Belle et bonne année !

Il est plus que temps de vous présenter nos voeux, à ma manière.. Sans chichi, en une seule prise, de mon téléphone portable. Rien de très professionnel, mais avec mon coeur.
Du milieu des vignes hier, par un matin venteux et froid. Avec un soleil aussi timide que moi..
Qui dit vent dit bruit..
C’est une vidéo spontanée, comme vous pourrez le constater !

Excellente année à vous !

Mes petites adresses gourmandes d’ici et d’ailleurs…

entrée de légumes de saison

Je vous avais déjà donné quelques unes de mes adresses de restaurants sympathiques, avec un excellent rapport qualité/prix, telles que le « Very’table » dans le joli petit village de Neffiès.
Je vais vous en donner quelques autres, à Lattes, Montpellier, St Gely du Fesc pour rester dans notre coin de sud. Ce sont des adresses où je m’y sens bien, parce c’est simple (même s’il y a de la recherche) et j’y retrouve la même façon de travailler que nous dans nos vignes et surtout la même passion..

Le Coup de coeur à Lattes
Je commence par le dernier testé : le Coup de Coeur à Lattes. Comme mes autres adresse20150807_132209s, ici tout est cuisiné maison, frais, avec une belle présentation et un prix plus qu’abordable vu la qualité.
Le cadre est sympathique, l’accueil encore plus et les assiettes au top ! Que demander de plus ? Une belle carte des vins ? Elle y est aussi avec, en plus, les vins servis au verre..

Petite anecdote : c’est une ancienne cave à vin dans laquelle j’avais fait une exposition de peinture il y a…. Hooooouuuuu Mathusalem + 150 ans !!

Le Clos des Olivier à St Gely-du-Fesc
Le second est Le Clos des Oliviers (le site semble en maintenance..) à St Gély-du-Fesc, à deux encablures de Montpellier. Vous y serez accueilli avec gentillesse et professionnalisme par Didier et Sylvie Latour.
Le midi, un côté bistrot vous permet de profiter de votre pause pour manger bon.
Dans le jardin, on est à la campagne, sous les oliviers, avec les cigales et le bruit rafraichissant de la petite fontaine.. En cuisine, vous trouverez Grégory Doucey, un chef qui aime faire plaisir en travaillant de belles matières et ça se sent, se goûte et se dévore ! Une joie à chaque bouchée, c’est un sacré challenge qu’il relève avec brio.. Tout est recherche de contraste, d’accompagnement de goût, texture et couleurs. Les présentations sont tops sans être tape-à-l’oeil.. Du vrai bonheur dans l’assiette !

Entrée de la mer.. un délice gourmetentrée de légumes de saison

Je vous mets uniquement les photos des deux entrées que nous avons choisies :
1- parce que je ne suis pas photographe
2- mais je voudrais quand même vous donner envie ! 
                                                          Tout est délicatesse, ping-pong des goûts, textures et saveurs..
Nous avons pu remercier Grégory à la fin de notre repas, discuter un peu avec lui et j’en suis heureuse, ça me tenait vraiment à coeur..
Parce qu’il nous a donné un moment de vrai bonheur, à des prix tout à fait raisonnables. Un grand merci aussi à Sylvie et Didier ! J’ai oublié de vous dire que Didier n’a pas son pareil pour accorder les vins aux plats, laissez-vous guider 🙂
Une belle reconversion, ça mérite toujours d’être signalé..

Le Leclere à Montpellier
Le 3ème, c’est le Leclere à Montpellier. Comme il est écrit sur la carte de visite, Dominique Leclere fait une « cuiscarte de visiteine d’arrivage ». Superbe, avec des cuisson parfaites. Les produits sont mis en valeur avec recherche et toujours cette simplicité complexe que j’aime tant !
De l’entré au dessert, tout n’est que luxe, calme, goût et volupté.. Vu les prix, c’est un plaisir qu’il ne faut pas bouder !

