Vendredi du vin #62 : le vin découverte..

Un thème large n’est pas forcément facile à appréhender, mais en même temps il peut ouvrir de géantes perspectives, tout comme une année neuve.. Changer un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou pas du tout ? Et quel vin pour effeuiller les 12 pétales de cette marguerite ?

Je vous rappelle le thème que j’ai eu le plaisir de donner à ces VdV #62 : LE vin de votre année 2014. Qu’il accompagne des changements, soit le compagnon fidèle de la routine, vous console parfois ou vous booste, quel sera-t-il ?

Il y a quelques jours, je suis allée sur un petit salon, rencontrer des vignerons et déguster leurs vins. Plus précisément je Photo3068voulais rencontrer la femme d’un vigneron avec qui des affinités se sont créées via les réseaux sociaux. Béatrice est art-thérapeute, un métNatural-Mysticier que j’aurais aimé épouser, mais qui n’existait pas « de mon temps » !
Toute en délicatesse et discrétion, elle est mariée avec un vigneron au physique et la faconde de 3ème de mêlée et j’étais curieuse de goûter leurs vins.

Me voilà donc devant leur stand, le verre à la main. Avec, à mes côtés, un dégustateur bien meilleur que moi puisque caviste en ligne. Guilhem nous verse son premier vin, tout en disant, au moment où j’allais lui demander, « alors, quel(s) cépage(s) ??
Regards hésitants.. Tout ce que j’ai pu en déduire, c’est que c’est un cépage que nous n’avons pas dans notre petit domaine ! Effectivement, c’était un merlot.. On suivit 2 autres vins avec la même question. J’ai pu reconnaitre la syrah, mais guère plus.

Je vous parle là des vins de Guilhem Barré, fins, doux et puissants tout à la fois. Une belle rencontre avec Béatrice et Guilhem et la découverte de l’appellation Cabardès, que je ne connaissais pas.

Et c’est ça mon challenge de l’année, comme des années passées d’ailleurs et j’espère des années futures, faire connaissance encore et toujours avec de nouveaux cépages, vignerons, régions, appellations.. Apprendre, encore et toujours !!
Mon vin de l’année sera donc le vin-découverte, celui que l’on a pas encore dégusté !

Vendredi du Vin # 62 : Le vin compagnon de votre nouvelle année..

Et voilà, 2014 est sur orbite.. Je suis heureuse de prendre la première présidence de nos VdV à la suite de David Farge.  À nouvelle année, nouveaux projets, peut-être nouveaux défis ou  simples résolutions.. ou rien, se laisser vivre tout simplement !

Vous avez déBonne-année-2014cidé que cette année serait la vôtre, dynamique, boosté à fond ? Vous avez décidé de vous mettre à votre compte, de changer de boulot ?
Vous avez décidé de déménager, d’apprendre le crochet ? La peinture ? Le golf ? De reprendre des études ?
Vous avez décidé, à contrario, de ne rien changer, de suivre le cours de votre vie..
Quel vin pour vous accompagner, vous soutenir, vous booster même parfois ?
Quel vin pour suivre vos pas ou prendre du repos, assis confortablement, le temps de se dire « ok, jusque là, tout va bien !  » ?
verres-de-vin-rouge-vin-blanc-et-rose-10518066bmvli
Devra-t-il être le petit vin sympa à partager avec les copains venus vous donner un coup de mains ?
Le vin droit dans ses bottes et volontaire qui vous poussera à plus ?
Le vin fruité qui racontera votre région et vos racines et vous rappellera pourquoi vous portez haut et fort ses couleurs ?…
Bref, LE vin d’un tournant de votre vie, une nouvelle année en étant un ..

On se retrouve le vendredi 31 janvier pour ouvrir vos bonnes bouteilles ?
cliche_femme_vin_0

Ps : pour ceux qui ne connaissent pas les VdV, vous trouverez ici le lien du blog, pour infos..

VdV #58, le vin super-héroïque !

Pour ce VdV #58, Tom Delanoue, du blog 1098 nous propose de trouver un vin super-héroïque…
Pas facile de commencer avec un sujet pareil.. Vin et super-héros, comment faire le lien ? Quel super-héros ? Et surtout quel vin ? Un vin super-héroïque, ça vous parle ?

Pour moi qui ai toujours préféré les hommes simples et astucieux -genre MacGyver-, attachants parce que maladroits -genre la Panthère rose- aux gros-bras sûrs d’eux pleins de super-pouvoirs, difficile de trouver mon bonheur !!concombre03-9170c

Petite recherche dans wikipédia sur les super-héros « Par son identité et costume, le super-héros est un sous-genre du vengeur masqué. » Et quand je lis vengeur masqué, forcément, je vous le donne en mille, à qui je pense ?? Ben oui, au concombre du même nom !

