Petit chariot d’ébourgeonnage est devenu.. petit chariot Rolls, presque Roy !

Vous vous souvenez de mon petit chariot pour l’ébourgeonnage que j’avais bricolé ? Il demandait quelques aménagements afin d’être encore plus pratique et opérationnel.. C’est chose faite, même si l’on peut encore lui faire des améliorations !

chariot et moi dessus

 

L’année dernière, j’ai fait l’ébourgeonnage à l’aide de mon petit chariot bricolé dans l’urgence du ras-le-bol de se casser le dos.. Il m’a bien servi : léger, peu encombrant, mais un peu bas et obligeant à beaucoup plier les jambes pour le propulser tout en restant dessus. Et j’avoue que c’était un peu difficile de se relever..

Je l’ai donc soumis à notre Géotrouvetout-bricoleur-de-génie qui l’a revu et corrigé, l’adaptant tout en lui laissant ses particularités de légèreté et de maniabilité.

Nous lui  avons rajouté une roue pour plus de stabilité, un cadre pour bien maintenir le tout et un siège, que l’on utilise habituellement pour le jardinage.. Rien de très compliqué, mais il est super-fonctionnel..

Fini de se plier en deu20130529_154650x pour aller chercher les bourgeons en trop dans le coeur des souches ou à leur base. Bien assise, le dos droit, ce sont les jambes qui travaillent.
Le siège est réglable en hauteur et peut faire un demi-tour sur lui-même pour changer son orientation par rapport aux plants de vignes.
Il a une petite corde permettant de le tracter facilement (et amovible).

On peut encore facilement l’améliorer, pour peu que l’on soit un peu bricoleur.. Mettre une plaque (soudée ou vissée) à la place de la base du siège, y visser ou souder une embase de poteau dans laquelle le pied du siège viendra s’insérer. Faire des trous des quatre côtés de cette embase, de façon à ce que le siège puisse pivoter d’un quart de tour à chaque fois, ceci permettant de l’orienter encore mieux..

Il suffit de peu pour arrêter de se faire mal en travaillant,  surtout et avant tout, arrêter de penser que c’est indispensable.. Non, la douleur ne va pas avec un travail mieux fait, ni dans les vignes, ni ailleurs !!

C’est très pregnant et presqu’inconscient cette volonté de durcir le travail, de penser qu’on ne peut pas l’améliorer, ou de ne pas y penser d’ailleurs ! Nous sommes en bio,  et faisons  comme les anciens,  beaucoup à la main, y compris le désherbage entre pieds de vignes, mais en recherchant quand même un minimum d’amélioration.
Ceci avec de petits moyens, mais beaucoup d’inventivité..

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s