Naissance de la Coulée douce …

Comme je vous le disais dans mon précédent billet, nous avons vendangé une partie de notre parcelle grenache-cinsault samedi et dimanche. Juste de quoi faire en sorte que vous puissiez vous « la Coulée douce » aussi en 2013 !!


Commencé dès que jour pointe le bout de son nez afin de garder les raisins frais avant de les presser, notre équipe d’amis a été d’une efficacité redoutable !! A 11h30, nous avions ramassé et trié le quota de caisses qu’il nous fallait pour la journée.
Les raisins du grenache étaient beaux, bons, avec juste ce qu’il faut de maturité pour faire une belle cuvée.
Ceux du cinsault nous ont donné un peu plus de mal,  de tri à faire.. La pluie avait fait gonfler les grains, mais aussi rendu la pruine fine, les rendant fragiles.. De belles grappes quand même !

 

Donc après ces deux belles journées, après avoir ramassé et trié les raisins dans la vigne, les avoir pressé (merci les jeunes!!), la Coulée douce prend ses marques, à petite température pour bien débourber..  (sur la photo, c’est le jus de cinsault qui coule, plus clair que celui du grenache..)
Je veux dire que nous maintenons une température fraîche pour que la poussière et autre se déposent au fond de la cuve, afin de ne garder que le jus le plus clair possible.. Ceci grâce au serpentin que vous voyez sur la dernière photo, qui permet de faire passer dedans de l’eau à basse température..

Et le lendemain, nous passons ce jus clair dans une autre cuve, de manière à pouvoir enlever les bourbes (les dépôts), nettoyer la cuve et l’y remettre ..

Ensuite seulement commence la fermentation, la période ou ça glougloute joyeusement dans la cuve..

 

Tadaaaaammm !! Le test est positif, l’incubation va commencer dans nos cuves !!

Après avoir fait plusieurs prélèvements de grains de raisins (200), les avoir goûté sur souche, les avoir mixé pour en faire un jus et pouvoir en prendre une goutte afin de mesurer le taux de sucre dans le réfractomètre, le verdict est enfin positif ce matin.. Samedi et dimanche seront les premiers jours de nos vendanges..

Les pruines (peaux des raisins) sont fines, la pulpe gonflée de jus et craquante, le sucre est là, prêt a se transformer en alcool lors de la fermentation, les pépins ne sont pas acides/amers, mais bien mûrs eux aussi, bref, le grain dans son entier est en place, fin prêt pour faire une belle Coulée Douce..

C’est un peu semblable à un début de grossesse, quand on fait le premier test pour voir si c’est positif ! Comme quand on se prépare psychologiquement à accueillir la vie.. Depuis bien 3 semaines, nous préparons, pensons, aménageons la cave comme on aménagerait une maison. Pas encore la chambre de l’enfant, mais la maison tout entière..
La famille, les amis sont prévenus, attentifs et heureux. Ils participent tellement de la fête des vendanges.. Nous vendangeons à la main, avec leurs mains, ce n’est pas rien !

Je commence a penser à un menu digne de leur gentillesse, qui puisse les accueillir, leur faire plaisir et les réconforter.. La aussi c’est une grande joie de se demander comment les gâter, comment leur rendre une partie de ce qu’ils nous donnent ces jours-là : leur temps, leur bonne humeur et leur énergie.. en échange de maux de dos !!
La Coulée douce 2011 les attend dans le réfrigérateur, en grande soeur bienveillante..

Y a plus qu’à !!