Vous aurez en plus le plaisir de pouvoir discuter avec ce jeune chef passionné, J’y suis allée avec une amie et c’est un beau moment de retrouvailles qu’il nous a permis de vivre là.. (mais du coup je n’ai pas fait de photo..)
Petite anecdote : j’avais découvert ce petit bonheur de restaurant, quand il était encore « le Framboize » grâce à mon Maxime car il connaissait la jeune et tout aussi talentueuse cheffe Julie (à qui je souhaite une belle poursuite de carrière). Je l’ai indiqué à un critique gastronomique qui cherchait des restaurants Montpelliérains à moins de 25€. C’est donc à son tour qu’il m’a convaincu d’y aller, malgré le changement de propriétaire !

Pour ces trois adresses, une réservation est conseillée.
Je compte sur vous me faire part de vos appréciations ici ❤

Et Bon Appétit !!!

Dans ces restaurants, on retrouve la perfection des athlètes ou artistes dont on ne voit pas les heures de travail pour arriver à ce résultat, mais juste un exercice facile et voluptueux.. à des prix très très doux et de belles cartes des vins  !

VdV#76 : En mai, boit ce qui te plait…

Tout un programme pour ma repise dans les VdV !  André Fuster, notre président su mois, nous trouvé là un joli sujet, comme un mois de mai..
Mais sous des abords faciles et légers, il se révèle difficile.. Parce que ces « petits vins », petits avec une énorme affection, rien de péjoratif, ces petits vins donc, sont ceux qui, souvent, font les grandes soirées, les moment mémorables, les moments simples d’amitié..

Sujet qui sied à merveille à ce mois de mai, mois du renouveau, des champs en fleurs et des jardins renaissants.. Période aussi pour nous vignerons pendant laquelle les vins (mis en bouteilles ou pas) se réveillent, s’étirent et commencent à être bien.

C’est aussi le mois des premières chaleurs, des premiers barbecues chez nous dans le sud.. Les robes se font plus légères, les vins aussi. Et c’est donc aussi le temps des premiers « pops » de bouchons de rosé, de vin rouge plus léger.. Ou de blanc à boire sous la tonnelle !

Je ne sais pas pour les autres vignerons, mais pour nous, c’est un moment un peu égoïste ou nos vins sont à l’honneur..
Nous profitons des petits jeunes tout en préparant les suivant dans les vignes..
nos vignes printanières

En avant donc pour (se) la Coulée douce et (jouer) nos deux Atout Pic, blanc et rouge..
Chacun se prête avec plaisir à cette redécouverte, voire cette découverte pour notre 100% Clairette, nos amis comme nos vins !

20150206_191404

Tchin tchin !!

Une mise… sans plis !

Et de belles palettes pleines de couleurs.. Non non, malgré le vocabulaire identique, je ne vous parle pas de ma dernière virée chez le coiffeur, mais de notre mise en bouteilles !

Sept cuvées mises en bouteilles, elles-même mises en cartons, eux-même mis en palettes en une seule journée.. Journée intense et épuisante, mais tellement pleine de bonheur ! Cette journée de mise est en effet pour nous la fin de la boucle.

Nous avons tellement travaillé dans les vignes pour avoir de beaux et sains raisins que nous avons menés jusqu’à la vendange, nous avons cocooné leur jus comme des bébés dans une couveuse. Nous les avons regardé, écouté grandir et et se déployer en jolis embryons, puis en bébés vins, ce qu’ils sont encore un peu..
Nous les avons dégustés, imaginés en adovins, puis en adultvins, assemblés pour certains, nous projetant dans le futur pour en faire des vins de l’année, des vins de 3 ou 4 ans, des vins de garde et même une cuvée d’exception.

