2 VdV pour le prix d’un !! VdV#77 Le vin qui vous ressemble..

Alors voilà, on efface tout et on recommence ! Et là, une immense question se pose : comment trouver un vin aussi tête en l’air que moi ? Un vin qui est capable de se tromper de sujet et de mois pour les Vendredis du Vin…
Donc, le sujet d’André est en fait : « Le vin qui vous ressemble », je suis mal là.. !

156108_827933906_teteenlair_H005921_L
  J’avoue que j’ai fait fort..
En fait c’est vrai, je ne peux vraiment pas le nier, je suis tête en l’air, mais pas volontairement, juste parce que trop de choses à penser, à faire, à vivre.. J’ai aussi une fatigue chronique qui bouffe pas mal de mes 2 neurones et ne m’aide pas du tout..
Et puis je n’ai qu’une toute petite tête (qui a dit « de linotte » ?! )..

Mais bon sinon, un vin qui me ressemble.. toujours de bonne humeur, joyeux la plupart du temps, pour qui rien n’est vraiment grave, à part ce qui l’est vraiment.. Ça parait une Lapalissade dit comme ça, mais non, c’est très réfléchi.
Jean me dit souvent « rien n’est grave pour toi ».. Ce n’est pas tout à fait vrai, mais si peu de choses en fait.

Qu’est-ce qui est vraiment grave pour vous ?
Réfléchissez-y vraiment et vous verrez qu’une fois qu’on enlève de cette liste les nombreux petits soucis quotidiens, les soucis dont vous vous faites un monde mais qui n’ont d’importance que celle qu’on leur donne et, somme toute, une durée de vie très courte. Prenez un grand recul, une bonne dose de patience, beaucoup d’amour pour l’humain et vivez plus serein..

Qu’est-ce qui me rend joyeuse ?
Tout ! Le soleil, le ciel bleu, mauve ou gris, le souffle de l’air sur la peau, les rires d’enfants…etc… Tout ces petits riens et les grands tout de l’amour des miens, de nos amis, de la vie.. Chanter en faisant le marché, en soignant les vignes, en travaillant. S’émerveiller d’un rien, tenter d’essayer d’arriver à profiter de chacune des petites choses de la vie, mettre du poétique au milieu de tout ça et rire, beaucoup !
Mais pour arriver à ça, il faut le choisir, le laisser s’imposer à soi. Il faut aller en profondeur, prendre le temps de faire un petit voyage intérieur, un aller-retour bénéfique pour répondre à cette question : « qui suis-je vraiment et comment je veux vivre ma vie ».
Et pour ça, il faut prendre le temps..

Alors un vin qui corresponde à cette description, pas si facile n’est-ce pas ?
Un vin qui soit prêt à rire avec vous, qui vous invite à le partager tout en ayant de la personnalité. Un vin qui ait une belle profondeur et richesse, qui soit souple et ample. Un vin qui vous dise : soit heureux, tout simplement !
Un vin qui ait un côté fruité accompagné d’un côté épicé, un côté gouleyant et rond, un côté léger et sérieux à la fois.. Un vin sans prétention mais avec une belle présence.

Evidemment, encore une fois mon métier reprend le dessus et je connais bien mieux les vins que nous faisons. Je vais donc (encore) vous parler d’un de nos petits (et juste du vin, sans plus de parallèle)..
Ou plutôt non, de deux, parce l’un comme l’autre ont ces qualités, mais Téthys a aussi cette rareté et élégance qui est un cadeau de la vie.

Ces deux vins Téthys donc et Atout Pic rouge, ont en commun le cinsault, ce petit cépage si tellement toujours joyeux ! Les deux ont en commun le fait que, à la fin des fermentations, au moment des assemblages, nous nous régalons de mettre le nez au-dessus de leur cuve pour sentir leur odeur, leur parfum. Ils ont en commun de nous rendre heureux, tout simplement !
Ils sont pourtant aux antipodes de notre gamme : l’un à l’entrée, l’autre sur la toute grande marche du podium.
Par sa simplicité, sa facilité, son nombre de bouteilles, Atout Pic est dans l’immédiateté, dans le « je suis prêt dès le printemps, et hop ! »
Par sa complexité,  la patience qu’il demande avant d’être au top, son petit nombre de bouteilles, Téthys est dans le « haute couture ».

Comme nous tous, ils ont une personnalité complese et multi-facettes..