382x510xpsychanalyse_super-heros_monsieurc.jpg.pagespeed.ic.MAipJMZ4VaPas moyen de garder mon sérieux, pourtant, il y aurait de quoi.. Des super-héros, j’en connais dans la vie de tous les jours, même des qui ne connaissent pas encore leurs super-pouvoirs !!
Des défricheurs de garrigue, gagneurs de parcelles à la sueur de leur front, modeleurs de paysages se transformant ensuite en vinificateurs hors paire.. Ho oui que j’en connais !
Des casseurs de cailloux bien plus braves que La Chose !

Tout comme les super-héros, leurs super-pouvoirs leur tombent dessus sans qu’ils ne s’en doutent, ils ne veulent pas qu’on les considèrent comme tels, mais juste comme des gens normaux. Ils ont aussi cette part d’inconscience qui en fait des être exceptionnels..

Et leurs vins sont à leur image. Ils ont une belle reconnaissance, dans le landernot vinique bien sûr, mais aussi en dehors.. Je pourrais vous en citer pas mal, mais je vais me contenter de deux, enfin trois puisque le 2ème est un couple !

La première, puisque c’est une super-héroïne qui se met elle-même en scène avec tout l’humour qu’on lui connait, c’est Iris Rutz-Rudel, notre exceptionnelle blogueuse franco-allemande (enfin allemande, mais ayant adopt1157545_10151821259994522_120931832_né la France depuis tellement longtemps!). Iris qui ne commercialise ses vins que lorsqu’ils sont prêts à boire, ce qui, parfois (heu presque toujours d’ailleurs) prend des années. Iris et ses petits qu’elle vinifie et élève en barrique, qu’elle soigne à chaque stade de leur élevage, jusqu’à leur mise qu’elle fait par gravité, tout en douceur..
J’en profite d’ailleurs car elle lance une souscription pour ses vins, venant de mettre les 2011 en bouteille.. Pour tout renseignement, le lien est ici .. Et oui, les super-héros doivent aussi se substenter et donc gagner un peu d’argent !
Mais son rôle de super-héroïne n’est pas joué que lors des vinifications ou des soins qu’elle apporte à ses vignes, non, pas seulement..
Je pense plus particulièrement au défrichage qu’il lui a fallu faire avec son mari Claude, au tout début, à la création du domaine de Lisson.. Un travail de titan, de super-héros, inconscients et déterminés !
Si un jour vous prend l’envie de passer par Olargues, ne manquez de prendre rendez-vous et de faire la visite complète du domaine, vous ne serez pas déçus et Iris vous accueillera avec plaisir !

560828_523599501048248_1765050623_nMon 2ème ou plutôt mes seconds super-héros, ce sont Sophie et Vincent Guizard, du domaine St Sylvestre.. J’avoue ne pas encore avoir été dans leur vignes, mais je les ai rencontré. Tout comme Iris, ils ont cette gentillesse, cette détermination et cette simplicité des gens pour qui le bonheur est dans leur travail. Et quel travail.. !!
Leur blanc 2011 est une merveille et1098261_10201318324735472_443291838_n leur rouge.. idem !! Je vous laisse lire les notes de dégustation dans la photo ci-jointe. Elles ne décrivent qu’un petit aspect du plaisir que leurs vins procurent ..
Et quand vous voyez les sols où poussent leurs vignes, vous comprenez mieux pourquoi ils sont dans la classe des super-héros pour moi ! 🙂

20130830_172155

Sinon, perso, pour en revenir aux super-héros des Marvel Comics ou autres, j’ai toujours bien aimé, mais sans plus.. Mon plus grand super-héros est plutôt un anti-super-héros total.. Je ne sais pas si j’ose vous ledire, vraiment.gastonlagaffe-com-01
Bon allez, mais vous ne direz rien hein ? Mon super-super-anti-héros-total, c’est Gaston Lagaffe et son petit monde, j’adore !

Vendredi du Vin #51, le theme ? Les vins du dernier festin.. !

C’est Olivier Lebaron du blog Showviniste qui officie comme président de ce mois avec ce thème  : « faire partager le vin du dernier festin. Quel serait l’ultime vin à retenir ? Avant un dernier souffle, quelle serait votre dernière gorgée ? Aurez-vous le vin gai ou le vin triste ? Serez-vous seul ou accompagné ? Et si cette fin vous effraie, passez donc à l’étape d’après et imaginez le vin de vos funérailles, qu’aimeriez-vous laisser dans votre cave pour arroser vos amis ? » 

Un drôle de thème me direz-vous, drôle dans le sens de bizarre bien sûr.. surtout dans une société où parler de la mort est plutôt tabou.. Un sujet très « introvertissant »*  aussi, c’est peut-être son côté le plus impressionnant. Habituellement,  j’ai le vin gai, mais imaginer sa propre mort, c’est surtout imaginer les gens que l’on aime dans la tristesse et c’est pour moi la partie la plus difficile, j’aime tellement rendre les gens heureux !

