse, en Italie, ailleurs, mais aussi ici. Le vin d’Arianna me rappellera la ligne fixée, celle justement de ne pas en avoir. Un vrai tournant. »
Heureuse de cette 1ère participation réussie Fred, futur présidentiable des VdV ! 😉

Nathalie nous fait part de ses incertitudes pour l’année à venir.. Un déménagement peut-être ? Des changements ob_6eb37c_jocundazsurement.. Comme elle le dit si bien sur son blog Côtes-du-rhône news, le vin peut être divin, mais devin ?? Ceci-dit, je suis sure que de bonnes idées ont du fuser après une soirée dédiée à Bacchus ! Bref, devant tant d’incertitude, l’âme d’enfant revient au grand galop et l’envie de se réfugier dans un « vin-doudou » aussi ! « Alors pour se remettre, dégainons le vin-doudou : le Massif d’Uchaux Jocundaz rouge du Château Simian ; quelque soit le millésime, il nous laisse toujours dans le coeur un bien-être, un confort et en bouche un velouté, une suavité douce et chaude, richement fruitée, une belle minéralité, droit dans ses bottes, honnête et franc, tellement sympathique comme son vigneron, Jean-Pierre Serguier. Un vin dans lequel on peut avoir confiance et sur lequel on peut se reposer, sans crainte d’être déçu. »
Que cette année ne t’apporte que des bonheurs Nathalie, dussent-ils passer par un déménagement..

Arristo Bomba nous fait traverser une dégustation de plusieurs vins comme on emprunterait une route de vacances 4076251_origou de la vie.. Un tournant par-ci, un virage par-là.. Je n’ai retenu qu’un seul de ces vins, un vin qui lui fait penser à une grande maison et j’imagine tout de suite une maison de vacances avec des amis, des chants et de la joie.. « C’est le tournant blanc de Graziella qui suivra dans la route vinicole de cette soirée, un tournant étonnant et grand comme une maison…  C’est l’étrange cuvée Primadonna 2011 à base de Pinot Noir, Chardonnay et Chenin, un VDP de Loire  du Domaine Chaume. La minéralité tranchante presque  chablisienne est suivie par le coté vineux du pinot noir et le fruit du Chenin. Un vin riche, tendu et croquant comme on l’aime ! Un vin pas évident à positionner sur la carte géographique française, mais beaucoup plus facile  à positionner dans la cave d’une nouvelle maison ! »
Bonne route donc !

Guillaume, quant à lui, nous fait un Petit éloge de la fidélité sur son blog découvertes vins. Tout en répondant à la question qu’il ne comprenait pas à ses débuts « pourquoi acheter le vin par carton de 6 ? » : « C’est alors que je compris qu’une cave composée de bouteilles orphelines est vouée à l’échec. Ce qu’il faut c’est développer une certaine intimité (et même une intimité certaine) avec un vin, avec un vigneron. Suivre le même vin sur plusieurs millésimes, comprendre son évolution, identifier sa trace, apprendre à le connaître. Pouvoir se permettre de le boire (trop) jeune, en cours de vieillissement ou à maturité, sans chercher à tout prix l’accord parfait, le moment clé, l’apogée illusoire. En bref, acheter au moins 6 bouteilles. »
Et, pour consoler des jours « de moins bien », il se tourne vers un Chambolle de Roumier.
(pas de photo d’illustration de son vin..sniff !)

