James Bond 007 ? Non non, Clairette 2015 ! ..

Une histoire à rebondissements, digne d’un roman de.. cape et d’épée papiers et de téléphone, l’histoire de notre Clairette, première année.

L’autre jour, quand je vous en ai parlé, nous avions choisi, de guerre lasse et de stress haut, d’enregistrer notre Clairette en Vin de France. Et quand on décide ce genre de chose, à postériori, contraints et forcés par les éléments extérieurs, on n’a beau dire, ce n’est pas de gaité de coeur..
Mais une fois la décision prise, je me sentais en paix ou plutôt tranquille.. Enfin un peu de sérénité pour préparer la mise en bouteilles ! Tranquillisée de ne plus avoir à courir après le temps, après les renseignements.

C’est d’ailleurs sur la foi de renseignements que cette décision a été prise , parce qu’à l’organisme contrôleur, on m’a dit « nous faisons le contrôle, mais ensuite le dossier doit partir à l’INAO et il faut attendre leur réponse pour savoir si c’est accepté ou pas.. » D’où France-Agrimer, d’où le Vin de France..
C’était après/pendant les péripéties de la semaine dernière.. et puis..

Et puis avant-hier après-midi j’ai reçu un appel téléphonique. Voix enjouée, dynamique d’une jeune femme me disant qu’elle était contrôleuse pour LRO (organisme qui effectue les contrôle pour la Clairette, l’ODG ne voulant/pouvant pas le faire et le syndicat de la Clairette non plus-je mets des parenthèses pour vous expliquer un peu mieux ces chemins tortueux par lesquels passe un « opérateur faisant de la Clairette ») et qu’elle pouvait venir le lendemain pour nous contrôler.
Et que donc, dans la foulée notre Clairette serait en AOP..

Et là, les bras me sont tombés, une fois le « encore cette histoire ? » passé.. Ils sont tombés parce que les renseignements sur lesquels j’avais fondé ma décision, sur lesquels j’avais discuté avec Jean, étaient faux..
Il n’est pas nécessaire d’attendre le retour de l’INAO pour être habilité à faire de la Clairette, on l’est une fois le contrôle effectué et le dossier parti uniquement !! Ça vous change une décision…

Donc, hier, le contrôle a été fait, passé haut la main et normalement le dossier est parti (je ne peux qu’être dans l’expectative). Notre Clairette est donc en AOP Clairette du Languedoc – Cabrières.
(donc changement d’étiquettes à nouveau, appeler France-Agrimer pour stopper l’enregistrement en Vin de France etc…)

Vous y croyez vous à la vie comme un long fleuve tranquille ?!! Moi non, encore moins depuis que nous faisons du vin..
Du coup, hier, je suis restée dans mon bureau actuel des vignes, le grenache dont je finis la taille, histoire de prendre un bon coup de sérénité dans le museau !
20150225_135249

Un grand merci à l’équipe de l’imprimeur de ne pas craquer, de toujours me sourire en me voyant arriver.. ! )

SDF.. Sans Dénomination Fixe..

Papiers d’identification, papiers de revendication, de déclarations (mensuelle, annuelle..), papiers de certifications, papiers de mise sous conditionnement, de…. et j’en passe tellement il y en a. Et pour diverses organismes : Aop languedoc et Aop Cabrières (deux cahiers des charges différents), Ecocert pour le bio, les douanes, le civl, France-Agrimer, l’Inao et je suis sure que j’en oublie.. Pourquoi je vous en parle ? Je vais vous raconter une histoire..

Une clairette venait d’être ramassée, pressée, mise au propre dans sa cuve à la sortie de l’hiver.. Tout c’était bien bien passé, elle était heureuse, quoiqu’un peu chagrine d’avoir si froid. Mais restait toujours aussi jolie à la dégustation, sa robe avec de jolis reflets verts était toujours aussi charmante, son parfum était floral (chèvrefeuille)..
Elle ne le savait pas encore, mais allait bientôt être mise en bouteilles, avec un habillage assorti à sa robe. L’étiquette était prête, après des jours d’essais, de couleurs, de polices de caractère, de fond, de « ha non, je la refais »..
Atout pic14-new-blanc-degra-vert2Dominante verte, comme ses reflets, d’un joli vert-jaune en harmonie. Une Clairette du Languedoc – Cabrières, ça vous pose une cuvée ça !
Elle était toue fiérote, petite soeur jumelle d’un Atout pic en appellation depuis ses débuts, soeurs de 4 autres cuvées en AOP Languedoc minimum, Cabrières pour certaines. Toutes en Appellation d’Origine Protégée depuis nos débuts.