Sinon, perso, ma mobanquetrt ? Même pas peur ! Pour avoir été dans des endroits de la vie que peu de gens connaissent, je n’ai plus peur de grand-chose. Sincèrement.
La mort fait partie de la vie, pleinement.. Enfin c’est ce que je pense et ceci n’engage que moi bien sûr.. Plutôt que de jouer les thanatonautes (cf Bernard Werber), j’ai donc pris le parti de vous parler de l’ambiance que je souhaiterai pour le jour de nos adieux et là, je reprends en main une bande dessinée d’Astérix et ses célèbres banquets. En plus, nous sommes chanceux, pour les sangliers, nous avons ce qu’il faut dans nos vignes !!

Comme choisir un vin qui aille avec tous ces sentiments mêlés n’est pas chose aisée, je vais prendre un autre chemin..
Tout comme l’autre soirIMG_2030, pour le dernier soir du salon de Plappeville, je voudrais que chacun amène sa bouteille préférée, que les bouteilles passent d’un bout à l’autre de la table au milieu des rires et des bavardages, que la tristesse s’en aille pour que la joie du partage et des retrouvailles prenne toute la place 🙂

* Parfois, les mots existants ne me suffisent pas, j’ai donc quelques mots a moi..

Touti riquiqui, maousse costo !!

Enfin quelque chose comme ça.. en réponse au sujet du président des VdV de ce mois d’octobre. Laurent Baraou nous propose de lever notre verre à sa santé, pour l’aider a passer le cap de sa cinquantaine.. Et fait coup double puisque c’est aussi le 50ème sujet des Vendredis du Vin.. Quoi de mieux pour fêter tout ça, qu’un diapason de 50 cl ??

De prime abord, un vrai challenge tellement sont rares les bouteilles de 50 cl. Sauf… sauf si l’on cherche du  côté des liquoreux. Et là, j’avais la chance d’avoir une bouteille d’un vin que j’adore, le « Bel Hazard » de mon amie vigneronne du domaine de Lisson, à Olargues, Iris Rutz-Rudel. Sauf que.. elle en a parlé mieux que je ne le ferai dans son sujet et donc, j’ai du repartir à la chasse au trésor.

Mais le hasard s’est révélé être, tout comme pour Iris, un bel hasard..

J’avais, il y quelques temps (un temps où je n’avais pas encore ce blog), écrit un billet sur un OVNI, un Objet Vinique Non Identifié, suivant l’expression consacrée, sans pouvoir dire son nom, que je ne connais toujours pas du reste ! Le genre vinifié par le vigneron au fond de sa cave, pour sa production personnelle et oublié une bonne vingtaine d’années dans une bombonne mal embouchée, au fond d’un garage ( vous avez dit vin de garage ? banco !! ).. La joie d’une telle trouvaille est toujours grande !

Bref donc, le hasard, en la personne d’un de nos gentils voisins de Cabrières, nous a fait cadeau d’un autre OVNI.. Qui plus est en bouteille de 50 cl.. « Trop d’la balle ! » comme disent les d’jeuns !!
Et donc, avec une groooooooosse arrière pensée pour ces VdV, nous avons testé.. Un nez de cerise caramélisée, limite cacaotée avec beaucoup de charme que l’on retrouve en bouche, accompagné d’une certaine sucrosité, mais légère.. Juste comme le caramel sucre une pomme d’amour, vous voyez ?
Il vous tapisse la bouche, avec un joli brin de fraicheur en finale et un goût certain de « revenez-y ».. Vraiment très agréable, sans lourdeur aucune.

Renseignement pris, il a été vinifié par quelqu’un qui possède quelques pieds de Jacquez*, ce cépage qui a été interdit parce que soit-disant il fabriquait trop de méthanol durant sa vinification.. Après analyses, il s’avère que non seulement c’est faux, mais en plus ce cépage est très peu sensible aux maladies et contient plus de resvératrol (dont les bienfaits certains commencent à être prouvés..) que les autres.
Il a donc été vinifié puis muté à l’alcool, mais je ne peux vous dire quel degré il titre, ni comment il se nomme.. Appelons « Cinquante » pour l’occasion !!

Tchin tchin, aux cinquante ans de Laurent, au 50 ème Vdv et aux 50 cl, qu’ils aient un nom ou pas !!!

PS : Merci à Rémy Bousquet pour le dessin..
* Le Jacquez est aussi connu sous les noms suivants : alabama, black El Paso, black July, black Spanish, blue French, burgundy, Cigar Box Grape, Clarence, Deveraux, French Grape, Jacques, Jacquet, Jaquez, July Sherry, Lenoir, Long Laliman, Longworth´s Ohio, Maccandless, Ohio, Sherry of the South, Sumpter, Thurmond, Tintiglia, Warren und Zsake.

