Le long résumé des Vendredis du Vin #45 d’avril  » de l’art ou du cochon ? »

Prendre la suite d’Anne Graindorge, du blog éponyme n’est pas chose facile, son thème ayant un côté franchement bucolique, léger et printanier, dans un temps ou la météo et l’ambiance électoral(ist)e n’avaient pas encore frappé.. menaçant même de faire sauter les VdV #45 d’avril !!

Impossible de laisser les VdV en panne de président(e), je n’ai pas hésité longtemps à me proposer pour cette présidence, et donc à vous trouver un thème qui puisse être intéressant pour beaucoup, mais surtout un thème qui vous interroge, qui vous titille. Pourquoi ? Parce que ce j’apprécie le plus dans cette vie, c’est la découverte, la recherche, le partage qui fait apprendre les uns des autres.. et je ne pense pas être la seule, loin de la, les VdV en sont une belle preuve !

De par mes études et le métier de ma vie d’avant (artiste-peintre), je ne pouvais faire autrement que de trouver un sujet en rapport avec l’art.

L’intitulé « de l’art ou du cochon ? » ainsi que la photo extraite du film « Le père Noël est une ordure » étaient des invitations à donner un ton léger à cet exercice.. Je sais bien, pour l’avoir vécu, que l’art, comme le vin, ont une grande part d’intimidation.. enfin les hommes ont fait en sorte que.. à nous, hommes et femmes du vin, amateurs ou pros, de dédramatiser, d’alléger ces passerelles d’un art à l’autre.. Merci de m’avoir rejoint dans ce challenge !!

Le premier a mettre son billet en ligne a été Gérard Garroy, dont le blog porte le doux nom des « vins coeurs » ,  www.vinscoeurs.blogspot.fr nom bien choisi s’il en est tant Gégé parle des vins avec passion et des vignerons avec bonheur.. A ma suggestion de « trouver un vin que vous inspire une peinture ou une peinture qui évoque un vin », Gérard répond avec un de mes tableaux (et je l’en remercie 🙂 ) en mettant en parallele le travail du vigneron et du peintre dans un 1er temps, puis en évoquant sa liberté, son anti-conformisme dans ses choix de vins et conclu « Mon avis est donc que les vins sont multi – associations et que je n’enfermerai jamais une bouteille à une seule assiette (de lard !) ou à une seule œuvre (d’art). » non sans nous laisser, pour notre bonheur, avec une cuvée du Mas de l’écriture « Les pensées » de Pascal Fulla ..

Si j’avais la place, je lui dirais que pour l’expo « un vigneron , son vin et ses créations artistiques », l’idée est déjà prise et attend des jours moins occupés pour prendre une date dans le calendrier estival.. Soit dans notre chai, soit dans nos vignes, soit en parcours d’un chai à l’autre.. J’opterai plus naturellement pour la 3ème version, mais sachez donc que le projet est en gestation..

Ensuite vint Nathalie Merceron http://cote-du-rhone-news.over-blog.com/article-des-minotaures-de-pablo-picasso-et-des-gigondas-vdv-45-104046942.html qui nous propose avec bonheur une verticale de Minotaures de Picasso nous faisant passer par tous les sentiments possibles, parfois osés ou très tendres.  Comme les Gigondas choisis du Domaine Piaugier, en passant par le Domaine Grand Romane 2001, puis le Domaine Raspail Ay 2003 suivit du Perrin Vieilles Vignes 2007 sans oublier de nous montrer le Minotaure buvant.. Complet, détaillé, les dessins en parfaite adéquation avec les vins (enfin, je l’imagine !!) elle nous entraîne dans ce monde ou l’on voit que souvent les arts s’accordent, ce qui, je l’avoue était mon but.. Merci Nathalie pour cette belle promenade en Gigondas avec Picasso..

 Après, l’ordre d’arrivée devient plus flou pour moi, il se transformera sans doute en un « désordre d’arrivée « , ne m’en veuillez pas… !!

