Papa, maman, j’ai eu une très bonne note !!

Nous a dit notre Pic de Vissou blanc ce matin ! 18/20 dans l’édition nord de Terre de Vins et une superbe appréciation dans l’édition (sans notation) du sud. Où il est classé dans « les grands vins »..
Imaginez notre joie et notre fierté !

Surtout que ce blanc, notre premier, nous l’avons sué, chouchouté, ébourgeonné, taillé.. Nous avons passé des heures à l’arroser lorsqu’il n’était que des bébés plants gros comme.. un doigt !
Nous leur avions laissé que 2 grappes par pieds pour ne pas les fatiguer cette première année de récolte.. Que de chemin parcouru depuis cette « land » jusqu’à ce vin !! Bref, il est notre de A à Z..

Le voilà, parmi les grands vins.. Nous sommes intimidés pour lui !!

20140514_181922

20140514_180104

Et voilà les billets dans l’édition nord et dans l’édition sud.

12 mai, journée internationale de la fibromyalgie..

Parce que je suis vigneronne, mais pas seulement, j’ai mis en ligne ce matin un autre blog consacré à cette maladie. J’ai longtemps hésité à le faire, il dort depuis 3 ans..
Mais cette maladie qui fait partie de ma vie depuis 4 ans maintenant, je voudrais que vous la connaissiez. Parce qu’elle ne se voit pas. Parce qu’elle peut être handicapante.. Mais aussi qu’elle m’a donné une force que je ne soupçonnais pas.

Et ce sont les vignes qui m’ont aidé à la surmonter, à me sentir de plus en plus forte. Ce sont elles et ce temps si particulier qui rythme la vie d’une vigneronne qui m’ont permis de vivre avec.. Et qui m’ont donné envie de partager ce mieux être au travers de « vendanges thérapeutiques »..

Comme beaucoup de ses soeurs, elle est auto-immune, elle ne se guérit pas, mais, bonne nouvelle, n’est pas mortelle !

Si je peux aider ceux qui ont des douleurs chroniques, ceux qui vivent différemment sans jamais oser en parler car cette société est faite pour les « forts ». Qu’ils sachent qu’ils sont bien plus forts, mais ne le réalisent pas encore..
Si je peux vous faire connaitre cette maladie (et d’autres qui créent des douleurs chroniques), j’en serai heureuse, tout simplement !
Ce blog est fait pour ça.. je l’ai appelé Fifi et son brin d’acier, fifi pour fibromyalgie, et brin d’acier parce qu’il est solide et adaptable comme je le suis et aussi en souvenir de cette petite filles espiègle 🙂

Après la clairette, le clairon pour le salon « In Vin bio Veritas »

L’ébourgeonnage de la clairette s’avère vraiment difficile, comme une définition de l’enfer.. Quand une parcelle non bio passe en bio, il y a des passages obligés que l’on a pu déjà voir avec les autres. L’ébourgeonnage est un des plus durs..
Mais heureusment, on a un salon pour se reposer et venir partager avec vous !

Ébourgeonner consiste à enlever les « gourmands », les bourgeons qui sont en trop. Ceci afin de préserver la vigueur de la souche et qu’elle puisse se concentrer sur la pousse de ses fruits. Certains cépages, comme le grenache, sont très sages, mais d’autres compensent ! Le cinsault par exemple est un roi pour ça.. Et apparemment la clairette aussi..
20140506_114626
Nous faisons connaissance, petit à petit, avec cette nouvelle parcelle. Pour la 20140506_104745prétaille avec Jean, puis la taille avec moi. Jusque là ça allait. Mais l’ébourgeonnage, c’est une autre aventure.. Les rejets sont nombreux au pied de chaque souche, et, si l’on veut vraiment en enlever le coeur pour éviter les repousses intempestives les années suivantes, il faut le couper à ras.
Et comme tout se fait à la main, pied après pied..
Mais nous avons pu constater sur nos autres parcelles qu’à force bien le faire, il y en a de moins en moins. L’espoir toujours en ligne de mire pour les prochaines années, que cette parcelle soit plus facile. Et la bonne nouvelle, c’est que mon « instrument » fonctionne plutôt bien, une fois solidarisé avec mon pouce (il faut être inventif.. ).