VdV # 48 initiés par Sonia, notre ethnologue/oenologue..

du blog « Vin de presse « . Son thème ? « Ce sera donc une musique de film ou de série télévisée. Peu importe le genre ou la date de diffusion de cette musique, ce qui compte c’est l’univers qui l’entoure, l’émotion qu’elle vous procure et ce qu’elle vous donne envie de boire. »

Alors là,  vient la grande question existentielle… a-t-on droit aux dessins animés ?? Parce que si l’on additionne mon âme d’enfant bien présente, ce métier physiquement difficile, ma créativité et mon sens pratique, j’arrive toujours au même résultat : « Inspecteur Gadget » !!!

Je vous ai déjà montré mon charriot-des-vignes pour l’ébourgeonnage, mais je ne vous ai pas encore montré celui pour les vendanges ( un modèle pour 4 caisses est en cours de fabrication ).. chariot a tout faireOeuvre d’un de mes beau-frère bricoleur, c’est devenu un indispensable pour moi !

Il me sert tout le temps dans la vigne pour faire suivre mon fatras de vigneronne : bouteille d’eau, sécateur, gants, Ipod, sac à main.. Mais il faut que je vous dise que sur la photo, il manque la caisse à vendange qui s’adapte dans le cadre.

Mais ce n’est pas tout.. Il y a aussi la « table de tri », prolongement indispensable à l’érafloir pour égrapper comme je le souhaite, avec une grande minutie, tous les raisins amenés à la cave.

Bref, au fur et à mesure de mes découvertes, je n’ai de cesse de trouver d’autres ustensiles, d’autres bidouilles.. Et Jean s’y met aussi pour faciliter le travail dans la cave. Nous avons maintenant une table à roulettes, assez haute pour poser une éprouvette contenant le mustimètre, sans avoir à se baisser pour lire ses indications. Elle nous permet aussi de ranger tout le petit matériel et l’amener à tout moment devant la cuve dont nous nous occupons.. Je vous ferai des photos 🙂

Forcément, après avoir lu ce texte, vous devinez bien que je ne suis pas tout à fait dans le sujet.. Ce n’est pas la musique qui m’inspire le vin, mais la création de nos vins qui m’inspire la musique.. J’espère que la Présidente de ce mois ne m’en tiendra pas rigueur..

A nos vins donc, modestement !!

Cheers, Chéréfé…etc…

Sy(e)rah, siéra pas ??

C’est amusant, parce que cette fois-ci, pour ces Vendredi du Vin # 46 http://vendredis.wordpress.com/ je sais de quoi je veux parler, puisque Doc Adn, sur son blog « escapades »  ( http://0z.fr/3Q6ye ) nous propose un thème pile-poil-nickel-chrome bien avec les cépages que nous vinifions, dont la syrah, qu’il nous propose enjôleuse et globe-trotteuse !

Heu… globe-trotteuse, pas tout à fait ici !! Les pieds bien ancrés dans la parcelle, certaines souches encore partiellement frêles d’avoir été reformées, d’autres bien campées sur leur pied, les bras bien étirés pour prendre le soleil, leur port est noble, distingué. Lorsque les grappes se forment et que les raisins se gorgent de soleil et de jus, elles offrent une guirlande superbe..

Une fois n’est pas coutume, j’ai lu quelques comptes-rendu, avant de commencer le mien, qui m’ont laissé quelque peu désappointée.. La syrah aurait un genre putassier, des odeurs indélicates ?? Pire même, certains la compare à une péripapétitienne puant des pieds.. Alors la ! Les bras m’en tombent.. n’est-ce pas un peu exagéré ? très exagéré ?
Alors je vais vous raconter notre syrah à nous.. enfin nos syrahs à nous puisque nous en avons sur une parcelle entière et sur un morceau d’une autre..

Celle de la parcelle mixte d’abord, elle est voisine de cinsault et nous les vendangeons et vinifions en même temps.. là, elle n’est pas majoritaire et n’a pas l’occasion de montrer son côté ronchon, le cinsault lui donnant une légereté et une bonne humeur constante.
Puis celle de sa parcelle à elle toute seule. Nous la vendangeons à part, c’est la vendange la plus facile car elle nous offre ses grappes à hauteur de mains, belles et charnues. Par contre, à l’égrappage, c’est la plus difficile car les grains sont si serrés que ça le rend beaucoup plus long.. Pas un morceau de rafles ne rentre dans les cuves, un travail titanesque car en partie manuel..  Son jus est beau, bon, d’un beau rouge intense.