Donc ensuite, j’ai découvert le très joli cochon « stabile »- bel hommage à Calder, d’Anne Graindorge http://annegraindorge.blogspot.fr/2012/04/vendredis-du-vin-45-de-lart-et-du.html Un bonheur de lecture, drôle, vif, rempli de jeux de mots.. et d’une liberté égale à celle que procure la peinture .. Tels les dessins d’Escher , elle nous balade de mots en mots, et nous gambadons joyeusement à sa suite, reprenant en chœur son petit refrain « Aux Arts citoyens ! ». Du bonheur !

Je rejoins ensuite Eva Robineau sur son célèbre blog http://www.oenos.net/2012/04/vendredis-du-vin-45-callcut-lartiste/ Elle nous propose un vigneron tout-en-un, Callcut, artiste dans tous les sens du terme, allant même jusqu’à jouer l’arlésienne ! Elle nous parle de ses vins Clos du Giron et Paradis, nés en des temps où les jeunes de l’âge d’Eva ne se doutaient surement qu’ils tomberaient dans le vin et s’y baigneraient plus tard !! De ces vins hors du temps, Eva nous dit « qu’ils nous emmènent au-delà des goûts traditionnels et conventionnels, qui poussent hors des sentiers battus. Comme l’art ». Elle nous fait aussi surfer sur la nouvelle vague, celle de Stéphane Bernaudeau et de sa cuvée « Les Nourrissons » aussi décalé comme nom pour des vignes centenaires que le tableau de Magritte « ceci n’est pas une pipe » !

Catherine, http://unefemmedesvins.typepad.com/histoire_dune_reconversio/2012/04/vendredis-du-vin-45-de-lart-ou-du-cochon-.html#comment-6a00e54fa719a188340168eaecfa94970c, nous emmène ensuite dans le Paris de l’exposition universelle, où arrive un petit nouveau sans argent, mais pas sans talent du nom de Picasso. Comme d’autres à cette époque, il peint des petites gents. Pour lui, le malheur et la tristesse a une couleur, le bleu.. Quel vin pour supporter ( dans son sens soutenir, porter ) ce bleu ? Catherine nous propose une Mondeuse de Jacques Maillet, qui, si l’on s’arrête à son 1er abord, nous apparaitra fermée, réduite, austère comme les tableaux de Picasso. Et comme eux, si l’on s’y intéresse, apparaît une étincelle appelée à devenir un feu d’artifice d’humanité et pour finir, de bonheur.

Tatieva, www.tatieva.canalblog.com nous emmène quant à elle dans son atelier où, au milieu des peintures, trône un verre de vin .. Du parallèle entre les couleurs des vins et de ses toiles, elle nous promène gaiement dans son univers où ce verre de vin libère la créativité « Ses joues virent au rouge, le regard pétille, la main s’envole. Avec fantaisie et esplièglerie, le pinceau parcourt la toile, la dénude délicatement.. » L’accord peinture et vin fonctionne à fond et nous réjouit, comme ses toiles si féminines et colorées..

Laurent, notre helvète des http://vinsconfederes.ch/?p=6147, m’a quant à lui franchement fait rire, par le biais du tableau choisi et je dois dire tellement à propos !! Beaucoup d’artistes devant se plier aux désidératas de ceux qui leur passaient commande ont fait de subtils pieds-de-nez à leur clients.. Celui-ci est un des plus réussis ! Vous cherchez le cochon dans la toile ? Il est pourtant bien en place et claque comme un drapeau pour la liberté.. Pour aller avec ce tour de cochon, Laurent nous propose un vin issu du Clos des Abbayes Dezalay, dans la salle de réception duquel trône ce tableau.. Bien vu Laurent !!

Vincent Pousson www.ideesliquidesetsolides.blogspot.com.es qui nous annonce tout de go « Le vin-œuvre d’art » m’emmerde profondément.. Et je suis bien d’accord !! Comme du temps où j’étais tapissière en ameublement, je me sens artisan comme vigneronne. L’amour du travail bien fait, appris à l’ancienne, avec des gens du métier qui se régalent de transmettre leur passion, ni plus, ni moins.. Vincent nous parle des étiquettes de vins dont on ne goûte plus le liquide, mais dont la bouteille à elle seule vaut plus que son contenu.. Le vin, comme l’urinoir de Duchamps a-t-il sa place dans les musées ? Autre débat qui n’est pas inintéressant.. que poursuit Michel Smith www.pourlevin.skyrock.com en nous disant que pour lui non plus le vin n’est pas de l’art et que s’il faut choisir, il boit volontiers des deux, ça tombe bien, c’est ce qui était demandé dans ces VdV ! Les illustrations dont il parsème son billet me rassure quand à son aptitude à apprécier autant le vin que la peinture !

