VdV#81 (bis)Pile-poil dans le sujet..

Voilà, après vous avoir écrit mon incompréhension et mon ras-le-bol de la paperasse et des tracas qui en découlent (il fallait que ça sorte, que je vous exprime mon désarroi), je reviens dans le sujet, mon sujet : le vin StarWorld.. 
Pour ce VdV#81, la thématique est : quel vin trouve sa place dans vos valises quand vous partez. Loin ou près, peu importe la distance au final..
Et aussi : quel vin j’aime découvrir ou faire découvrir à mes amis du du bout du monde ?

Vigneronne depuis 6 ans, mais voyageuse depuis.. 35 ans, j’essaie de partir une fois par an sous d’autres cieux. Souvent des cieux iliens et caribéens, mais aussi québécois, de la louisiane, de floridiens, anglais.. etc..

Comment partir sans vin ? Impossible.. Encore plus depuis que l’on en fait !
Nous avons donc toujours dans nos valise au moins une de nos cuvées, comme lorsque nous sommes partis au Québec, ou quand je suis partie aux Saintes. Histoire de les faire découvrir à nos amis et, si l’on peut, à des professionnels.
Comme à Hugo, sommelier d’un restaurant gastronomique de Montréal, ou à Marie, caviste en Guadeloupe, ou à John, autre sommelier d’un resto gastro de la Nouvelle-Orléans..
IMG_1762Mais j’aime aussi en découvrir, comme le Zinfandel découvert dans un bar-à-vin de Nola (petit nom de New-Orleans), ou ce Chardonnay (vin de Genève) bu chez nos amis de Statia.
Evidemment, sur ce petit bout de Caraïbes hollandais de 4km sur 7, il n’y a pas beaucoup de choix de vins. Ils sont pour la plupart selon les standars américains, viennent du Chili, Argentine, ou parfois de France.
De gros négociants. Rien de bien folichon.

Ce que j’aime le plus dans ces vins de voyages, c’est arriver à dénicher, quand c’est possible, des pépites, des curiosités.. Déguster des vins étonnants comme le « vin » de tomates québécois -je mets vin entre guillemets, car pour moi ce n’en est pas, le vin étant issu de raisiClos-Marie_Simon_61340ns exclusivement-  : rien ne rappelle la tomate, c’est fruité, goûteux, surprenant..

Mais j’aime aussi retrouver mes marques comme cette surprise agréable : la cuvée Simon du Clos Marie dans le restaurant gastronomique « Stella! » de Nola..
C’est dans ce restaurant que j’ai fait mon plus beau voyage vinique international : les vins du monde, en accord mets-vins sur le menu découverte. La mondialisation dans ce qu’elle a de plus positif !

Il y a aussi les vins que l’on rencontre au détour d’une dégustation, comme lors de notre off De chemin en pistes avec les vins de plusieurs régions de France et les vins d’Agnes Lovecka, de Slovaquie, notamment les vins orange..
Comme sans nul doute, ceux que j’aurais le plaisir de déguster lors de notre autre off « Hors Pistes » que nous sommes 2 vigneronnes à organiser pendant Vinisud, les 14 et 15 février prochains. Jo Pithon, Vincent Caillé, Jean-Philippe Padié, Isabel Fonquerle, Estelle et Cyrille Bongiraud de Serbie, sont quelques un des vignerons qui nous font le plaisir de venir. La liste complète devrait être bouclée sous peu..

Mais tout ça au final ne fait que conforter une sensation : mon palais devient régional, nos vins chantent notre soleil, notre garrigue et quand il n’y en a pas, ça me manque !
Et j’ai encore tellement de vins encore à découvrir ne serait-ce qu’ici, en Languedoc..

Ce qui ne m’empêchera pas de vous présenter un tout petit domaine perdu de l’autre côté de l’atlantique lors de mes prochaines vacances..
Rendez-vous en avril !

VdV#81 : Le vin StarWorld

20150312_190945Quand j’ai pensé à ce sujet au début du mois, je pensais vacances, soleil, mer chaude, amis, repos..
L’actualité aidant, je vais vous entrainer vers une autre destination : le coeur du pays du vin.

Mais pas n’importe lequel : celui des papiers du vin, de ses AOC.