Pour Sylvain, de Midi-vin cette année ne s’annonce pas géniale, mais d’un point de vue général (bonnet rouge..etc..) Quart_de_Chaumes-176x300et puis il n’y a pas de rime à 2014 année de … rien ! 🙂 Alors un peu d’humour et un Quart de chaume.. « En écoutant la radio aujourd’hui, j’ai appris que 100 à 200 millions de neurones étaient présents dans notre intestin ce qui en faisait notre deuxième cerveau appelé le système nerveux entérique. Que le microbiote (oui c’est comme cela que l’on nomme toutes les bactéries qui batifolent dans nos boyaux) intestinal avait une influence mesurée sur le comportement social (test effectué chez les souris uniquement : tu crois qu’elles vont liker mon post ?).
Alors pour celles et ceux qui sont privés du premier (je l’explique celle-là ou pas ?), faites vous du bien en mangeant bon et sain, en buvant (modérément) des douceurs extatiques comme ce Quart de Chaumes de Patrick Baudouin afin que la paix vous gagne et que vous nous laissiez peinards. »

Amen !!

Olivier, notre magicien d’Oz (Olivier Zavattin) nous dit comme aurait pu le faire de Funès, nouvelle année ? et Paf !!
« Ce Compagnon, je l’imagine plutôt en Magnum, car l’année est longue…IMG_5147
Plutôt gorgé de Soleil…pour me donner du punch..
Racé mais élégant…
Typé, légèrement épicé…
Floral au parfum de violette…
Nature…car cette année je ne veux avoir mal à la tête !
Avec des tanins mais tout en finesse…
et surtout de la longueur…
de l’équilibre pour traverser ces douze mois…
de la fraîcheur afin d’avoir la banane toute l’année, hiver comme été…
Une belle acidité… pour la sécurité et la fidélité…Bref , c’est un Magnum de Syrah que je prendrai pour compagnon en ce millésime 2014
Et Paf !
Paf la syrah de Jeff Coutelou tellement bien décrite !

Un Olivier peut en cacher un autre.. Voilà qu’ Olif veut s’allonger sur mon divan !! Je préfère partager un verre et un 3900141580pique nique dans nos vignes !
Pressé par les nombreux salons ayant lieu ces semaines-ci : » Pas trop le temps pour une psychanalyse du jurassique, à l’heure de partir dans la Loire. Et je ne vais pas tout dévoiler non plus. Mais, pour m’aider à surmonter le mal du pays, je ferai sans doute le plein de savagnin à la veille d’être parti et je me gaverai de ploussard mardi soir en rentrant. Le vin du Jura, l’autre versant du vin, à l’instar des montagnes du Jura. Et peut-être même bien que j’en emporterai une ou deux bouteilles en Anjou, tiens!

Bonnes dégustations !

Notre GéGé national (oui je sais bien qu’il est belge, et alors ?) choisit un vin compagnon de chaque instant. Pour se Mas-de-Libianfaire, il va se promener, via son blog  : « Je me décide donc à choisir mon « vin compagnon de chaque instant » d’un Domaine dont tout le monde à parler voici un peu plus d’un an, avec la perte catastrophique de plus de 30.000 litres de vin en raison d’un gros pépin dû à l’utilisation des cuves en béton récemment livrées. Vous aurez reconnu le « Mas de Libian ». Cette unique cuvée produite en 2011 (en raison du faible volume, il était impossible d’élaborer toutes les cuvées habituelles), était non seulement très réussie, mais à chaque gorgée, je pensais avec émotion que je dégustais « une rescapée » et aussi aux difficultés que devait surmonter le Domaine. ‘Côtes du Rhône « Cuvée Bout d’Zan » d’Hélène Thibon, Mas de Libian 2012 ».

Gérard, notre passeur d’émotions.. 🙂

 

 

Nina, de Lost in wine, nous parle de son année à venir avec fougue, ce qui lui va comme un gant ! Elle l’accompagnera volontier d’un Château Bouscaut, nous disant :
« Ce qui me plait IMG_2098dans ce vin, c’est son nez complexe, parce que mon année ne serait pas fun sans un peu de complexité à l’intérieur…
J’y ai même décelé un pointe d’olive ce qui me rappelle que pour finir le Sud n’est pas très loin quoi qu’on en dise 😉
Ce que je redoute à chaque début d’année c’est qu’elle ne soit pas mémorable… J’ai envie que de janvier à décembre je ne trouve pas une minute pour m’ennuyer !