 Iris Rutz-Rudel, notre infatigable secrétaire et présidente perpétuelle des VdV, blogueuse de la 1ère heure sur www.lisson.over-blog.com est aussi en accord, le métier de vigneron, c’est de l’artisanat, dans le sens noble, ancien du terme. Et pour l’art, elle nous répond Yves Klein pour le bleu si intense de notre ciel parfois et rouge de la matière première que l’on travaille et que l’on retrouve dans les œuvres d’Anish Kapor et de Barnaby Fumas.. Merci Iris pour ces découvertes J

Retour à la légèreté avec Olivier Grosjean, notre Olif national devrais-je dire www.leblogdolif.com !! Et sa dame, qui, dit-il, est célèbre pour dire n’importe quoi ! Vous aurez bien sûr discerné une ironie emplie d’amour et de fierté car Madame Olif peint, joliment, gaiement, et notamment des étiquettes de vin.
Olif a donc beau jeu de nous faire découvrir en exclusivité mondiale la dernière création de sa Dame, déclinaison de “L’arbre de vie” de Klimt que j’adore. Et tout ça, ce qui est aussi une exclusivité mondiale, sans nous parler de vin !!

Jacques Berthomeau, le Taulier, refuse, à ma plus grande joie, de la jouer a.u.l.t et préfère rester e.a.u comme péquenots (enfin presque ! ) pour les repères orthographiques, c’est ici www.berthomeau.com. Il nous baigne dans l’univers de Gaston Chaissac, à l’apparence si simple et colorée. Le monde est pourtant décomposé dans chacun de ses tableaux, sensibilité mise à nue ? Jacques nous propose pour finaliser son billet et faire un accord peinture et vins, les vins d’Alice et Olivier de Moor et pour parler d’eux, parodie Dubuffet parlant de Chaissac.. Parfaite boucle bouclée en douceur et humanité..

Nous arrivons ensuite chez nos amis belges, auxquels nous voudrions demander l’asile Vendrediste et pas que ! J’ai nommé Patrick Böttcher, notre sanglier monomaniaque www.alsacemaniac.canalblog.com et son groupe de Brusseleirs, les Sérial Quilleurs toujours à la recherche de vins équilibrés, tendus, harmonieux.. adjectifs qui lui font penser naturellement au danseur de Rodin pour l’oeuvre et à Paul-Henri Soler pour les vins.. Encore une découverte à faire au plus vite !!

Isabelle Perraud www.cotedelamoliere.blogspot.fr quant à elle, nous parle avec amour et fierté de son papa peintre, dont elle nous livre des esquisses chipées dans son carnet, comme une enfant volant des confitures !! Et qu’elle a raison lorsqu’elle dit “ en peinture, comme dans le vin, c’est important de savoir d’où ça vient, de qui et pourquoi !” J’approuve à 400% !!!

Les cousins www.levindescousins.com après une balade en vélo, nous proposent plusieurs vins, dont l’étiquette d’un sert de support artistique à leur billet.. “On est su l’sable” donc, mais avec Le brin de chèvre de Puzelat et la Sierra du sud de Gramenon, on ne va pas y rester longtemps !! Surtout avec la recette de terrine qui suit ! Merci les cousins, y a plus qu’à tester maintenant.. !

Daniel Sériot, ce passionné de la rive droite www.rivedroite.canalblog.com profite d’une visite guidée/conférence sur le thème du vin à travers la peinture.. Pile-poil pour les VdV ! Et j’avoue que sa lecture des tableaux, très personnelle, me convient mieux que celle de la guide.. de même pour la “traduction” du rôle de la jeune femme dans le tableau de David Téniers : “Réunir la majesté féminine à l’oenologie !”. Bel hommage s’il en est ..