Un pays un peu comme celui de Lewis Carroll..

Toute ressemblance avec des faits réels n’est que pure vérité..

la jolie vallée de Cabrières

Je vous pose le paysage : Cabrières,  son importante cave coopérative, quelques vignerons en cave particulière et le syndicat de défense de l’AOC Cabrières.
Ce village est habité par d’irréductibles viticulteurs et vignerons qui résistent encore et toujours à l’envahisseur* des différentes dénominations qui voient le jour.
Et nous avec.


Atout Pic 2014 - 100% ClairetteNos vins sont tous en AOC. Languedoc pour les blancs et Languedoc-Cabrières pour les rosés et rouges. Deux cahiers des charges.
Nous n’avons pas la possibilité de faire du blanc en appellation Cabrières, sauf du 100% Clairette. Et hop, un troisième cahier des charges !
Que nous avons suivi pour notre Atout Pic blanc..

Vous suivez ?

Cahier des charges = contrôles. Logique.

Certains contrôles sont réalisés par le Syndicat des AOC Languedoc, d’autres sont sous-traités, avec le coût et les papiers supplémentaires que cela engendre pour nous.

L’année dernière, nous avons eu un avertissement pour notre rosé.
La cause ? Un nez réducteur.. Chaque (bon) dégustateur sait que, généralement, cela passe après un peu de temps. Les prélèvements ayant été réalisé 15 jours après la mise, rien d’étonnant. Le vin n’est souvent pas en place si tôt.

Ayant été mal conseillée, je n’ai pas fait appel, générant une procédure longue et un ping-pong de paperasse avec l’organisme qui chapeaute toutes les AOC : l’INAO. Conclusion : un avertissement.
cropped-20150206_191404.jpgHeureusement, nos clients ne s’y trompent pas et notre rosé, sans réduction, était entièrement vendu fin juillet !
Heureusement aussi, nous n’avons pas eu d’interdiction de vente, ce qui est possible lors de ces contrôles.

Bis répétita il y a quelque temps, appel à échantillons pour contrôle des Clairettes.
Hier, j’ai reçu un coup de fil d’une personne des AOC : notre Clairette est retoquée pour : goût de bouchon !
Chaque année nous avons un pourcentage de bouteilles bouchonnées. On les change et voilà..
Pour ce contrôle, nous avons donné 2 bouteilles, en pensant que la 2ème serait dégustée si l’autre était bouchonnée. Et bien, tenez-vous bien : les dégustateurs-contrôleurs n’ont pas le droit de prendre l’autre !!
Ne me demandez pas pourquoi, cette personne elle-même (qui travaille pour les AOC) n’en revenait pas..

Apparemment, cela vient de l’Inao.
Affaire à suivre..

Quand je vous parlais de Lewis Caroll..

alice-bandeau

Nous avons décidé de ne plus faire de 100% Clairette, vous voyez pourquoi ?

Le nouvel Atout Pic est assemblé, dans sa cuve. Nous l’avons présenté pour la 1ère fois lors de notre petit salon en début de semaine où il a reçu un bel accueil.
Sa composition ? Clairette et le solde de Pic de Vissou qui ne passe pas en barrique : Roussane, Grenache blanc, Vermentino et une pointe de Viognier..

Nul doute qu’il trouvera sa place dans ma valise lors de mes prochaines vacances !!

 

* c’est bien évidemment une boutade, mais avec une part de vérité..

« De Chemins en Pistes »…

C’est le nom du Off (salon pour les professionnels) que j’ai le plaisir de partager avec des amis vignerons les 25 et 26 janvier. Pourquoi ce nom ? Tout simplement parce qu’il se déroule dans une salle de l’hôtel de l’aéroport de Montpellier, à deux pas du Parc des expositions où se déroule Millésime Bio.

J’ai eu hier une jeune journaliste au téléphone qui voulait savoir le comment du pourquoi et je me suis dit « autant l’expliquer ici »..
C’est la 3ème année que nous organisons ce Off, Iris Rutz-Rudel et moi, la 1ère année que je me retrouve presque seule, Iris prenant sa retraite des vignes (mais restant toujours à mes côtés pour les conseils, questions-réponses, oublis que je pourrais avoir).