Nul doute qu’elle le soit mémorable !

Benoit, notre retardataire pour ce coup-ci, reste pour l’instant dans l’imaginaire.. Sur son blog La vérité du verre, il se pose des questions.. A quoi pourrait ressembler le vin vin-surprised’un tournant très attendu ? « Simple et enjoué peut-être comme la cuvée « Soif de Plaisir » du Clos de l’Origine ou bien encore complexe et prenant son temps comme la cuvée « Paso Doble » d’Anne-Sophie Duboisje sais, vous avez compris, je suis totalement fan de ce vin. » et de continuer la liste..
« En attendant, je continue de rêver, avec l’envie folle de découvrir en 2014 encore tous pleins de vins qui me feront patienter ! Et je sais qu’ils seront encore nombreux à me supporter… »

Les vins ne manquent pas et ce sera peut-être un vin-surprise ? !!

Michel quant à lui m’a laissée perplexe.. Pas devant sa déclaration d’amitié qui me touche, mais sur ma liquéfaction !! « Mon vin-compagnon, c’est toi ! » me dit-il.. « Deux petites minutes à te contempler. Pas assez de bagou pour te retenir. Je te regardais filer quand on m’a servi ce 2004 de la maison Jacquesson, un Grand Cru d’Avize bien avisé, aussi riche et lumineux que ton regard, aussi rond et blanc argenté que tes cheveux ce jour-là relevés sur le sommet de ta tête. Un vin droit dans ses bottes, comme toi, chère vigneronne, un vin singulier, comme tu les aime sûrement. Un vin compagnon. »
Merci Michel pour cette belle amitié 🙂

La dernière enfin, notre Sylvie-sans-blog, femme attachante à la faconde et au verbe juste. Sylvie pour qui j’éprouve là aussi une belle amitié. Je vous livre son texte en entier :
« Ah l’année de tous les changements ! L’année des déménagements, suggère notre Véro….ça, pour déménager, je déménage.
Physiquement d’abord puisque je quitte définitivement la froide Lozère pour aller vérifier du côté de Marmande si les tomates y sont meilleures. Au moins les verrais-je mûrir.. ce qui du côté de Saint Chély d’Apcher est un phénomène si rare que là-bas les tomates on ne les mange pas : on immortalise les pommes d’amour sur papier glacé, on les naturalise, on les met dans le formol pour ne pas oublier que oui, une année sur 20 la tomate peut mûrir en Lozère.
Et intellectuellement ? ça pour déménager, je déménage aussi depuis toujours et je l’espère pour encore longtemps, c’est nouveau pour personne.
Changer de lit, changer de corps / A quoi bon puisque c’est encore/ Moi qui moi-même me trahis » disait Aragon.
Alors changer de vin, à quoi bon ? Je n’ai pas de « vin préféré », mon vin préféré c’est celui que je boirai demain avec l’espoir qu’il sera aussi bon que je l’ai imaginé.
Mes différents déplacements sur le territoire de ma future maisonnette m’ont amenée à goûter des vins que je ne connaissais que par leur triste réputation. Pourtant il m’en a été donné à boire, de ces Côtes du Marmandais, qui sont fort intéressants. Oh ce ne sont pas des vins que l’on trouvera de sitôt sur les tables triplement étoilées (sauf si un Chef venait à être couronné par le Guide Rouge à proximité, et encore!) mais ceux que j’ai goûtés sont entre passables à tout à fait excellents, aucun en tout cas n’est parti dans l’évier. Et c’est bon signe parce que je suis devenue difficile : comme Churchill, je me contente du meilleur.
J’ai retenu parmi mes découvertes Elian Da Ros et Clos Cavenac. Mais je n’ai pas encore, bien loin même, tout découvert de ce pays qui m’enchante déjà. »
Beaucoup de bonheur pour toi dans ta nouvelle vie.. 🙂

Voilà, je crois avoir pensé à tous, si tel n’est pas le cas, un petit mot et je rectifie.
J’ai été très heureuse de vous lire, de vous découvrir, de vous avoir fait réfléchir aussi !
Belle année à vous, virage, tournant, ligne droite, je vous souhaite le meilleur et je laisse la présidence à la charmante Maïlys pour le prochain sujet..