Guillaume Deschamps, du tout nouveau www.decouverte-vins.com, nous offre une magnifique description léchée du tableau de Picasso, Guernica, à la façon des notes de dégustation, un beau contre-pied et nous parle de la dégustation faite par les Outsider ( groupe de vignerons ) faisant correspondre une image à un vin.. Un bon moment de lecture, merci Guillaume..

Alain Fourgeot www.fou-rgeot-de-vin.com nous présente “un vigneron volant”.. personnage à la Folon, léger et pataud tout à la fois, attachant et doux. Il nous dit l’avoir toujours dans un coin de sa tête et je le comprends, c’est comme un coin de ciel bleu qui nous suit toujours si on le décide..

Il y encore la contribution d’un blogueur dont je ne sais au final si elle fait partie des VdV puisqu’il n’indique pas en faire partie, mais qui utilise mon titre.. Je la mentionne donc ici succintement puisque hors sujet, l’art en question devant être pictural. Pour le reste, ce qu’il appelle la culture, je reprendrai simplement la phrase d’Isabelle Perraud “ en peinture, comme dans le vin, c’est important de savoir d’où ça vient, de qui et pourquoi !”

Obiwine JJ www.obiwine.com nous entraine dans le monde du luxe, qui est souvent en adéquation avec une appellation de l’art. Mais le luxe n’est pas l’art, même si souvent certains veulent le faire accroire.. Je retiendrais donc surtout de son billet le tableau de Danhauser “vin, femmes et chants” et les bouteilles du domaine Peyre Rose “au velouté et au soyeux délicieux” et vous invite à écouter les interviews de fin de billet, très intéressantes..

Guillaume Nicolas-Brion www.dumorgondanslesveines.vingtminutes-blog.fr nous parle d’un artisan-vigneron dont le champagne est une oeuvre d’art… Hummmmm ça donne envie de goûter, surtout un champagne aux bulles carrées !! Et encore plus envie de rencontrer ce Picasso du Chardonnay ! .

François Desperrier  www.bourgogne-live.com nous dresse le portrait d’un jeune vigneron en beaujolais dont la vie se partage avec la même importance affective entre la vigne et la photographie et celles qu’il donne à voir sont touchantes.. La fin de son portrait donne envie de connaitre ses vins, parce que s’ils lui ressemblent, c’est de l’amour et de la simplicité en bouteille !..

Laurent Antoon nous invite à le suivre dans sa cave qui est dit-il, sa galerie d’art à lui.. Et je veux bien le croire à sa façon de nous décrire ses bouteilles et leurs étiquettes !

Puis vient Stéphane Couturier qui résume le sujet en photo, mais quelle photo !!!

Sébastien Fleuret, notre micro-vigneron nous fait un micro texte qui nous donne quand même une recette et le vin de Marc Houtin de la Grange aux belles..

Daniel Folz nous raconte l’histoire d’une des cuvées de son voisin et ami Henri Milan, dont l’étiquette est toute de bleu habillée, comme la marne de la parcelle dont provient le vin.. Voyage au pays de la couleur et de la lumière..

Rémy Bousquet nous parle, au travers d’un article de journal, de sa peinture avec de la lie de vin qu’il pratique lors d’ateliers, j’aimerai bien en faire un un jour !

Nous avons ensuite Steven Dufour, qui nous fait un beau parallèle entre un tableau de “montres molles” de Dali et la chanson Time des Pink Floyd avec en plus un accord avec un vouvray Cuvée des Fondraux du domaine Champalou..
J’avoue que ce texte long de Steven me ravit encore plus car le français n’est pas sa langue maternelle et je sais quel effort il a fait pour participer. Merci Steven !

Voilà, je sais bien, pour un résumé, il est long !! mais chacun méritait son éclairage, rien que par le fait d’avoir participé.. J’ai été heureuse et honorée d’être votre présidente du mois et je peux dire que je réalise mieux le sacerdoce d’Iris, présidente et secrétaire perpetuelle des VdesV, que je remercie grandement ici.. J’espère n’avoir oublié personne, si c’est le cas, n’hésitez pas à me le signaler, je rectifierai dans la foulée..