Une fois les fermentations faites, nous en gardons une partie en « vendange fraîche », en cuve et le reste nous le mettons en barriques. Elle aime le petit nid douillet des barriques. Son potentiel s’y exprime si bien ! Ses épices répondent aux arômes vanillés du bois, et je te donne du cade et du réglisse et tu me donnes de ton chêne.. etc.. Pendant 12 ou 18 mois, les échangent vont aller bon train et pas une fois elle aura une odeur pas sympathique.. Elle est vive, dense, intense au nez comme a la bouche. Elle se ferme juste un peu quand les températures de l’hiver arrivent.. Elle n’aime pas le froid, se recroqueville sur elle-même.. Mais quoi de plus normal ? Nous faisons pareil !!
La vendange fraîche, nous l’utilisons en partie pour rafraichir, alléger cette cuvée vieillie en barriques. Et aussi pour donner un peu de relief à notre cinsault et notre grenache.. Le cinsault car il est si facile et le grenache parce qu’il est si austère..

Bref, le seul vrai moment ou elle est parfois « réduite », ou ses charmes n’apparaissent pas d’un premier abord, c’est lorsqu’elle est en bouteille.. Elle n’aime pas être enfermée du tout.. Mais comment lui en vouloir quand on voit ses bras si étalés au soleil !!
Et du coup, contrairement aux filles de charme, elle ne se dévoile pas facilement.. Non, elle joue dans la timidité, il faut la chouchouter, la mettre en confiance, lui donner de l’air avec douceur et attention et là, elle vous séduira, vous donnera tout son potentiel : réglisse, épices, cade, cerises mûres allant même jusqu’à de belles notes cacaotées..

Et oui,  à tous les stades, la syrah me sied  !!

Le long résumé des Vendredis du Vin #45 d’avril  » de l’art ou du cochon ? »

Prendre la suite d’Anne Graindorge, du blog éponyme n’est pas chose facile, son thème ayant un côté franchement bucolique, léger et printanier, dans un temps ou la météo et l’ambiance électoral(ist)e n’avaient pas encore frappé.. menaçant même de faire sauter les VdV #45 d’avril !!

Impossible de laisser les VdV en panne de président(e), je n’ai pas hésité longtemps à me proposer pour cette présidence, et donc à vous trouver un thème qui puisse être intéressant pour beaucoup, mais surtout un thème qui vous interroge, qui vous titille. Pourquoi ? Parce que ce j’apprécie le plus dans cette vie, c’est la découverte, la recherche, le partage qui fait apprendre les uns des autres.. et je ne pense pas être la seule, loin de la, les VdV en sont une belle preuve !

De par mes études et le métier de ma vie d’avant (artiste-peintre), je ne pouvais faire autrement que de trouver un sujet en rapport avec l’art.

L’intitulé « de l’art ou du cochon ? » ainsi que la photo extraite du film « Le père Noël est une ordure » étaient des invitations à donner un ton léger à cet exercice.. Je sais bien, pour l’avoir vécu, que l’art, comme le vin, ont une grande part d’intimidation.. enfin les hommes ont fait en sorte que.. à nous, hommes et femmes du vin, amateurs ou pros, de dédramatiser, d’alléger ces passerelles d’un art à l’autre.. Merci de m’avoir rejoint dans ce challenge !!

Le premier a mettre son billet en ligne a été Gérard Garroy, dont le blog porte le doux nom des « vins coeurs » ,  www.vinscoeurs.blogspot.fr nom bien choisi s’il en est tant Gégé parle des vins avec passion et des vignerons avec bonheur.. A ma suggestion de « trouver un vin que vous inspire une peinture ou une peinture qui évoque un vin », Gérard répond avec un de mes tableaux (et je l’en remercie 🙂 ) en mettant en parallele le travail du vigneron et du peintre dans un 1er temps, puis en évoquant sa liberté, son anti-conformisme dans ses choix de vins et conclu « Mon avis est donc que les vins sont multi – associations et que je n’enfermerai jamais une bouteille à une seule assiette (de lard !) ou à une seule œuvre (d’art). » non sans nous laisser, pour notre bonheur, avec une cuvée du Mas de l’écriture « Les pensées » de Pascal Fulla ..

Si j’avais la place, je lui dirais que pour l’expo « un vigneron , son vin et ses créations artistiques », l’idée est déjà prise et attend des jours moins occupés pour prendre une date dans le calendrier estival.. Soit dans notre chai, soit dans nos vignes, soit en parcours d’un chai à l’autre.. J’opterai plus naturellement pour la 3ème version, mais sachez donc que le projet est en gestation..

Ensuite vint Nathalie Merceron http://cote-du-rhone-news.over-blog.com/article-des-minotaures-de-pablo-picasso-et-des-gigondas-vdv-45-104046942.html qui nous propose avec bonheur une verticale de Minotaures de Picasso nous faisant passer par tous les sentiments possibles, parfois osés ou très tendres.  Comme les Gigondas choisis du Domaine Piaugier, en passant par le Domaine Grand Romane 2001, puis le Domaine Raspail Ay 2003 suivit du Perrin Vieilles Vignes 2007 sans oublier de nous montrer le Minotaure buvant.. Complet, détaillé, les dessins en parfaite adéquation avec les vins (enfin, je l’imagine !!) elle nous entraîne dans ce monde ou l’on voit que souvent les arts s’accordent, ce qui, je l’avoue était mon but.. Merci Nathalie pour cette belle promenade en Gigondas avec Picasso..