Vendredi du Vin #51, le theme ? Les vins du dernier festin.. !

C’est Olivier Lebaron du blog Showviniste qui officie comme président de ce mois avec ce thème  : « faire partager le vin du dernier festin. Quel serait l’ultime vin à retenir ? Avant un dernier souffle, quelle serait votre dernière gorgée ? Aurez-vous le vin gai ou le vin triste ? Serez-vous seul ou accompagné ? Et si cette fin vous effraie, passez donc à l’étape d’après et imaginez le vin de vos funérailles, qu’aimeriez-vous laisser dans votre cave pour arroser vos amis ? » 

Un drôle de thème me direz-vous, drôle dans le sens de bizarre bien sûr.. surtout dans une société où parler de la mort est plutôt tabou.. Un sujet très « introvertissant »*  aussi, c’est peut-être son côté le plus impressionnant. Habituellement,  j’ai le vin gai, mais imaginer sa propre mort, c’est surtout imaginer les gens que l’on aime dans la tristesse et c’est pour moi la partie la plus difficile, j’aime tellement rendre les gens heureux !

Sinon, perso, ma mobanquetrt ? Même pas peur ! Pour avoir été dans des endroits de la vie que peu de gens connaissent, je n’ai plus peur de grand-chose. Sincèrement.
La mort fait partie de la vie, pleinement.. Enfin c’est ce que je pense et ceci n’engage que moi bien sûr.. Plutôt que de jouer les thanatonautes (cf Bernard Werber), j’ai donc pris le parti de vous parler de l’ambiance que je souhaiterai pour le jour de nos adieux et là, je reprends en main une bande dessinée d’Astérix et ses célèbres banquets. En plus, nous sommes chanceux, pour les sangliers, nous avons ce qu’il faut dans nos vignes !!

Comme choisir un vin qui aille avec tous ces sentiments mêlés n’est pas chose aisée, je vais prendre un autre chemin..
Tout comme l’autre soirIMG_2030, pour le dernier soir du salon de Plappeville, je voudrais que chacun amène sa bouteille préférée, que les bouteilles passent d’un bout à l’autre de la table au milieu des rires et des bavardages, que la tristesse s’en aille pour que la joie du partage et des retrouvailles prenne toute la place 🙂

* Parfois, les mots existants ne me suffisent pas, j’ai donc quelques mots a moi..

Le long résumé des Vendredis du Vin #45 d’avril  » de l’art ou du cochon ? »

Prendre la suite d’Anne Graindorge, du blog éponyme n’est pas chose facile, son thème ayant un côté franchement bucolique, léger et printanier, dans un temps ou la météo et l’ambiance électoral(ist)e n’avaient pas encore frappé.. menaçant même de faire sauter les VdV #45 d’avril !!

Impossible de laisser les VdV en panne de président(e), je n’ai pas hésité longtemps à me proposer pour cette présidence, et donc à vous trouver un thème qui puisse être intéressant pour beaucoup, mais surtout un thème qui vous interroge, qui vous titille. Pourquoi ? Parce que ce j’apprécie le plus dans cette vie, c’est la découverte, la recherche, le partage qui fait apprendre les uns des autres.. et je ne pense pas être la seule, loin de la, les VdV en sont une belle preuve !

De par mes études et le métier de ma vie d’avant (artiste-peintre), je ne pouvais faire autrement que de trouver un sujet en rapport avec l’art.