Je laisse la place toute chaude à notre président du joli mois de mai, j’ai nommé Doc Adn, enfin, Aurélien Litron je crois plutôt ! Le prochain ici http://escapades.over-blog.fr/article-vdv-46-syrah-la-globe-trotteuse-enjoleuse-104326870.html

Par où commencer..

Par où commencer pour vous faire partager notre expérience, si riche, si pleine de surprises et de problèmes à résoudre !

C’est souvent la question que je me pose.. Il y a eu tellement de choses depuis le début !!

Faire le chemin à rebours serait probablement fastidieux.. Donc, suivant le temps dont je dispose et  » l’actualité  » du moment, je ferai des aller-retour entre maintenant et nos débuts.. A la période ou nous avons franchi le pas et ou nous ne connaissions absolument rien au monde du vin, sauf le boire à l’occasion avec des amis !

On nous demande souvent comment/pourquoi nous avons choisi de nous lancer là-dedans..  En y réfléchissant, je dirais simplement « parce que c’était le moment ! ».
Il y a eu l’envie de Jean d’avoir des vignes, quelques accidents de la vie ( disons simplement pour  moi) suffisamment prégnants pour aborder un changement de vie, envie d’un nouveau projet commun et des rencontres.. Tout ce qui, et vous le savez bien si vous avez vécu un peu, fait partie de la vie..  Et quand on nous dit  « Vous réalisez un rêve ? pourquoi le vin ?  » …  Là, on se regarde, et l’on répond «  pourquoi pas ?  » !!

Nous avons embrassé ce projet avec fougue, inconscience car on ne mesurait pas son ampleur, et beaucoup, beaucoup de bonheur qui perdure toujours et de belle maniere. Pour moi, a temps plein, pour Jean, dès qu’il le peut. Il travaille en effet toujours, et a donc ajouté une casquette à celle qu’il avait déja.

Ce monde que nous avons découvert peu à peu, surtout celui de la vigne, car celui des partages et des hommes on le connaissait bien, ce monde donc est devenu une passion. De celle dont on se demande comment elle peut naître comme ça au détour de deux vies ..

Balade a Montpeyroux pour la journée des vignerons..

De cave en vigneron,  de dégustation en cépage, de couleur en verre..

La balade était agréable malgré le temps frisquet et pluvieux.. Quand tout un village se met a l’unisson d’un évenement, qu’importe la météo ! L’ambiance était bon enfant, les enfants (justement) s’ébattaient en liberté dans les rues.

En compagnie d’un jeune couple, lui fait des études en commercialisation du vin, (études completes puisque passant par la vigne, les vendanges, les vinifications, ce qu’il a eu l’occasion de faire chez nous) et elle, jeune femme élégante et discrete mais affirmée, tout comme sa connaissance en vins. Elle a eu en charge la carte des vins de grands restaurants, mais n’en fait pas tout un plat ! (si je puis dire !)..

Bref, nous avons dégusté, échangé nos ressentis, nos langages « papillesques », olfactifs. Avons constaté que ce n’était pas le jour idéal pour déguster les jeunes vins de l’année, qui, pratiquement tous, avaient une forte odeur de réduction, odeur tres reconnaissable et peu agréable, qui passe toutefois assez rapidement en aérant le vin. La pression atmosphérique, la jeunesse, la phase de la lune peuvent expliquer ce phénomene.

Les vins plus âgés eux, n’ont plus cette même sensibilité et s’offrent en général plus facilement..

Nous n’avons pas hésité, prenant le plan numérotant les emplacements des vignerons, mais faisant le tour au petit bonheur la chance.. Et la chance est d’avoir de tres beaux vins sur ce terroir de Montpeyroux et de bons vignerons..

J’ai craqué sur les vins de la Villa Dondona ( http://www.villadondona.com/accueil/index.php/nos-vins ) dont je connaissais les vignerons pour avoir fait une formation a la dégustation ( la chambre d’agriculture ) et dont j’ai beaucoup aimé Dame mourvedre, ciselé et fruité, rond et équilibré, un régal…  et aussi Que du grenache.

