Gédéon le pressoir..(il aurait pu s’appeler « Euro » !)

Mais avant tout, parlons peu et parlons raisins..
Il y a un moment que je ne vous ai pas parlé des vignes, tout simplement parce que j’y suis moins allée cette année. Une énorme fatigue, une sorte de « burn-in »..
En partie due à la fibromyalgie : elle m’a rappelé que je ne pouvais plus du tout avoir le même rythme que (Jean) tout un chacun. J’ai oublié de m’économiser, tout en ayant l’impression de le faire..

Trop de travail non stop, trop d’énergie dépensée tous azimuts..
Peut-être aussi trop de passion, bref trop de trop !!

Du coup, j’ai levé le pied, un peu, beaucoup, passionnément. Ça ne veut pas dire que je n’aime plus les vignes, au contraire ! Comme Jean est là et qu’il veille aux grains, j’en profite, tout en assurant toujours les parties commerciale, paperasse, dégustations, etc… Tranquille mimile. Je sais que quand je vais retourner dans cet endroit que j’aime tant, sous peu, j’y retrouverai bonheur et sérénité.

Pendant ce temps, la vigne pousse, pousse pousse et les raisins commencent petit à petit leur véraison. J’aime leur allure de bonbons, ces couleurs qui m’ont tant surprise quand je les ai vu pour la première fois (ben oui, je n’avais jamais réfléchi à la manière dont les raisins murissent).
20160802_092321

Les vendanges arrivent à grands pas !
Et avec elles le travail de cave. Nous avons constaté l’année dernière à quel point notre petit pressoir à cliquet devenait insuffisant par rapport à la nouvelle taille de notre (toujours) petit domaine.
Devant les prix des pressoirs pneumatiques et des nouvelles cuves, que nous ne pourrions acheter, je n’ai pas hésité : le nez à fond dans les papiers, j’ai fait une demande d’aide européenne : accordée !!
Alors oui, souvent je peste contre l’europe, contre son côté technocrate à deux balles qui nous étouffe sous tant de règlements et nous oblige à tant de paperasses et je continuerai à pester contre ses inepties.

Mais là, je souffle, et si nous pouvons changer notre outil de travail, gagner en temps et en praticité, c’est aussi à vous que nous le devons : au moins, nous savons où est allée une partie de vos/nos taxes !! Merci donc à vous aussi 🙂

Je vous le montre ? Il est beau comme un camion !

20160728_105259

Gédéon, ça lui va bien non ?

Y en a pas deux comme ça !!

Ça c’est sûr.. Une allure dégingangée un tantinet élastique, des pattes arrières voulant dépasser les pattes avant lorsqu’il court ou descend les escaliers. Des taches qui lui valent une robe « merle » ou « arlequin » avec quatre couleurs, rien que ça !

Bref, je vous présente notre nouvel arrivé, adopté en mai et qui aura 5 mois le 9 août : Manx, beauceron arlequin.
Pourquoi Manx ? Parce que c’est l’année des M, parce que nous n’avons pas souhaité l’appeler Moules-frites, malgré les suggestions diverses et variées des amis sur les réseaux sociaux !
Mais aussi parce que c’est Jean qui l’a baptisé et, en bon motard, lui a donné le nom d’une cuvée moto : la Norton Manx.

R:307,G:256,B:424
Qu’est-ce quelle a ma gueule ?

Donc à cette gueule de bande dessinée, à ce (presque) petit exceptionnel (si si) au caractère bien trempé et adorable, à l’amour et l’envie de jouer quasi infinis, il fallait bien une niche d’exception !
J’y travaille depuis un petit moment, avec les conseils avisés de Rémi Dejean, dont les réalisationsexceptionnelles à base de douelles de barriques sont visibles ici
N’ayant jamais déshabillé une barrique, je ne savais trop comment m’y prendre. Mais c’est simple : il suffit d’enlever les clous tenant les cerclages, de taper sur les douelles pour les écarter et… le couvercle tombe au fond !
20160514_16342720160514_161132

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ne reste plus qu’à l’enlever et à commencer le nettoyage de l’intérieur.. Un bon brossage puis ponçage pour enlever les cristaux de tartre et donner une douce patine aux douelles.

20160516_11355120160516_134527
Une couche d’apprêt, avant de peindre à la bombe et aux poscas, tout ça sous l’oeil avisé de son futur habitant..

 

20160729_16251720160730_172715

 

Un bon coussin dedans et hop, il attend les jours froids pour s’y abriter ! (enfin, je l’espère..) !

Pour ce qui est de Kaya, elle l’a adopté aussi et aide à son éducation, tout en le regardant grandir.. Il lui arrive à présent à l’épaule..
kaya-et-manx

Et maintenant à vous le DIY, le Do It Yourself, bref, à vous la (ré)création !