L’intitulé « de l’art ou du cochon ? » ainsi que la photo extraite du film « Le père Noël est une ordure » étaient des invitations à donner un ton léger à cet exercice.. Je sais bien, pour l’avoir vécu, que l’art, comme le vin, ont une grande part d’intimidation.. enfin les hommes ont fait en sorte que.. à nous, hommes et femmes du vin, amateurs ou pros, de dédramatiser, d’alléger ces passerelles d’un art à l’autre.. Merci de m’avoir rejoint dans ce challenge !!

Le premier a mettre son billet en ligne a été Gérard Garroy, dont le blog porte le doux nom des « vins coeurs » ,  www.vinscoeurs.blogspot.fr nom bien choisi s’il en est tant Gégé parle des vins avec passion et des vignerons avec bonheur.. A ma suggestion de « trouver un vin que vous inspire une peinture ou une peinture qui évoque un vin », Gérard répond avec un de mes tableaux (et je l’en remercie 🙂 ) en mettant en parallele le travail du vigneron et du peintre dans un 1er temps, puis en évoquant sa liberté, son anti-conformisme dans ses choix de vins et conclu « Mon avis est donc que les vins sont multi – associations et que je n’enfermerai jamais une bouteille à une seule assiette (de lard !) ou à une seule œuvre (d’art). » non sans nous laisser, pour notre bonheur, avec une cuvée du Mas de l’écriture « Les pensées » de Pascal Fulla ..

Si j’avais la place, je lui dirais que pour l’expo « un vigneron , son vin et ses créations artistiques », l’idée est déjà prise et attend des jours moins occupés pour prendre une date dans le calendrier estival.. Soit dans notre chai, soit dans nos vignes, soit en parcours d’un chai à l’autre.. J’opterai plus naturellement pour la 3ème version, mais sachez donc que le projet est en gestation..

Ensuite vint Nathalie Merceron http://cote-du-rhone-news.over-blog.com/article-des-minotaures-de-pablo-picasso-et-des-gigondas-vdv-45-104046942.html qui nous propose avec bonheur une verticale de Minotaures de Picasso nous faisant passer par tous les sentiments possibles, parfois osés ou très tendres.  Comme les Gigondas choisis du Domaine Piaugier, en passant par le Domaine Grand Romane 2001, puis le Domaine Raspail Ay 2003 suivit du Perrin Vieilles Vignes 2007 sans oublier de nous montrer le Minotaure buvant.. Complet, détaillé, les dessins en parfaite adéquation avec les vins (enfin, je l’imagine !!) elle nous entraîne dans ce monde ou l’on voit que souvent les arts s’accordent, ce qui, je l’avoue était mon but.. Merci Nathalie pour cette belle promenade en Gigondas avec Picasso..

 Après, l’ordre d’arrivée devient plus flou pour moi, il se transformera sans doute en un « désordre d’arrivée « , ne m’en veuillez pas… !!

Donc ensuite, j’ai découvert le très joli cochon « stabile »- bel hommage à Calder, d’Anne Graindorge http://annegraindorge.blogspot.fr/2012/04/vendredis-du-vin-45-de-lart-et-du.html Un bonheur de lecture, drôle, vif, rempli de jeux de mots.. et d’une liberté égale à celle que procure la peinture .. Tels les dessins d’Escher , elle nous balade de mots en mots, et nous gambadons joyeusement à sa suite, reprenant en chœur son petit refrain « Aux Arts citoyens ! ». Du bonheur !

Je rejoins ensuite Eva Robineau sur son célèbre blog http://www.oenos.net/2012/04/vendredis-du-vin-45-callcut-lartiste/ Elle nous propose un vigneron tout-en-un, Callcut, artiste dans tous les sens du terme, allant même jusqu’à jouer l’arlésienne ! Elle nous parle de ses vins Clos du Giron et Paradis, nés en des temps où les jeunes de l’âge d’Eva ne se doutaient surement qu’ils tomberaient dans le vin et s’y baigneraient plus tard !! De ces vins hors du temps, Eva nous dit « qu’ils nous emmènent au-delà des goûts traditionnels et conventionnels, qui poussent hors des sentiers battus. Comme l’art ». Elle nous fait aussi surfer sur la nouvelle vague, celle de Stéphane Bernaudeau et de sa cuvée « Les Nourrissons » aussi décalé comme nom pour des vignes centenaires que le tableau de Magritte « ceci n’est pas une pipe » !