J’ai craqué aussi sur les vins d’Alain Chabanon ( http://www.alainchabanon.com/ ), même, comment dire… joliesse, non c’est pas ça.. élégance peut-être dans ses vins.. Oui, élégants, fruités, équilibrés..

Et puis les vins d’Ivo Ferreira de l’Escarpolette, vigneron attachant et dont les vins sont a l’image de leurs noms : Petite crapule, Jeux de mains ou l’Enchanteur.. Ainsi que ceux de Pascale Riviere de la Jasse Castel.. etc..

Une belle journée donc, ponctuée par la musique festive de la fanfare, se déplaçant elle aussi de vigneron en vigneron et dégustant en cours de route !! La fin de journée a du être longue, longue !!

La vie du vin

Drôle de titre pour un article me direz-vous.. Mais non, je l’ai encore constaté hier soir et tous ceux qui connaissent un tant soit peu le vin vous le diront, il a sa vie propre, son caractere..

Lorsque nous vendangeons, nous faisons beaucoup de tri dans la vigne, la consigne étant « tu regardes le raisin, si tu as envie de le manger tu le prends, sinon, tu le laisses ». Beaucoup de tri ensuite en cave a l’égrappage, mais j’aurais l’occasion de vous en reparler. Cette digression juste pour vous dire que bien avant que le vin ne soit vin, on en prend soin, on le bichonne, comme un enfant..

Hier soir donc, j’avais invité des amies a partager un moment autour de nos vins.. Leurs présenter nos nouvelles cuvées et grignoter un bout tout en papotant. Jusque la, et depuis leur mise en bouteille, ils étaient ouverts, gais, gourmands, présentant leurs fruits sous leur meilleur jour a chaque fois.. Qui des fleurs des vignes au nez, des pêches de vignes en bouche, qui des cerises bien mûres et croquantes, du cassis avec une finale épicée et mentholée.. Plein les narines et plein la bouche..

Et la non.. Fermés, circulez, nous ne sommes qu’a 20 % de nos possibilités, et hop prends ça dans les dents Véro !!
Evidemment, je ne m’y attendais pas, je les avais chouchoutés, ouverts une heure avant, ce qui, normalement, leur suffit.. Et la.. panne de réflexe, panne de plan B.. J’aurais du les carafer, en douceur, les laisser prendre leurs aises dans la carafe, s’épanouir tranquilles, mais ça ne m’a pas effleuré l’esprit !

Car les vins sont vivants oui ! La pression atmosphérique était différente hier soir des autres fois.. Le vin est comme nous, sensible aux choses extérieures et cela ne dépend pas de leur volonté.. J’ai expliqué ça a mes amies, avec mes mots, les sentiments qui me traversaient a ce moment-la. L’une d’entre elle m’a alors dit « on dirait que tu parles d’enfants Véro ! ».. Je n’y avais pas prêté attention, mais c’est vous dire tout l’affectif qui passe dans nos vins, sans artifice, juste « pour de vrai » comme disent les enfants.

Donc, si un jour vous goûtez un vin conseillé par quelqu’un qui vous dit « il est superbe ! » (outre le fait que les goûts en matiere de vin different beaucoup d’une personne a l’autre) et que ce vin vous le trouvez quelconque, laissez lui sa chance… Parfois un vin peut mettre 3 jours a s’ouvrir (sans carafage), mais ça vaut souvent la peine.. Pourquoi ??
Parce que derriere, il y a un travail monstrueux, un amour fort et une passion toute aussi forte et ça, pensez-y avant de vider une bouteille dans l’évier !!*

* je parle principalement de vins qui, comme les livres, sont des vins d’auteurs..

Nos cuvées

La coulée douce

Rosé de cinsault et grenache

La note du dégustateur :

Rose pâle, aux reflets délicatement violines. Le nez est élégant,   laissant s’épanouir des notes douces de framboises, groseilles, cerises et pêches de vigne. La bouche allie rondeur à l’attaque et équilibre sur la fraîcheur. Vin d’harmonie et de partage pour les instants de détente. Il vous accompagnera a l’apéritif, comme pendant un repas.. Charcuteries, plats exotiques épicés, viandes blanches, barbecues..

