L’amour est un liant, la vigne une liane : la vigne c’est de l’amour !

Logique et simple façon d’expliquer cette osmose qui se crée entre le vigneron (pfff, le masculin l’emporte toujours..) et cette plante qui nous passionne, encore et toujours..

La période de la taille est propice à l’étonnement, surtout quand on fait connaissance avec de nouvelles parcelles, ce qui est notre cas cette année. La vigne se montre dans son plus simple appareil, avec le handicap de l’âge parfois, celui des traitements différents aussi..

Depuis 6 ans que nous reprenons des vignes, chaque fois la même sensation, la même surprise devant la vitalité de cette liane..
Nous avons vu des pieds chétifs s’étoffer après les soins apportés, les mises de composts, les rééquilibrages de la terre..

Nous avons vu des pieds mourants avoir des rejetons suffisamment vifs pour prendre le relais, des bras morts remplacés par d’autres, patiemment taillés, attachés : cette plante possède une incroyable force vitale !
Les photos ci-dessous sont prises dans notre petite Syrah, à 4 ans d’intervalle..

DSC_9439Petite syrah 2014

 

20130923_102843

Les pieds sont devenus de beaux, forts et la production s’en trouve augmentée. Pas de quoi fouetter un chat, mais quand même, de 13 à 18 hectos/hectare.

Pareil pour le Grenache qui,  à force de patience et de taille adéquate, a tout d’une belle vigne avec des pieds en vrais gobelets, comme le faisaient les anciens. L’avantage ? Pouvoir abriter un nid en leur coeur et ainsi avoir des oisillons-gloutons qui vont se nourrir d’insectes et autres vers mangeurs de sève de vigne..

20130915_103857.jpg

Étonnants aussi ces pieds de Cinsault, plantés en 1970 et qui, malgré leur état, continuent à faire des sarments.. Pour combien de temps encore, je ne sais pas, mais cette dentelle de cep montre à quel point sa résistance est grande !

Comme vous pouvez aussi le voir sur cette photo, travailler au milieu des lampourdes
n’a pas été de tout repos et j’ai passé presque plus de temps à enlever ces « kipiks » de mes gants et vêtements qu’à tailler !! Vivement que là aussi d’autres plantes s’installent et leurs dament le pion..

20160208_125310
L’autre plaisir que nous avons, durant toutes ces années, est de voir à quel point la flore, et avec elle la faune, changent..
De gros lombrics font un beau travail d’aération de la terre, tout un petit peuple vit en ami -ou pas- de nos vignes. Quant à la flore, elle a changé du tout au tout et les chardons qui s’étaient établis en maitres laissent la place aux salades sauvages, poireaux des vignes et au trèfle bitumineux. Ces derniers pas plus facile à cotoyer ou entretenir, mais meilleurs car ils sont le signe d’une terre riche en azote dont les plantes raffolent.

Pendant que je taillais notre nouvelle parcelle de Cinsault, Jean se donne à fond, à coups de débroussailleuse, pioche et sécateur pour transformer notre 1er Cinsault en jardin japonais, ou anglais, ou à la Française..

Bref, la parcelle est magnifique !

cinsault-haut-avant
Avant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cinsault-haut-apres
Après !

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s