Catherine, http://unefemmedesvins.typepad.com/histoire_dune_reconversio/2012/04/vendredis-du-vin-45-de-lart-ou-du-cochon-.html#comment-6a00e54fa719a188340168eaecfa94970c, nous emmène ensuite dans le Paris de l’exposition universelle, où arrive un petit nouveau sans argent, mais pas sans talent du nom de Picasso. Comme d’autres à cette époque, il peint des petites gents. Pour lui, le malheur et la tristesse a une couleur, le bleu.. Quel vin pour supporter ( dans son sens soutenir, porter ) ce bleu ? Catherine nous propose une Mondeuse de Jacques Maillet, qui, si l’on s’arrête à son 1er abord, nous apparaitra fermée, réduite, austère comme les tableaux de Picasso. Et comme eux, si l’on s’y intéresse, apparaît une étincelle appelée à devenir un feu d’artifice d’humanité et pour finir, de bonheur.

Tatieva, www.tatieva.canalblog.com nous emmène quant à elle dans son atelier où, au milieu des peintures, trône un verre de vin .. Du parallèle entre les couleurs des vins et de ses toiles, elle nous promène gaiement dans son univers où ce verre de vin libère la créativité « Ses joues virent au rouge, le regard pétille, la main s’envole. Avec fantaisie et esplièglerie, le pinceau parcourt la toile, la dénude délicatement.. » L’accord peinture et vin fonctionne à fond et nous réjouit, comme ses toiles si féminines et colorées..

Laurent, notre helvète des http://vinsconfederes.ch/?p=6147, m’a quant à lui franchement fait rire, par le biais du tableau choisi et je dois dire tellement à propos !! Beaucoup d’artistes devant se plier aux désidératas de ceux qui leur passaient commande ont fait de subtils pieds-de-nez à leur clients.. Celui-ci est un des plus réussis ! Vous cherchez le cochon dans la toile ? Il est pourtant bien en place et claque comme un drapeau pour la liberté.. Pour aller avec ce tour de cochon, Laurent nous propose un vin issu du Clos des Abbayes Dezalay, dans la salle de réception duquel trône ce tableau.. Bien vu Laurent !!

Vincent Pousson www.ideesliquidesetsolides.blogspot.com.es qui nous annonce tout de go « Le vin-œuvre d’art » m’emmerde profondément.. Et je suis bien d’accord !! Comme du temps où j’étais tapissière en ameublement, je me sens artisan comme vigneronne. L’amour du travail bien fait, appris à l’ancienne, avec des gens du métier qui se régalent de transmettre leur passion, ni plus, ni moins.. Vincent nous parle des étiquettes de vins dont on ne goûte plus le liquide, mais dont la bouteille à elle seule vaut plus que son contenu.. Le vin, comme l’urinoir de Duchamps a-t-il sa place dans les musées ? Autre débat qui n’est pas inintéressant.. que poursuit Michel Smith www.pourlevin.skyrock.com en nous disant que pour lui non plus le vin n’est pas de l’art et que s’il faut choisir, il boit volontiers des deux, ça tombe bien, c’est ce qui était demandé dans ces VdV ! Les illustrations dont il parsème son billet me rassure quand à son aptitude à apprécier autant le vin que la peinture !