Notre volonté première, qui est restée la même, est de mettre tout en commun : les frais, la nourriture, les carnets d’adresses.
L’entrée est gratuite pour nos visiteurs et nous les invitons à partager le grignotage du lundi soir avec nous. C’est l’occasion de discuter en prenant le temps.
La seconde est d’accepter des vignerons sans étiquette, des labellisés (bios, Demeter, biodivin), des natures, des en conversion .. mais qui travaillent tous dans le même sens.

Partant du constat que nous ne voulons pas être simplement dans des petites cases, des classements bien alignés et sages, que nous en avons assez des comparaisons entre vignerons, des « il fait mieux parce qu’il fait comme ci ou comme ça », nous voulons juste faire connaitre nos vins.
Notre pensée est que la seule valeur qui prévaut est de préserver, (faire revenir, aider) la vie de la terre, le travail des vignes, les raisins, le travail en cave et le vin. Pas autre chose. Et le minimum pour ça est d’être en conversion.

Je me suis entendue dire  » mais tous les vignerons ne sont pas en bio, ils ne sont pas répertoriés à l’Agence bio »! Ben non, ils n’y sont pas tous puisque certains sont labellisés ailleurs et d’autres pas du tout.. « ça fait du tort aux vignerons qui paient leur labellisation » : je ne le pense pas, nous la payons, tous les ans depuis 6 ans, parce que c’est notre choix..
Je me dis que ce n’est pas en séparant les blancs des jaunes qu’on peut faire une bonne omelette..
Quand les gens de la vigne autour de nous se posent des questions parce que nos vignes sont exemptes de maladies et pas les leurs, nous nous disons que c’est l’amorce de quelque chose. Pour nous, nos vignes ont appris ou réappris, en n’étant plus perfusées par des traitements irréfléchis et surtout stérilisants toute vie dans la terre, à se défendre, à lutter contre certaines maladies. Elles retrouvent un équilibre qui fait partie d’un tout.
Donc, certains ne sont pas labellisés, mais ils sont cooptés par 2 autres vignerons qui savent comment ils travaillent. La confiance, c’est parfois bien..

Une autre des conditions pour participer, et presque la plus importante : que les vins soient droits.
Que chacun travaille comme il l’entend, en faisant du mieux qu’il peut (dans les limites indiquées plus haut, le respect de la terre), mais que le résultat soit là.

 

de-chemins-en-pistes

Parce qu’au final, outre la façon, la philosophie, la volonté du vigneron, le plus important reste quand même le plaisir que chacun peut avoir en buvant nos vins !!

Ps : on me sussure dans l’oreillette qu’un Off pendant Vinisud, en février, est aussi dans les tuyaux.. Stay tuned !

Vendredi du Vin #81 : Le vin StarWorld..

Et voilà, me revoilà présidente des Vendredis du Vins ! À la suite de David et de son « vin de tout poil » à la manière de Chubacca, je vous propose de me dire quel est votre vin Star quand vous voyagez autour du World..

Je vous vois vous gratouiller les méninges : mais quel est ce sujet pour débuter l’année ? En fait, c’est simple : chaque année à cette période, j’ai une furieuse envie de voyage au chaud, de soleil, de mer turquoise.. Bref, j’ai envie de vacances.
De vacances voyageuses. D’aller voir ailleurs que la mer des vignes..

Et souvent, comme vous j’imagine, je rencontre des amis, des gens qui le deviennent, des amis d’amis.. Et j’aime leur faire découvrir un vin, nos vins souvent évidemment..
J’aime aussi quand eux m’en font découvrir.
J’aime ces vins que l’on découvre au détour d’un repas au restaurant, dans ces pays où les vins français ne sont pas légion. Découvrir de nouveaux cépages, domaines, vignerons aussi.

Bref, suivant le pays de destination, il y a toujours une ou deux, voire plus, bouteilles dans mes valises. Trop parfois d’ailleurs (mais c’est une autre histoire)..
Quel vin faites-vous découvrir ? Facile, enjoleur, complexe, adapté à la cuisine du pays ?

Quel vin emmenez-vous lorsque vous partez hors de vos frontières ?

Case-640x480
http://www.distilleurs.fr/une-valise-speciale-pour-les-bouteilles/

Ps : vos frontières peuvent-être régionales, provinciales, nationales..