Cette journée de mise, c’est l’aboutissement d’une année complète, c’est LE jour pour nous qui ne faisons qu’une mise en bouteilles par an.. Imaginez la fébrilité qui précède cette journée !
Le comptage du nombre de bouteilles, du nombre d’étiquettes, du nombre de capsules assorties aux étiquettes, les bouchons, les berceaux, les cartons, les palettes.. Ajoutez à cela les déclarations à faire, la réservation du camion, l’arrêté municipal qu’il faut demander à la mairie (notre cave étant dans la rue principale de Cabrières, il est indispensable), la location des panneaux de signalisation..etc.. Nous vivons mise, respirons mise, rêvons mise et donc comptage, météo, petites mains. C’est, comme souvent pour un domaine viticole, une période intense.

Et puis arrive le jour J vite, si vite ! Heureusement la météo est superbe, tout le monde est là, le camion en place sans encombre. Tout marche presque comme sur des roulettes nonobstant les étiquettes qui tentent de faire craquer le flegmatique Daniel, sans y parvenir toutefois.. Et heureusement ! Sans lui, son sérieux, sa bonne humeur et son savoir-faire, nous ne pourrions avoir un si bon rendement : entre 9h-12h et 13h-17h nos presque 12 000 cols (comprenez bouteilles) sont transformés en belles pyramides de cartons sur palettes.. Trop fortes nos petites mains, et toutes aussi motivées et heureuses que nous !
Presque tous m’ont demandé à un moment ou un autre de la journée : « alors Véro, tu es heureuse ? » – « Ohhh que oui !!! ».. Et ils participent tellement de cette ambiance chaleureuse et intense de travail ! Qu’ils en soient ici remerciés grandement, ils sont extra-ordinaires !

mise-atout-blanc           mise-bouteilles-2015

mise-bouteille-veroVous n’avez jamais vu de chaine d’embouteillage ? Ben voilà, c’est fait !
Ici, embouteillage de notre fameuse Clairette, Atout Pic blanc, enfin bientôt dans les bacs de nos amis cavistes et restaurateurs. Elle a fait l’unanimité lors du repas de midi de cette journée, avec une remarque cependant : comme son frère Atout pic rouge, elle se boit trop facilement !

Tchin tchin !

Dégaine, t’as ta chance !!

C’est la première réflexion qui me vient à l’esprit quand je vois avec quelle rapidité Jean écrit et vous tient informé sur son site.. Son métier de journaliste est une deuxième nature, à moins que ce ne soit l’inverse ! Quant à moi, j’ai toujours besoin de « digérer » les infos, les expériences et/ou les nouvelles, avant de vous les restituer..

Hier était donc la première de nos « journées portes grandes ouvertes« .

En plus de la joie de partager notre travail au coeur de la cave, nous avons pu parler avec chacun du comment on fait le rosé ? le rouge ? pourquoi telle cuvée ? qu’est-ce qui nous décide à la création d’une nouvelle cuvée ? etc…
Les personnes qui nous posent ces questions commencent souvent par « elle va peut-être vous paraitre idiote ma question, mais je n’y connais rien » et là, nous lui répondons sans complexe « Il n’y a que 4 ans que nous avons commencé et nous ne nous y connaissions pas plus que vous !! ».
C’est probablement ce manque de complexe qui facilite tant les rapports.. Notre simplicité n’a d’égal que notre envie de faire part de nos enthousiasmes, difficultés et autres découvertes.

Faire du vin commence avec le travail dans vignes, se prolonge dans les cuves et les barriques et se conclue en bouteilles dans lequel le vin a parfois besoin de vieillir. Ce n’est pas toujours facile, souvent dur même, mais tellement passionnant !
Alors quand, comme durant cette journée, nous pouvons transmettre notre passion, nous savons que ces personnes ne boirons plus seulement « du vin », mais notre vin et ça, ça change tout !

Notre joie était encore plus grande durant cette journée car nous avons eu la joie d’avoir nos deux fils Brice et Maxime avec nous (ce qui est rare, les deux bossant beaucoup et l’un des deux souvent à l’étranger).. Le bonheur, juste !

nous-quatre

La mise en bouteille, c’est mieux que le Sudoku..