Et puis patatras, un coup de fil des AOP a suffi pour la rendre sans papier..  SDF : Sans Dénomination Fixe. Du jour au lendemain.. !
Et vous savez pourquoi ? Pour UN papier que j’ai incomplètement rempli, sur les indications de la personne en charge de ce dossier auprès des AOP qui m’avait dit de ne remplir que les pages 2 – 7 et 13 !! (je ne lui en veux pas, ça partait d’un bon sentiment : m’alléger la charge de paperasse..). Les autres papiers inhérents à l’achat d’une nouvelle parcelle étaient bien en règle.

Branle-bas de combat ! Que faire d’une Clairette qui n’a plus d’appellation ?
Réflexion : est-ce possible en IGP (Indication Géographique Protégée) ?
Coup de fil à la maison du Pays d’Oc : « ha non, une clairette en monocépage ne pas être une IGP »…
Zut, raté ! Il ne reste donc plus que le « Vin de France », avec un peu de chance..
Appel téléphonique à France Agrimer, organisme en charge de beaucoup de choses dans le vin (et pas que), et qui gère les vins sans appellation : « Une Clairette en vin de France ? Alors oui, c’est possible, mais.. attendez un peu, vous ne pouvez pas marquer le cépage sur l’étiquette, le millésime oui, mais pas le cépage. »
– « Ah bon ?  »
–  » Elle est sur la liste des cépages interdits »..
Tout ce qu’il est possible de faire pour les vins en AOP est interdit pour les autres.. Pas de délimitation géographique donc exit : Clairette du Languedoc Cabrières. Pas de nom que l’on peut retrouver dans les AOP comme Château, Mas…etc.. Pas de « mise en bouteille à la propriété »..
Oui bon, mais on écrit quoi concrètement sur l’étiquette alors ?

Coup de fil au syndicat des vignerons de l’hérault afin d’avoir le juriste et le coeur net.. et un email plus tard, j’ai un exemple sous les yeux..
C’est vide, c’est peu deAtout pic14-new-blanc-degra-vert renseignements.. Mais on l’aime, elle reste notre Clairette que nous avons choyée comme les autres, peut-être plus même car elle est la petite dernière et débute sa conversion en bio.. !
Elle est fièrotte finalement en Vin de France vous ne trouvez pas ? Nous espérons que vous l’aimerez quand même, presqu’autant que nous !


Les conséquences de tout ça, parce qu’il y en a quand même, et pas des moindres.. :

– toutes nos cuvées sont en AOP Languedoc pour Pic de Vissou blanc, Languedoc-Cabrières pour les rouges et le rosé et Cabrières fait partie des 5 ou 6 villages à avoir une AOP Clairette. Ce choix que nous avons fait dès le début est une reconnaissance de cette petite appellation si particulière et de son si joli terroir , c’est une reconnaissance du travail des anciens qui ont fait qu’elle existe.. Nous faisons partie du Syndicat de défense de l’AOP Cabrières et y sommes actifs, cette AOP représente quelque chose d’important pour nous. Nous nous plions à son cahier des charges plus resserré encore que celui du Languedoc (taille plus courte, écartement des pieds minimum, etc..). Pour nous, il était impensable qu’elle ne le soit pas.. Et cela fait un an que notre communication de fait avec cette certitude..
j’ai perdu 8 jours à faire des aller-retour d’emails et de coups de téléphone pour avoir les bons renseignements.
J’ai du appeler chaque organisme concerné pour savoir exactement les tenants et les aboutissants avant de prendre la décision de la déclasser. Et je l’ai fait aussi de guerre lasse, parce que ni les AOP, ni l’ODG, ni le LRO, ni pour finir l’INAO (circuit à sens unique incontournable), ne pouvaient me garantir qu’elle obtiendrait sa classification.. Je vous laisse imaginer le trop plein de stress.
– Ce défaut d’enregistrement datait de l’année dernière !! Comment pouvais-je me retourner en l’apprenant un mois avant la mise en bouteilles ? Sachant qu’il faut un peu de temps aux autres organismes pour accepter de prendre notre cuvée sous leurs ailes..
Il a fallu que je refasse les étiquettes en fonction des indications que j’avais sur l’avancée possible de notre dossier, sachant qu’il faut 3 semaines de délai pour l’imprimeur. Une refonte totale de l’étiquette, sans Mas de Mas Coris, qui est l’identité même de notre domaine, sans le cépage sur l’étiquette, sans le nom du village natif de notre Clairette..
Nous avions prévu de la présenter à des dégustations pour des guides, certains n’acceptent que les vins en AOP..