 Iris Rutz-Rudel, notre infatigable secrétaire et présidente perpétuelle des VdV, blogueuse de la 1ère heure sur www.lisson.over-blog.com est aussi en accord, le métier de vigneron, c’est de l’artisanat, dans le sens noble, ancien du terme. Et pour l’art, elle nous répond Yves Klein pour le bleu si intense de notre ciel parfois et rouge de la matière première que l’on travaille et que l’on retrouve dans les œuvres d’Anish Kapor et de Barnaby Fumas.. Merci Iris pour ces découvertes J

Retour à la légèreté avec Olivier Grosjean, notre Olif national devrais-je dire www.leblogdolif.com !! Et sa dame, qui, dit-il, est célèbre pour dire n’importe quoi ! Vous aurez bien sûr discerné une ironie emplie d’amour et de fierté car Madame Olif peint, joliment, gaiement, et notamment des étiquettes de vin.
Olif a donc beau jeu de nous faire découvrir en exclusivité mondiale la dernière création de sa Dame, déclinaison de “L’arbre de vie” de Klimt que j’adore. Et tout ça, ce qui est aussi une exclusivité mondiale, sans nous parler de vin !!

Jacques Berthomeau, le Taulier, refuse, à ma plus grande joie, de la jouer a.u.l.t et préfère rester e.a.u comme péquenots (enfin presque ! ) pour les repères orthographiques, c’est ici www.berthomeau.com. Il nous baigne dans l’univers de Gaston Chaissac, à l’apparence si simple et colorée. Le monde est pourtant décomposé dans chacun de ses tableaux, sensibilité mise à nue ? Jacques nous propose pour finaliser son billet et faire un accord peinture et vins, les vins d’Alice et Olivier de Moor et pour parler d’eux, parodie Dubuffet parlant de Chaissac.. Parfaite boucle bouclée en douceur et humanité..

Nous arrivons ensuite chez nos amis belges, auxquels nous voudrions demander l’asile Vendrediste et pas que ! J’ai nommé Patrick Böttcher, notre sanglier monomaniaque www.alsacemaniac.canalblog.com et son groupe de Brusseleirs, les Sérial Quilleurs toujours à la recherche de vins équilibrés, tendus, harmonieux.. adjectifs qui lui font penser naturellement au danseur de Rodin pour l’oeuvre et à Paul-Henri Soler pour les vins.. Encore une découverte à faire au plus vite !!

Isabelle Perraud www.cotedelamoliere.blogspot.fr quant à elle, nous parle avec amour et fierté de son papa peintre, dont elle nous livre des esquisses chipées dans son carnet, comme une enfant volant des confitures !! Et qu’elle a raison lorsqu’elle dit “ en peinture, comme dans le vin, c’est important de savoir d’où ça vient, de qui et pourquoi !” J’approuve à 400% !!!

Les cousins www.levindescousins.com après une balade en vélo, nous proposent plusieurs vins, dont l’étiquette d’un sert de support artistique à leur billet.. “On est su l’sable” donc, mais avec Le brin de chèvre de Puzelat et la Sierra du sud de Gramenon, on ne va pas y rester longtemps !! Surtout avec la recette de terrine qui suit ! Merci les cousins, y a plus qu’à tester maintenant.. !

Daniel Sériot, ce passionné de la rive droite www.rivedroite.canalblog.com profite d’une visite guidée/conférence sur le thème du vin à travers la peinture.. Pile-poil pour les VdV ! Et j’avoue que sa lecture des tableaux, très personnelle, me convient mieux que celle de la guide.. de même pour la “traduction” du rôle de la jeune femme dans le tableau de David Téniers : “Réunir la majesté féminine à l’oenologie !”. Bel hommage s’il en est ..

Guillaume Deschamps, du tout nouveau www.decouverte-vins.com, nous offre une magnifique description léchée du tableau de Picasso, Guernica, à la façon des notes de dégustation, un beau contre-pied et nous parle de la dégustation faite par les Outsider ( groupe de vignerons ) faisant correspondre une image à un vin.. Un bon moment de lecture, merci Guillaume..