 Après, l’ordre d’arrivée devient plus flou pour moi, il se transformera sans doute en un « désordre d’arrivée « , ne m’en veuillez pas… !!

Donc ensuite, j’ai découvert le très joli cochon « stabile »- bel hommage à Calder, d’Anne Graindorge http://annegraindorge.blogspot.fr/2012/04/vendredis-du-vin-45-de-lart-et-du.html Un bonheur de lecture, drôle, vif, rempli de jeux de mots.. et d’une liberté égale à celle que procure la peinture .. Tels les dessins d’Escher , elle nous balade de mots en mots, et nous gambadons joyeusement à sa suite, reprenant en chœur son petit refrain « Aux Arts citoyens ! ». Du bonheur !

Je rejoins ensuite Eva Robineau sur son célèbre blog http://www.oenos.net/2012/04/vendredis-du-vin-45-callcut-lartiste/ Elle nous propose un vigneron tout-en-un, Callcut, artiste dans tous les sens du terme, allant même jusqu’à jouer l’arlésienne ! Elle nous parle de ses vins Clos du Giron et Paradis, nés en des temps où les jeunes de l’âge d’Eva ne se doutaient surement qu’ils tomberaient dans le vin et s’y baigneraient plus tard !! De ces vins hors du temps, Eva nous dit « qu’ils nous emmènent au-delà des goûts traditionnels et conventionnels, qui poussent hors des sentiers battus. Comme l’art ». Elle nous fait aussi surfer sur la nouvelle vague, celle de Stéphane Bernaudeau et de sa cuvée « Les Nourrissons » aussi décalé comme nom pour des vignes centenaires que le tableau de Magritte « ceci n’est pas une pipe » !

Catherine, http://unefemmedesvins.typepad.com/histoire_dune_reconversio/2012/04/vendredis-du-vin-45-de-lart-ou-du-cochon-.html#comment-6a00e54fa719a188340168eaecfa94970c, nous emmène ensuite dans le Paris de l’exposition universelle, où arrive un petit nouveau sans argent, mais pas sans talent du nom de Picasso. Comme d’autres à cette époque, il peint des petites gents. Pour lui, le malheur et la tristesse a une couleur, le bleu.. Quel vin pour supporter ( dans son sens soutenir, porter ) ce bleu ? Catherine nous propose une Mondeuse de Jacques Maillet, qui, si l’on s’arrête à son 1er abord, nous apparaitra fermée, réduite, austère comme les tableaux de Picasso. Et comme eux, si l’on s’y intéresse, apparaît une étincelle appelée à devenir un feu d’artifice d’humanité et pour finir, de bonheur.

Tatieva, www.tatieva.canalblog.com nous emmène quant à elle dans son atelier où, au milieu des peintures, trône un verre de vin .. Du parallèle entre les couleurs des vins et de ses toiles, elle nous promène gaiement dans son univers où ce verre de vin libère la créativité « Ses joues virent au rouge, le regard pétille, la main s’envole. Avec fantaisie et esplièglerie, le pinceau parcourt la toile, la dénude délicatement.. » L’accord peinture et vin fonctionne à fond et nous réjouit, comme ses toiles si féminines et colorées..

Laurent, notre helvète des http://vinsconfederes.ch/?p=6147, m’a quant à lui franchement fait rire, par le biais du tableau choisi et je dois dire tellement à propos !! Beaucoup d’artistes devant se plier aux désidératas de ceux qui leur passaient commande ont fait de subtils pieds-de-nez à leur clients.. Celui-ci est un des plus réussis ! Vous cherchez le cochon dans la toile ? Il est pourtant bien en place et claque comme un drapeau pour la liberté.. Pour aller avec ce tour de cochon, Laurent nous propose un vin issu du Clos des Abbayes Dezalay, dans la salle de réception duquel trône ce tableau.. Bien vu Laurent !!

Vincent Pousson www.ideesliquidesetsolides.blogspot.com.es qui nous annonce tout de go « Le vin-œuvre d’art » m’emmerde profondément.. Et je suis bien d’accord !! Comme du temps où j’étais tapissière en ameublement, je me sens artisan comme vigneronne. L’amour du travail bien fait, appris à l’ancienne, avec des gens du métier qui se régalent de transmettre leur passion, ni plus, ni moins.. Vincent nous parle des étiquettes de vins dont on ne goûte plus le liquide, mais dont la bouteille à elle seule vaut plus que son contenu.. Le vin, comme l’urinoir de Duchamps a-t-il sa place dans les musées ? Autre débat qui n’est pas inintéressant.. que poursuit Michel Smith www.pourlevin.skyrock.com en nous disant que pour lui non plus le vin n’est pas de l’art et que s’il faut choisir, il boit volontiers des deux, ça tombe bien, c’est ce qui était demandé dans ces VdV ! Les illustrations dont il parsème son billet me rassure quand à son aptitude à apprécier autant le vin que la peinture !