Je vous passe les suggestions :
– « vous avez un autre blanc ? Mettez-le avec » !
Bien sûr, une cuvée en bio à 25 € et l’autre en début de conversion (ne pouvant donc pas se mélanger) à 10 €..
–  » Faites du tiré-bouché et vous mettrez les étiquettes après »!
Bien sûr aussi, plus de 2000 bouteilles à étiqueter à la main dont certaines partent le sur-lendemain de la mise..

Comme vous vous en êtes vite rendu compte, c’est une histoire vraie..

Vous pouvez trouver ses commentaires de dégustation, ainsi que ceux de nos autres cuvées sur notre site

Du pêle et du mêle, de la vigne aux bouteilles..

Il n’y a rien à faire, je me fais toujours doubler par le temps.. Et pourtant, il s’en passe des choses dans notre petit domaine et autour !

– Nous avons réalisé les assemblages (du coup Jean a réagencé la cave) et choisi la date de notre mise en bouteilles : le 9 mars.
Pour connaitre nos prochaines différentes cuvées, c’est ici..

20150115_153238  20150116_144111

– Jean a fini la pré-taille et la taille est bientôt finie aussi.

– Iris (mon amie vigneronne) et moi avons, aidées de Morgane, communicante zélée qui nous fait le plaisir de travailler pour notre petit salon, réitéré le » Off » comme l’année dernière pendant Millésime Bio. « De chemins en Pistes » a été un franc succès tant pour l’ambiance que pour la qualité des vins (dixit les vignerons et les visiteurs). 40 vignerons ont fait le déplacement !
1794577_379504642213585_1692448489919861785_n Ce salon me tient à coeur car il est fondé sur le  partage : chaque vigneron a amené quelque chose à manger que nous avons partagé avec nos invités. Chacun a invité ses clients et prospects et tout ça dans une ambiance simple. Il me tient à coeur aussi car, contrairement à ce que j’ai pu entendre, ce n’est pas un salon de vins natures. Je le souhaite comme une ouverture, un salon de non clivage, le minimum étant de suivre une ligne directrice respectueuse de son environnement, de ses sols, de l’espace dans lequel nous travaillons. Il y avait donc des gens certifiés bio, des biodynamistes, des demeter, des en conversion et des nature. Mais quelque soit la chapelle, les vins étaient du même niveau de droiture et de gouleyance. Ils étaient « loyaux et marchands », comme nous y oblige la loi et comme ils nous plaisent surtout !

– Je viens de finir de relooker nos étiquettes, notamment celles de nos Atout Pic, puisque cette année nous avons un Atout Pic blanc (100% clairette) qui vient en complément de notre « petit gourmand ». Les voici en avant-première !!
Ils sont maintenant complètement intégrés à notre gamme ( je vous rassure, elles sont bien moins flashies en réalité !! Ce sont les mystères des conversions d’un logiciel à l’autre..) .

Atout pic14-new3   Atout pic14-new-blanc-degra-vert2

– Et l’étiquette de notre première cartagène..
Vous ne connaissez pas ce vin liquoreux ? Il fait partie des traditions du languedoc. Chaque viticulteur, vigneron, gardait une petite partie de parcelle et ramassait tardivement les raisins. Après les avoir pressé, ils rajoutaient un peu d’alcool pour stopper la fermentation. Les raisins gardent donc leur sucre. Elle peut donc se faire avec différents cépages et se boit en apéritif..

Cartagene-dentelle-rouge-final