Alain Fourgeot www.fou-rgeot-de-vin.com nous présente “un vigneron volant”.. personnage à la Folon, léger et pataud tout à la fois, attachant et doux. Il nous dit l’avoir toujours dans un coin de sa tête et je le comprends, c’est comme un coin de ciel bleu qui nous suit toujours si on le décide..

Il y encore la contribution d’un blogueur dont je ne sais au final si elle fait partie des VdV puisqu’il n’indique pas en faire partie, mais qui utilise mon titre.. Je la mentionne donc ici succintement puisque hors sujet, l’art en question devant être pictural. Pour le reste, ce qu’il appelle la culture, je reprendrai simplement la phrase d’Isabelle Perraud “ en peinture, comme dans le vin, c’est important de savoir d’où ça vient, de qui et pourquoi !”

Obiwine JJ www.obiwine.com nous entraine dans le monde du luxe, qui est souvent en adéquation avec une appellation de l’art. Mais le luxe n’est pas l’art, même si souvent certains veulent le faire accroire.. Je retiendrais donc surtout de son billet le tableau de Danhauser “vin, femmes et chants” et les bouteilles du domaine Peyre Rose “au velouté et au soyeux délicieux” et vous invite à écouter les interviews de fin de billet, très intéressantes..

Guillaume Nicolas-Brion www.dumorgondanslesveines.vingtminutes-blog.fr nous parle d’un artisan-vigneron dont le champagne est une oeuvre d’art… Hummmmm ça donne envie de goûter, surtout un champagne aux bulles carrées !! Et encore plus envie de rencontrer ce Picasso du Chardonnay ! .

François Desperrier  www.bourgogne-live.com nous dresse le portrait d’un jeune vigneron en beaujolais dont la vie se partage avec la même importance affective entre la vigne et la photographie et celles qu’il donne à voir sont touchantes.. La fin de son portrait donne envie de connaitre ses vins, parce que s’ils lui ressemblent, c’est de l’amour et de la simplicité en bouteille !..

Laurent Antoon nous invite à le suivre dans sa cave qui est dit-il, sa galerie d’art à lui.. Et je veux bien le croire à sa façon de nous décrire ses bouteilles et leurs étiquettes !

Puis vient Stéphane Couturier qui résume le sujet en photo, mais quelle photo !!!

Sébastien Fleuret, notre micro-vigneron nous fait un micro texte qui nous donne quand même une recette et le vin de Marc Houtin de la Grange aux belles..

Daniel Folz nous raconte l’histoire d’une des cuvées de son voisin et ami Henri Milan, dont l’étiquette est toute de bleu habillée, comme la marne de la parcelle dont provient le vin.. Voyage au pays de la couleur et de la lumière..

Rémy Bousquet nous parle, au travers d’un article de journal, de sa peinture avec de la lie de vin qu’il pratique lors d’ateliers, j’aimerai bien en faire un un jour !

Nous avons ensuite Steven Dufour, qui nous fait un beau parallèle entre un tableau de “montres molles” de Dali et la chanson Time des Pink Floyd avec en plus un accord avec un vouvray Cuvée des Fondraux du domaine Champalou..
J’avoue que ce texte long de Steven me ravit encore plus car le français n’est pas sa langue maternelle et je sais quel effort il a fait pour participer. Merci Steven !

Voilà, je sais bien, pour un résumé, il est long !! mais chacun méritait son éclairage, rien que par le fait d’avoir participé.. J’ai été heureuse et honorée d’être votre présidente du mois et je peux dire que je réalise mieux le sacerdoce d’Iris, présidente et secrétaire perpetuelle des VdesV, que je remercie grandement ici.. J’espère n’avoir oublié personne, si c’est le cas, n’hésitez pas à me le signaler, je rectifierai dans la foulée..

Je laisse la place toute chaude à notre président du joli mois de mai, j’ai nommé Doc Adn, enfin, Aurélien Litron je crois plutôt ! Le prochain ici http://escapades.over-blog.fr/article-vdv-46-syrah-la-globe-trotteuse-enjoleuse-104326870.html