Mais bon, Paris ne s’est pas fait en un jour, passer une parcelle en bio non plus (outre la durée légale de 3 ans) ! Le temps qu’un certain équilibre naturel revienne et que la vigueur se partage mieux.

Et pour se reposer (façon de parler..) de ce travail physique, je viendrai à votre rencontre cette année encore à Jenzat le 18 mai, de 9h à 19 h, au salon « In Vin Bio Veritas ». Pour cette deuxième année, nous vous espérons nombreux, curieux et prêts à déguster ! Vous trouverez ci-dessous toutes les indications et vignerons présents.
10302742_10201802415962043_5095227002528799420_n1504103_10152039231841446_1208856108_n

NOUS VOUS ATTENDONS NOMBREUX !!

Nous, notre marronnier, il est dans les vignes !

Un sujet « marronnier », en jargon journalistique, c’est un sujet récurrent, qui ressort chaque année à la même période.. Dans peu de temps, vous allez voir fleurir les régimes minceurs avant la plage.. Nous, ce sont nos vignes qui vont fleurir ! Et donc, notre sujet marronnier du moment, c’est l’ébourgeonnage..

20140424_142703Nous y sommes en plein.. Ebourgeonnage du plantier fini en 3 jours ! Je bats20140502_152203 mes propres records.. Et encore, je pense que le matériel pourrait être amélioré. Du coup, je vais tester un nouveau « truc » auquel j’ai pensé hier, après m’être retourné un ongle de pouce de moitié.
Quand on se fait mal, ça fait réfléchir et du coup, je me suis rappelée d’un truc de guitariste que j’avais vu dans une vidéo. Direction le magasin d’instruments de musique à côté de la maison et hop ! Je teste demain et vous dis..

Petit chariot a repris sa place auprès de moi, tel un fidèle aide. Il m’évite le mal au dos, aux genous, bref il m’est 20130529_154650devenu indispensable !
Il a été révisé, revisité pour le rendre encore plus pratique et solide. Une merveille..
Pour nous, vient le temps aussi de l’angoisse qui pointe son nez avec le vent.. Les fils qui maintiennent les vignes sont maintenant baissés et nous attendons la bonne longueur des jeunes pousses pour les relever. Mais le vent n’est pas notre allié, l’année dernière nous avions eu beaucoup de casse, ce qui signifie des raisins en moins..
Et puis, quand vous arrivez dans les vignes et voyez toutes ces belles branches par terre, ça fait très mal.. Je pense que ceux qui ont des aléas climatiques comme la grèle ou le gel peuvent comprendre.. Ici, c’est le vent notre ennemi. Pour le moment !

Car il est aussi notre allié. Lorsque les branches sont assez hautes pour être mises à l’abri des fils, le vent permet de sécher directement les vignes après la pluie. Du coup, les maladies sont plus facilement contenues..

20140501_123316Pendant que j’avance dans l’ébourgeonnage et avant de le faire avec moi, Jean pioche pour déraciner les plus grosses touffes d’herbes et autres liserons qui s’enroulent autour des pieds ou leur font une concurrence directe. Il prend aussi soin des petits plants replantés en avril pour remplacer les quelques morts du plantier, comme Jean de Florette, en version plus moderne..

Enfin, lui me dit qu’il pense plus au Senhor Oliveira Da Figueira, ce personnage de Tintin qui arrive à vendre une cage, des skis et un vrai bric-à-brac à ce dernier alors qu’il est sur un bateau..
Il a fière allure, non ? Lui me dit qu’il ne ressemble à rien sur cette photo, mais j’avoue qu’elle m’amuse beaucoup.. et lui aussi en fait – dans le style « jamais je pensais qu’un jour je ferai ça ! »

Bref, multi-facettes et multi-activités que ce métier, qui nous fait chercher toujours la dernière débrouillardise pour nous faciliter la vie sans vider le porte-monnaie..

Et en attendant, les fleurs ne vont pas tarder à s’ouvrir.. La saison a décidément vraiment commencé et tout va vite, comme chaque année !

20140501_170233