Comme disait Jean ce matin ! Tellement de choses à ne pas oublier, à compter et re-compter, vérifier et re-vérifier.. qu’à la fin on ne sait plus et le lendemain on se surprend à vérifier si l’on a bien mis ses chaussettes !!

Tout ça pour dire qu’hier, nous avons fait notre mise en bouteilles.. Une par an et toujours un sacré stress et aussi un réel bonheur.
Parce que nous la faisons avec des amis qui viennent toujours avec un large sourire en bandoulière qui nous rassure et nous transmet de la joie simple.
DSC03515Avec un camion d’embouteillage dont le chauffeur et technicien, Daniel, est un as de la tranquillité et du « no stress » (ce qui compense largement avec les stresseurs en chef !). Même quand le compresseur du camion nous a lâché en plein milieu de la journée, même quand les cellules ne voulaient pas lire certaines de nos étiquettes. Il est resté zen, enfin presque !
Un grand merci à Benoit pour le prêt de son compresseur qui nous a sauvé la mise – au propre et au figuré !) à Doro, Jacquot, Pat, Daniel, Christian, Philou et son pote, Laurence et Myriam, Katie, Beth et André qui font que je suis heureuse de marquer sur toutes nos étiquettes « mis en bouteille par Véro et Jean Attard et leurs amis » !

Je peux maintenant passer aux présentations de nos nouveaux petits.. Roulements de tambour.. Tadaaaaaaaamm !!

Pic-vissou-r-et-b-ret Tout d’abord notre tout premier blanc, issu de la parcelle que nous avons planté en 2011, dont nous avons choyé les petits plants depuis leur naissance, est enfin en bouteille !!
Beaucoup d’émotions, c’est notre premier vin « tout-nous » ! Nous avons préparé la parcelle, enlevé les grosses pierres, planté des petits plants. Nous les avons arrosé quand il faisait trop sec, les avons ébourgeonnés, je leur ai enlevé des grappes en trop l’année dernière pour ne pas qu’ils se fatiguent trop leur première année de production..Evidemment, du coup nous avons peu de bouteilles, moins de 300..
Nous l’avons appelé Pic de Vissou, comme son homonyme rouge, dont il devient le petit frère. Assemblage sur parcelle de vermentino, roussanne, grenache blanc et viognier.
Assurément (et modestement) un joli blanc..

tethys-ret
Notre deuxième nouveauté est une cuvée exceptionnelle, Téthys. Exceptionnelle car elle est, comme je l’ai marqué sur l’étiquette « La cerise sur le gâteau de cette année 2012. La jonction du travail de vigneron et de ses vignes« ..

Une surprise peut-être non reproductible, seul le futur nous le dira. A année difficile, mais exceptionnelle, résultats idoines !
Tout comme pour Pic de Vissou blanc, cette cuvée est confidentielle, à peine moins de 300 bouteilles..

Un vin avec lequel nous sommes « tombés en amour » comme disent nos cousins québécois, au point de garder le nez sur la cuve pour en sentir les effluves durant sa période de cuvaison !

Et enfin nousrose-atout-bam-ret retrouvons nos cuvées habituelles, le rosé Coulée douce, toujours aussi fringant et gouleyant.

Notre Atout Pic, aussi gourmand qu’à l’accoutumée.

Et enfin notre Bouteilles à la mer, toujours un peu plus sérieux, mais avec toujours, comme nos autres cuvées, cette petite fraicheur mentholée et parfois saline que certains appellent minéralité, qui caractérise nos vins et les sols de Cabrières.

Ces cuvées sont, bien sûr, maintenant disponibles. Certains de nos petits vont partir dès le début de semaine, certains dans les alpes, d’autres à Paris et d’autres encore… en République Tchèque !

famille-vin2013-14-ret