 Iris Rutz-Rudel, notre infatigable secrétaire et présidente perpétuelle des VdV, blogueuse de la 1ère heure sur www.lisson.over-blog.com est aussi en accord, le métier de vigneron, c’est de l’artisanat, dans le sens noble, ancien du terme. Et pour l’art, elle nous répond Yves Klein pour le bleu si intense de notre ciel parfois et rouge de la matière première que l’on travaille et que l’on retrouve dans les œuvres d’Anish Kapor et de Barnaby Fumas.. Merci Iris pour ces découvertes J

Retour à la légèreté avec Olivier Grosjean, notre Olif national devrais-je dire www.leblogdolif.com !! Et sa dame, qui, dit-il, est célèbre pour dire n’importe quoi ! Vous aurez bien sûr discerné une ironie emplie d’amour et de fierté car Madame Olif peint, joliment, gaiement, et notamment des étiquettes de vin.
Olif a donc beau jeu de nous faire découvrir en exclusivité mondiale la dernière création de sa Dame, déclinaison de “L’arbre de vie” de Klimt que j’adore. Et tout ça, ce qui est aussi une exclusivité mondiale, sans nous parler de vin !!

Jacques Berthomeau, le Taulier, refuse, à ma plus grande joie, de la jouer a.u.l.t et préfère rester e.a.u comme péquenots (enfin presque ! ) pour les repères orthographiques, c’est ici www.berthomeau.com. Il nous baigne dans l’univers de Gaston Chaissac, à l’apparence si simple et colorée. Le monde est pourtant décomposé dans chacun de ses tableaux, sensibilité mise à nue ? Jacques nous propose pour finaliser son billet et faire un accord peinture et vins, les vins d’Alice et Olivier de Moor et pour parler d’eux, parodie Dubuffet parlant de Chaissac.. Parfaite boucle bouclée en douceur et humanité..

Nous arrivons ensuite chez nos amis belges, auxquels nous voudrions demander l’asile Vendrediste et pas que ! J’ai nommé Patrick Böttcher, notre sanglier monomaniaque www.alsacemaniac.canalblog.com et son groupe de Brusseleirs, les Sérial Quilleurs toujours à la recherche de vins équilibrés, tendus, harmonieux.. adjectifs qui lui font penser naturellement au danseur de Rodin pour l’oeuvre et à Paul-Henri Soler pour les vins.. Encore une découverte à faire au plus vite !!

Isabelle Perraud www.cotedelamoliere.blogspot.fr quant à elle, nous parle avec amour et fierté de son papa peintre, dont elle nous livre des esquisses chipées dans son carnet, comme une enfant volant des confitures !! Et qu’elle a raison lorsqu’elle dit “ en peinture, comme dans le vin, c’est important de savoir d’où ça vient, de qui et pourquoi !” J’approuve à 400% !!!

Les cousins www.levindescousins.com après une balade en vélo, nous proposent plusieurs vins, dont l’étiquette d’un sert de support artistique à leur billet.. “On est su l’sable” donc, mais avec Le brin de chèvre de Puzelat et la Sierra du sud de Gramenon, on ne va pas y rester longtemps !! Surtout avec la recette de terrine qui suit ! Merci les cousins, y a plus qu’à tester maintenant.. !

Daniel Sériot, ce passionné de la rive droite www.rivedroite.canalblog.com profite d’une visite guidée/conférence sur le thème du vin à travers la peinture.. Pile-poil pour les VdV ! Et j’avoue que sa lecture des tableaux, très personnelle, me convient mieux que celle de la guide.. de même pour la “traduction” du rôle de la jeune femme dans le tableau de David Téniers : “Réunir la majesté féminine à l’oenologie !”. Bel hommage s’il en est ..

Guillaume Deschamps, du tout nouveau www.decouverte-vins.com, nous offre une magnifique description léchée du tableau de Picasso, Guernica, à la façon des notes de dégustation, un beau contre-pied et nous parle de la dégustation faite par les Outsider ( groupe de vignerons ) faisant correspondre une image à un vin.. Un bon moment de lecture, merci Guillaume..

Alain Fourgeot www.fou-rgeot-de-vin.com nous présente “un vigneron volant”.. personnage à la Folon, léger et pataud tout à la fois, attachant et doux. Il nous dit l’avoir toujours dans un coin de sa tête et je le comprends, c’est comme un coin de ciel bleu qui nous suit toujours si on le décide..