Atout Pic-- Téthys

VdV#76 : En mai, boit ce qui te plait…

Tout un programme pour ma repise dans les VdV !  André Fuster, notre président su mois, nous trouvé là un joli sujet, comme un mois de mai..
Mais sous des abords faciles et légers, il se révèle difficile.. Parce que ces « petits vins », petits avec une énorme affection, rien de péjoratif, ces petits vins donc, sont ceux qui, souvent, font les grandes soirées, les moment mémorables, les moments simples d’amitié..

Sujet qui sied à merveille à ce mois de mai, mois du renouveau, des champs en fleurs et des jardins renaissants.. Période aussi pour nous vignerons pendant laquelle les vins (mis en bouteilles ou pas) se réveillent, s’étirent et commencent à être bien.

C’est aussi le mois des premières chaleurs, des premiers barbecues chez nous dans le sud.. Les robes se font plus légères, les vins aussi. Et c’est donc aussi le temps des premiers « pops » de bouchons de rosé, de vin rouge plus léger.. Ou de blanc à boire sous la tonnelle !

Je ne sais pas pour les autres vignerons, mais pour nous, c’est un moment un peu égoïste ou nos vins sont à l’honneur..
Nous profitons des petits jeunes tout en préparant les suivant dans les vignes..
nos vignes printanières

En avant donc pour (se) la Coulée douce et (jouer) nos deux Atout Pic, blanc et rouge..
Chacun se prête avec plaisir à cette redécouverte, voire cette découverte pour notre 100% Clairette, nos amis comme nos vins !

20150206_191404

Tchin tchin !!

Où je parle de vin et de sexe dans le magazine ELLE..

Enfin, pour ne pas effrayer mes enfants et mes parents – joyeux anniversaire papa !- je précise : j’ai été interviewée pour parler du vin à travers son sexe. Non, c’est pas ça non plus.. Enfin bref, la question était (et est toujours pour pas mal de gens) : Le vin a-t-il un sexe ?

C’est sur les réseaux sociaux que j’ai fait la connaissance de Sand (Sandrine Goeyvaerts), caviste belge officiant à Liège avec son mari. Sand est un personnage à elle toute seule ayant l’écriture comme seconde nature. Pour retrouver ces écrits, c’est sur l’un de ses blogs La PinardotheK, je n’en dis pas plus, je vous laisse vous régaler. Ça se feuillette comme un magazine, en piochant un peu où l’on veut.
Sur ce blog, comme dans le cochon, tout est bon !!

Donc, il y a quelques temps, Sand me demande si elle peut m’appeler pour me poser quelques questions sur ce que je pense du vin et de son sexe (au vin hein..). Nous nous sommes déjà retrouvées proches dans notre ressenti et nos écrits à ce propos sur les réseaux.
on est dans ELLE

Faire un « rosé de filles », un packaging rose bonbon sucé trois fois, un vin de/pour nénettes m’a toujours paru inopportun. Et franchement marketé..
Je suis une femme certes, mais j’ai horreur qu’on m’assigne un rôle sociétal rose fushia !!
Et même si la gente féminine célibataire est (plus) nombreuse, qu’elle achète seule son vin, je pars du principe que, tout comme moi, elle va chercher conseil auprès de son caviste. Ce qui n’est malheureusement pas une généralité, loin de là..

Je n’aime pas plus les vins dont le packaging est peu ou prou à connotation masculine, genre 3ème mi-temps de rugby symapthique et un peu graveleuse..
En fait, j’aime le vin pour le vin, pour ceux qui le font, pour l’émotion qu’ils me procurent, les souvenirs qu’ils me rappellent, les partages et moments d’amitié qu’ils permettent et en cela, j’aime la simplicité.

Bref, dans cette question, au travers de cette question, il y a surtout des clichés, du marketing et de l’intérêt financier : s’adresser à des femmes comme clientes potentielles,  les mettre à part dans un moule à paillettes, mettre les hommes dans un rôle « mecs » pour les inciter à acheter. Mais ça ne signifie rien par rapport au goût du vin..

Je connais nombre de vins dont, si l’on vous les fait déguster à l’aveugle en vous demandant si c’est un vigneron ou une vigneronne qui les conçoivent, vous répondrez sans coup-férir « une vigneronne » ! Je connais nombre de vignerons qui conçoivent des vins d’une délicatesse et d’une finesse toutes féminines (c’est bien connu qu’un homme, qui plus est vigneron, n’est ni fin, ni délicat voyons !).

Quant à savoir si notre vin est féminin ou masculin.. Je dirais qu’il est les deux, ou aucun. Jean est aussi paternel avec nos vignes et nos vins que je suis maternelle.

1 à 1, la balle au centre !!

20150206_191404

PS : retrouvez ici la liste de nos relais chez qui vous pourrez trouver nos vins