 

Atout Pic

 ouvre notre gamme de vins rouges.. composé de syrah et   cinsault

La note du dégustateur :

Jolie robe, brillante. Ce vin est d’humeur joyeuse, avec une belle
expression aromatique fruitée. On y retrouve aussi le tempérament
du terroir si particulier des schistes de Cabrières, avec une bouche charnue, ample et généreuse. Un vin pour éveiller les sens (et plus si affinités). Vin de plaisir a partager entre amis..

 

Bouteilles a la mer

Notre deuxieme vin rouge, plus complexe que Atout pic, avec cinsalt, syrah, grenache de l’année et un peu de syrah vieillie un an en barrique.

La note du dégustateur :

La robe est colorée, brillante et d’un beau rubis. Nez intense, de confiture de fruits noirs (cassis, cerise), laissant s’épanouir à l’aération des notes de garrigue, de cade, de cacao et de moka. Cette belle expression s’allie à un généreux volume en bouche et des tanins onctueux. A partager sur une côte de boeuf grillée aux sarments de vigne.

 

Pic de Vissou

Notre haut de gamme, conposé de syrah et grenache élevés (1 an e 18 mois) en barriques, auxquels s’ajoute une pincée de syrah et grenache « fraiche ».

La note du dégustateur :

Sa robe est noire, profonde. Le nez est intense et puissant, exprimant
d’abord de belles notes épicées, réglissées, puis plus minérales, de pain grillé, de café et de confiture de cerise. En écho au majestueux Pic éponyme, ce vin impose sa stature et sa force en bouche, droite et imperturbable, et aux tanins parfaitement texturés. Ce vin doit être bu avec le plus grand respect et peut être servi sur des aiguillettes de canard au poivre vert, un carré d’agneau de pré-salé, un coeur de Neufchatel.

Une aventure de deux ans et demi..

Et oui, j’ai envie de dire déja deux ans et demi que nous avons franchi le pas !!
Nous avons commencé a envisager l’hypothese d’acheter des vignes en mai 2009, en avons visité plusieurs en mai et juin, et avons eu notre coup de coeur en juin.. Tout a été tres vite, et depuis tout va toujours tres vite !!

Cette notion de temps est un aspect sur lequel je reviendrai car tellement paradoxale.. Il y a le temps de de la vie nornale, je veux dire « hors vigne », celui-ci est pressé toujours, il file comme le vent ! Et dans ce même temps, il y a le rythme de la vigne, des saisons qui est plus calme en apparence, mais tout aussi rapide dans le travail a faire..

Cet enchainement de rythme, je vais essayer de vous le faire partager, celui de maintenant, et celui depuis le début de notre aventure..

Sujet des Vendredis du Vin #45

De l’art ou du cochon ?!

On parle souvent de la musique avec le vin, des livres avec le vin, de la couleur des vins…

Quid de la peinture ou de la sculpture et du vin ??

Si le vin était un tableau, de quel auteur serait-il et quel tableau ?
Ou quel vin pour vous faire vibrer en admirant une oeuvre.. quelle soit sérieuse ou non, colorée ou monochrome..
Sculpture en bois, comme les barriques ? En inox ou en fibres comme les cuves? 
A caresser des yeux uniquement  ou passer la main dessus comme ces généreuses sculptures appelées ronde bosse..

Nous parlerez-vous d’un vin austere en apparence, mais profond comme les tableaux de Malévitch qui, avec son carré noir sur fond noir ou carré blanc sur fond

blanc, est resté incomprehensible de la plupart des gens alors qu’il voulait, mathématiquement , trouver la couleur absolue !

Resterez-vous classique (dans le sens noble du terme) comme Rembrandt, Rubens, et tant d’autres magnifiques peintres ?
Lancez-vous, rien n’est plue facile pour des amateurs ou professionnels du vin, habitués a laisser parler leur sentiments, leurs impressions, leur ressenti…

A vos pinceaux stylos !!!