Il y encore la contribution d’un blogueur dont je ne sais au final si elle fait partie des VdV puisqu’il n’indique pas en faire partie, mais qui utilise mon titre.. Je la mentionne donc ici succintement puisque hors sujet, l’art en question devant être pictural. Pour le reste, ce qu’il appelle la culture, je reprendrai simplement la phrase d’Isabelle Perraud “ en peinture, comme dans le vin, c’est important de savoir d’où ça vient, de qui et pourquoi !”

Obiwine JJ www.obiwine.com nous entraine dans le monde du luxe, qui est souvent en adéquation avec une appellation de l’art. Mais le luxe n’est pas l’art, même si souvent certains veulent le faire accroire.. Je retiendrais donc surtout de son billet le tableau de Danhauser “vin, femmes et chants” et les bouteilles du domaine Peyre Rose “au velouté et au soyeux délicieux” et vous invite à écouter les interviews de fin de billet, très intéressantes..

Guillaume Nicolas-Brion www.dumorgondanslesveines.vingtminutes-blog.fr nous parle d’un artisan-vigneron dont le champagne est une oeuvre d’art… Hummmmm ça donne envie de goûter, surtout un champagne aux bulles carrées !! Et encore plus envie de rencontrer ce Picasso du Chardonnay ! .

François Desperrier  www.bourgogne-live.com nous dresse le portrait d’un jeune vigneron en beaujolais dont la vie se partage avec la même importance affective entre la vigne et la photographie et celles qu’il donne à voir sont touchantes.. La fin de son portrait donne envie de connaitre ses vins, parce que s’ils lui ressemblent, c’est de l’amour et de la simplicité en bouteille !..

Laurent Antoon nous invite à le suivre dans sa cave qui est dit-il, sa galerie d’art à lui.. Et je veux bien le croire à sa façon de nous décrire ses bouteilles et leurs étiquettes !

Puis vient Stéphane Couturier qui résume le sujet en photo, mais quelle photo !!!

Sébastien Fleuret, notre micro-vigneron nous fait un micro texte qui nous donne quand même une recette et le vin de Marc Houtin de la Grange aux belles..

Daniel Folz nous raconte l’histoire d’une des cuvées de son voisin et ami Henri Milan, dont l’étiquette est toute de bleu habillée, comme la marne de la parcelle dont provient le vin.. Voyage au pays de la couleur et de la lumière..

Rémy Bousquet nous parle, au travers d’un article de journal, de sa peinture avec de la lie de vin qu’il pratique lors d’ateliers, j’aimerai bien en faire un un jour !

Nous avons ensuite Steven Dufour, qui nous fait un beau parallèle entre un tableau de “montres molles” de Dali et la chanson Time des Pink Floyd avec en plus un accord avec un vouvray Cuvée des Fondraux du domaine Champalou..
J’avoue que ce texte long de Steven me ravit encore plus car le français n’est pas sa langue maternelle et je sais quel effort il a fait pour participer. Merci Steven !

Voilà, je sais bien, pour un résumé, il est long !! mais chacun méritait son éclairage, rien que par le fait d’avoir participé.. J’ai été heureuse et honorée d’être votre présidente du mois et je peux dire que je réalise mieux le sacerdoce d’Iris, présidente et secrétaire perpetuelle des VdesV, que je remercie grandement ici.. J’espère n’avoir oublié personne, si c’est le cas, n’hésitez pas à me le signaler, je rectifierai dans la foulée..

Je laisse la place toute chaude à notre président du joli mois de mai, j’ai nommé Doc Adn, enfin, Aurélien Litron je crois plutôt ! Le prochain ici http://escapades.over-blog.fr/article-vdv-46-syrah-la-globe-trotteuse-enjoleuse-104326870.html

Sujet des Vendredis du Vin #45

De l’art ou du cochon ?!

On parle souvent de la musique avec le vin, des livres avec le vin, de la couleur des vins…

Quid de la peinture ou de la sculpture et du vin ??

Si le vin était un tableau, de quel auteur serait-il et quel tableau ?
Ou quel vin pour vous faire vibrer en admirant une oeuvre.. quelle soit sérieuse ou non, colorée ou monochrome..
Sculpture en bois, comme les barriques ? En inox ou en fibres comme les cuves? 
A caresser des yeux uniquement  ou passer la main dessus comme ces généreuses sculptures appelées ronde bosse..

Nous parlerez-vous d’un vin austere en apparence, mais profond comme les tableaux de Malévitch qui, avec son carré noir sur fond noir ou carré blanc sur fond

blanc, est resté incomprehensible de la plupart des gens alors qu’il voulait, mathématiquement , trouver la couleur absolue !

Resterez-vous classique (dans le sens noble du terme) comme Rembrandt, Rubens, et tant d’autres magnifiques peintres ?
Lancez-vous, rien n’est plue facile pour des amateurs ou professionnels du vin, habitués a laisser parler leur sentiments, leurs impressions, leur ressenti…

A vos pinceaux stylos !!!